miladus
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 févr. 2009

Effacer est un droit

Chronique du 20/02/2009 Avec les réseaux sociaux, la traçabilité est le mot du jour: présence, échange, partage et surtout archivage. Mais qui est véritablement le propriétaire de toute cette activité? L’utilisateur ou bien le fournisseur de plateforme? La question est importante car elle risque de décider du futur statut juridique de l’interactivité comme de la sociabilité émergente.

miladus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chronique du 20/02/2009

Avec les réseaux sociaux, la traçabilité est le mot du jour: présence, échange, partage et surtout archivage. Mais qui est véritablement le propriétaire de toute cette activité? L’utilisateur ou bien le fournisseur de plateforme? La question est importante car elle risque de décider du futur statut juridique de l’interactivité comme de la sociabilité émergente.

Facebook a essayé de franchir un premier pas décisif en modifiant ses conditions d’utilisation, et en s’arrogeant le droit perpétuel d’archiver et de ré-utiliser les données et l’historique de ses membres. Bien que cette modification ait été retirée après un début de révolte de la part des utilisateurs, les soucis qu’elle suscite restent. Comment penser les rapports entre communiquer, partager et la propriété et la responsabilité? Peut-on et doit-on avoir le droit de vraiment effacer les traces de notre présence sur un réseau social? Comment protéger les individus contre la surveillance, contre l’exploitation de leurs données publiques et privées? Et comment préserver aussi la cohérence de ce riche dialogue interactif? Il nous faut une réflexion sur la gestion des nouvelles formes d’information produites par le succès du social dans cette nouvelle sphère publique.

La poste livre le courrier: elle n’en est point la propriétaire. Nos conversations téléphoniques peuvent être écoutées, mais ne sont pas enregistrées par défaut. Avec les réseaux sociaux, et grâce a la nature même de l’objet numérique, nous avons des cadres vides, peuplés par notre activité et nos données, et qui monétarisent notre désir de communiquer et de partager. Mais surtout, ces réseaux semblent vouloir ériger des archives sans oubli. C’est une forme de transparence absolue, de présence permanente. Cette conversation globale peut devenir un piège, car elle est, pour l’instant, à sens unique. Elle transforme la nature même de l’acte de communiquer, en y ajoutant une valeur économique ou politique, au service de la publicité ou du pouvoir. La traçabilité continue a ses avantages certes, mais aussi ses risques et ses dangers.

Les états, au lieu de se soucier exclusivement du copyright, doivent aussi protéger les droits émergents de leurs citoyens dans cette sociabilité. Car nous sommes tous devenus des auteurs. Il faut penser non pas seulement aux données privées, mais aussi aux données publiques, à tout ce qui est visible et lisible, sur les plateformes et dans les archives.

Une première réflexion sur ces questions vient d’être lancée au sein même des réseaux sociaux. Il faut juste se rappeler que, dans ce cadre au moins, effacer n’est pas un privilège, mais un droit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot