Pensées du jour d'après

Là où j'en suis après dimanche soir... Je ne laisse pas le bénéfice du doute à Macron, mais lui laisse le temps d’arriver.

Là où j'en suis après dimanche soir...

 

Je ne laisse pas le bénéfice du doute à Macron, mais lui laisse le temps d’arriver. Hors de question d’aller manifester sous ses fenêtres dès ce soir au cri de « Résistance » (???), de manifester de la haine préventive, ou de hurler à la manière d’Alexis Corbière dimanche soir. Je ne lui prêterais pas mes enfants à garder à celui-là d'ailleurs. Le coup du non-appel entre les deux tours m'a attristé et renforcé ma conviction qu'il s'agit pour partie de nihilistes inconséquents, drapés dans la satisfaction d'eux mêmes. Et c’est triste, parce qu'il y a de quoi être séduit par les Insoumis, par le fonctionnement, une partie du projet. On est beaucoup à souhaiter l'émergence d'une gauche écolo et ouverte et à peiner malgré nous devant le parrain Mélenchon. Le voilà en plus qu’il fait un procès aux Communistes. Du coup, on va finir par trouver Pierre Laurent vraiment sympathique

Il y avait un peu de cela chez Hamon, mais sans doute, en plus de l'immonde pétaudière socialiste, beaucoup trop d’amateurisme. Pour le coup, là où Macron est brilliant, Hamon est juste sérieux et travailleur. Pas le même profil!

Mais bon voilà, EM est président... A défaut d'être bienveillant, je vais être attentiste. D’abord, j’ai mieux dormi les deux dernières nuits que les quinze précédentes. C’est très important Sourire:) Et je me suis réveillé en me disant qu'il était plus facile de convaincre 11 millions de personnes que les Le Pen et consort sont une supercherie plutôt que 14 ou 15. Ou 16. Et franchement, les ni-ni, elle a pas meilleure gueule avec un 65-35 qu'avec 55-45 ou 52-48, la France?

Ensuite Macron a fait un débat sérieux d’entre deux tours - qui donne l'occasion d'expliciter de manière rationnelle un certain nombre de points avec lesquels on est en désaccord (j’épargne la liste, elle est longue…). Et une émission Médiapart le vendredi riche de profondeur (à voir, c'est très instructif), une intervention chez Whirlpool courageuse; il parle du peuple de France et pas du peuple français… Des bons points tout ça.

Pour autant… 1) Il est depuis très longtemps sur son petit nuage, détaché de la compréhension de la source de la très profonde colère de beaucoup (y compris chez des non sectaires). La campagne fonctionne comme une bulle, il est entouré de gens qui planent (des gens comme lui, de nombreux fonctionnaires des ministères dont certains sont conscients de ces limites), 2) Il est incapable de dire un mot réfléchi, à lui, sur les questions d’environnement et de qualité de vie 3) Gattaz et Arnault le soutiennent; il faudra qu’il montre quelques marques d’indépendance vis-à-vis de ces affreux 4) S'il ne tient pas Valls et Cazeneuve à distance, Cosse, Placé, tous les sortants arrivistes, il est mort… 5) S'il met un mec comme Bruno Lemaire PM, il est mort aussi 6) Il est objectivement le candidat de la continuité, d'ailleurs les images de ses soutiens dimanche sonnaient très nineties... - s'en affranchir ne dépend que de lui.

Il est visiblement très fort en mise en scène des symboles. Il a quelques semaines pour mettre en place un attirail qui n’en soit pas dépourvu afin de s'attirer la bienveillance de la majorité voire de quelques réticents.

Je n'attends rien de Macron, mais je dois constater qu'il est tout autant difficile d'attendre quoi que ce soit là, tout de suite, de la gauche "parlementaire", tant socialiste, communiste qu'insoumise, alors qu'elle est si peu capable de montrer un peu d'intelligence collective (c'est à la mode, ça, non?). Reste la mobilisation sociale et des idées. Dur dans ces conditions de savoir sur quel pied danser...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.