miladus
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 févr. 2009

Localiser, Surveiller ?

Les réseaux sociaux sont des plateformes de partage. Sur un site comme Flickr, les photos sont souvent géotaguées: elles sont ainsi facilement liées à un lieu précis, ce qui permet de les associer à d’autres photos selon des critères géographiques.

miladus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les réseaux sociaux sont des plateformes de partage. Sur un site comme Flickr, les photos sont souvent géotaguées: elles sont ainsi facilement liées à un lieu précis, ce qui permet de les associer à d’autres photos selon des critères géographiques.

Plusieurs services existent déjà permettant aux internautes d’utiliser les services de géolocalisation: Twinkle, par exemple, permet aux usagers de Twitter suivre des Tweets qui sont dans leur proximité. Plazes, un service récemment acheté par Nokia, associe géolocalisation à toute une gamme de supports: téléphonie mobile, blogs, microformtas. L’annonce récente du service de géolocalisation de Google, baptisé Latitude, vient ainsi s’insérer dans la continuité de ces offres.

Pour utiliser Latitude, il suffit d’un compte Google et d’un portable. Une fois l’utilisateur active le service, il peut choisir avec qui partager sa position, selon quelles modalités et sous quelles conditions la masquer. Google vient d’annoncer aussi le même service pour Gmail: l’utilisateur a maintenant le choix d’afficher sa position en l’associatint à sa signature.

Si Latitude n’est pas innovateur, il est important en partie grâce à son intégration avec les autres services offerts par Google, comme le Carnet d’adresses (et probablement son Calendrier). D’une part, il banalise la géolocalisation en l’intégrant à la messagerie, mais il la généralise aussi en permettant un passage transparent entre plusieurs types de réseaux: du GPS, au WiFi et au Cellulaire. Il représente ainsi une nouvelle étape de la convergence entre internet et le mobile et qui promet, s’il s’avère populaire, de modifier le paysage du social numérique.

Il présente aussi de grands risques. En premier lieu, Google aura accès à de nouvelles données concernant les déplacements de millions de personnes. Ces données, affichées ou non, sont précieuses pour Google, lui permettant de moduler et de raffiner ses offres publicitaires. Cet visibilité quasi-permanent invite ainsi à la prudence et à la réflexion. Elle fragilise davantage l’anonymat. Elle offre potentiellement de nouvelles opportunités à la censure, au contrôle et à l’exploitation des données privées.

Il est vrai que les utilisateurs peuvent choisir leur mode de présence sur ce réseau de géolocalisation. On peut même afficher de fausses localisations. Mais l’essentiel est ailleurs: une fois activé, le système continue à tracer tout usager inscrit. Qui aura accès à ces données archivées et qui sera en contrôle de leurs usages? Le passé récent nous a montré que les géants du numériques ne résistent pas assez aux pressions des autorités politiques. Il nous faut rester vigilant pour que géolocaliser ne devienne pas une nouvelle manière de surveiller.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin