miladus
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2009

Les ingénieurs du futur

Chronique du 06/02/2009 L’utopie et l’innovation, ont toujours joué un rôle déterminant dans le développement et l’adoption de la culture numérique. Les technologies de l’information et de la communication ont aussi mis en place une nouvelle réalité, un nouvel urbanisme virtuel. Et ce virtuel vécu invite aujourd’hui des promesses de nouvelles inventions qui vont bien au-delà de la communication et qui s’adressent aux grands problèmes de notre monde, comme la pauvreté et la maladie. Ainsi, on vient d’annoncer la fondation d’une nouvelle université aux États-Unis, l’Université Singularité et dont la mission principale sera d‘essayer d’abriter et d’encourager la recherche en biotechnologie, en nanotechnologie et en cybernétique, afin de modifier la réalité de l’humain, voire du vivant.

miladus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chronique du 06/02/2009

L’utopie et l’innovation, ont toujours joué un rôle déterminant dans le développement et l’adoption de la culture numérique. Les technologies de l’information et de la communication ont aussi mis en place une nouvelle réalité, un nouvel urbanisme virtuel. Et ce virtuel vécu invite aujourd’hui des promesses de nouvelles inventions qui vont bien au-delà de la communication et qui s’adressent aux grands problèmes de notre monde, comme la pauvreté et la maladie. Ainsi, on vient d’annoncer la fondation d’une nouvelle université aux États-Unis, l’Université Singularité et dont la mission principale sera d‘essayer d’abriter et d’encourager la recherche en biotechnologie, en nanotechnologie et en cybernétique, afin de modifier la réalité de l’humain, voire du vivant.

La Singularité est un terme qui désigne une profession de foi optimiste, ancrée dans l’inévitabilité d’une convergence entre l’homme et la machine, entre le virtuel et l’intelligent, et qui aura le pouvoir d’augmenter et d’améliorer et le corps et l’intelligence humains. C’est un mélange de réalisme technologique et d’utopisme proche de la science-fiction qui anime ce mouvement d’ingénieurs-philosophes qui veut changer notre monde. La Singularité est proche aussi des mouvances transhumanistes en quête d’un dépassement de la finitude et de la mortalité humaines.

Sans entrer dans les débats byzantins autour des questions éthiques soulevés par ces orientations, ce qui nous intéresse ici, ce sont les liens entre ces sciences de l’intelligent avec le numérique. C’est tout d’abord à cause de l’importance croissante du virtuel comme interface et extension de la réalité sociale. La sociabilité numérique, avec sa décentralisation, son caractère fragmentaire tout comme son imaginaire, invite des augmentations et des extensions. Un Avatar, par exemple, n’est pas simplement une représentation, un tenant-lieu: il a aussi le potentiel d’être un autre soi-même dans un monde virtuel habité par des intelligences semi-autonomes. L’Avatar est une sorte d’incarnation numérique. Le virtuel n’est plus un autre espace humain, il est en train de devenir notre espace habitable. C’est en quelque sorte une nouvelle religion de l’intelligent qui s’annonce.

Le dépassement de la finitude commence par l’extension dans le virtuel, dans la modification du corps grâce à la machine. La convergence entre les deux, selon les adeptes de la Singularité, aura aussi le pouvoir de répondre aux grands besoins de la planète. Les nanotechnologies nous permettront de fabriquer presque n’importe quel matériel sur demande, la biotechnologie résoudra les maladies du corps et les intelligences artificielles, ces anges du virtuel, surmonteront les obstacles séparant notre réalité physique et le virtuel tel qu’on peut les percevoir grâce à la culture numérique.

Ces ingénieurs du futur nous invitent aussi à réfléchir à la mythologie des sciences actuelles, a examiner leur densité historique et surtout à interroger leur potentiel de redéfinition de l’environnement humain dans toute sa diversité. Les modèles émergents de l’humain sont les produits de notre société et de nos savoirs et ils sont en train de tracer les premières lignes du nouveau visage de l’homme de l’ère future. Ce savoir a aussi le pouvoir de créer de nouvelles fractures, de diviser autant que d’unir et de donner lieu à de nouvelles croyances et de nouvelles superstitions.

Rappelons, en guise de conclusion, les mots du poète: “C’est vivre et cesser de vivre qui sont des solutions imaginaires. L’existence est ailleurs.” Le plein virtuel, avec ces promesses et ses pièges, nous convoque tous.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Violences sexuelles
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc