mikael
Directeur d'études au Centre de réflexion de Médecins sans frontières (MSF-Crash). Ce blog est personnel, il n'engage que moi!
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

mikael
Directeur d'études au Centre de réflexion de Médecins sans frontières (MSF-Crash). Ce blog est personnel, il n'engage que moi!
Abonné·e de Mediapart

A l'indignation, M. Darmanin, succède la rage

Jeter sur le papier quelques bribes de rage, au lendemain d'un effroyable drame. 27 morts de plus.

mikael
Directeur d'études au Centre de réflexion de Médecins sans frontières (MSF-Crash). Ce blog est personnel, il n'engage que moi!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

M. Darmanin, 

La place n’est plus à l’indignation mais à la rage.

La rage de voir que cette tragédie de plus, ces 27 personnes mortes noyées en Manche faute de n’avoir pas reçu l’attention minimale pourtant due à n’importe quel être humain, ne suscite chez vous rien d’autre que des coutumières accusations contre les passeurs et trafiquants ;

La rage de voir qu’il n’y a, chez vous, plus d’espace pour la compassion et la lucidité. Faisant face aux flots d’indifférence au mieux, de haine au pire que les personnes exilées subissent aux frontières de la France, elles ne reçoivent de votre part qu’humiliation et violence ;

La rage de voir qu’aux si nombreuses voix qui vous ont alerté sur le fait que la Manche deviendrait, devenait, un cimetière, vous n’avez eu d’autres réponses que de saluer la politique de la maire de Calais qui en collaboration avec les services de l’Etat a fait de sa ville un lieu d’effroi pour les exilés.

La rage de voir que la France n’est aujourd’hui rien d’autre que le garde-frontière de la Grande Bretagne, dans un chantage dont les perdants ne sont jamais ni vous ni Priti Patel, ni Jean Castex, ni Boris Johnson mais bien ces hommes, ces femmes et ces enfants que vous pourchassez inlassablement ;

La rage de voir que pour faire rêver un ministre de l’Intérieur, les barbelés ne suffisent plus et que votre petit bout de rêve à vous, c’est une camp prison comme celui que vous avez visité à Grèce, sur l’île de Samos tout récemment ;

La rage de constater qu’à la détresse de mes collègues sauveteurs en mer en Méditerranée découvrant au milieu d’un amas de survivants une dizaine de corps sans vie, vous n’offrez comme seule politique que le maintien coûte que coûte des candidats à l’exil européen dans les immondes prisons libyennes ;

La rage de voir que vous n’êtes bien entendu pas tout seul dans votre entreprise mortifère : nombreux sont ceux qui estiment aujourd’hui qu’un bon migrant est un migrant noyé ou désespéré, car il ne viendra plus, ni lui, ni d’autres. Quelle idée fausse, pourtant.

La rage de voir que malgré les démentis apportés par les faits, établis par la science, vous persistez, vous et d'autres dirigeants à ne pas comprendre que vos frontières tuent, que vos politiques nourrissent les trafics et les passeurs bien plus qu’elles les découragent ;

La rage de constater que ces politiques, vous les menez en notre nom, qu’en notre nom vous condamnez dans un seul souffle bonnes âmes et acteurs de la solidarité renvoyés à leurs idéaux naïfs pour y préférer votre dialectique de l’abject : fermeté et humanité.

La rage d’anticiper que de ce drame rien de bon ne naitra et que vous perpétuerez, encore et toujours vos politiques empruntes de morgue et de bêtise. Pourtant vous savez. Que vos politiques tuent.

Vos politiques tuent, de la Pologne au Canaries, de la Grèce à la Libye, de la Méditerranée à la Manche, de la Bidassoa à la Vallée de la Clarée, vos politiques tuent.

Vos politiques tuent de ne pas concevoir qu’un autre accueil est possible, un accueil dont la possibilité est pourtant démontrée tous les jours par des millions de citoyens, des élus, des organisations, en France, en Italie, en Allemagne, en Grèce et ailleurs en Europe : tout un peuple qui continue de voir en ces réprouvés des personnes, des enfants aussi car ils sont nombreux, ces enfants, et non des toxines dont il faudrait se débarrasser par crainte de ‘grand remplacement’.

Aujourd’hui, votre fermeté et votre humanité ont condamné à la mort 27 personnes parties de chez elles parce qu’elles ont, un jour, estimé qu’elles n’avaient plus de choix; elles ont condamné à la mort 27 personnes décidées à ne plus supporter les conditions de vie auxquelles vous les condamniez, dans la boue et les tentes déchiquetées, de Grande-Synthe, de Briançon ou d’ailleurs.

Oui, la rage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost