Militantes féministes pictaves
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2021

Féministes, voici ce que nous n'acceptons plus dans le milieu militant

« De l’humour sexiste nous assignant à notre genre à ces gestes imposés à nos corps, en passant par le piétinement de notre parole, la mixité est encore trop souvent, dans les espaces militants, une lutte dans la lutte. » Un large ensemble de féministes de Poitiers s'élèvent contre le sexisme et les violences sexuelles internes à leurs espaces militants.

Militantes féministes pictaves
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette tribune s'adresse en priorité aux femmes et aux minorités de genre. Les hommes alliés féministes peuvent nous soutenir en diffusant dans leurs réseaux. 

De l’humour sexiste nous assignant à notre genre à ces gestes imposés à nos corps, en passant par le piétinement de notre parole, la mixité est encore trop souvent, dans les espaces militants, une lutte dans la lutte. 

Aucun espace de notre vie n’est épargné par ces violences sexistes et sexuelles : dans nos familles, avec nos ami·e·s ou encore au travail, nous, les femmes y sommes confrontées. C’est épuisant. Nous le savons, aucun espace n’est vierge de rapports de pouvoirs, en particulier dans le cadre d'un système politique et économique capitaliste qui promeut la domination patriarcale. Or, minimiser ces rapports de domination ou les nier, c’est les accepter. Il est donc nécessaire d’interroger la manière dont le pouvoir est conçu et confisqué dans nos organisations politiques, syndicales ou associatives. Cette loi du plus fort que nous dénonçons dans la société, devons-nous la subir aussi dans nos organisations ? 

Les agressions sexistes, sexuelles et les viols dont nous sommes victimes sont des prises de pouvoir sur nous. Ils n’ont rien à voir avec “la sexualité” ou une quelconque libération sexuelle ; pas plus qu’un coup de pelle dans la tête n’a à voir avec la pratique du jardinage, comme le rappelle ce slogan féministe. Nous avons le droit de ne pas désirer, de ne pas vouloir que des hommes nous touchent, nous pénètrent, nous caressent, nous "importunent", nous agressent, nous envisagent comme objet de désir potentiel et nous le fassent savoir. Il s’agit d’une exigence élémentaire.

Nous sommes fatigué·e·s de l’expliquer, de nous justifier, de nous défendre : nous voulons militer en paix. Nous avons d’autres luttes à mener. Nous n’avons plus de temps à perdre à nous défendre de nos propres camarades ou à faire leur éducation féministe. Ce temps, nous refusons qu’on nous le vole ! 

Rêver d’un espace militant où l’on ne serait pas agressé·e en tant que femme et ne pas voir ce rêve devenir réalité est une honte, particulièrement au sein d’espaces militants de gauche, engagés contre toutes les formes d’oppression ou d’inégalités. Mais cette hypocrisie n’est pas nouvelle. Cependant, désormais, les femmes, les minorités de genre, parlent. Et elles parlent fort. Elles disent : on le sait, on le voit, on ne se tait plus.

Il ne s’agit plus d’expliquer. Il s’agit d’affirmer la place que nous voulons prendre dans nos organisations politiques, syndicales ou associatives : nous n’acceptons plus de laisser des hommes prendre le pouvoir sur nos corps comme sur notre parole politique. 

Nous n’acceptons plus que notre parole féministe soit niée. 

Nous n’acceptons plus de militer aux côtés d’agresseurs.

Autrices (féministes de Poitiers) : Emma Bourgeois, Jenny Buord, Cécile Carlos, Marion Carminho, Aude Clochard, Emma Crews, Louise Fromard, Genevieve Humeau, Mad Joubert, Sabine Lambert, Sophie Le Mô, Christine Mauget, Héloïse Morel, Natacha Nottin, Ludivine Schmitt, Valérie Soumaille, Stéphanie Tabois, Julie Vinot. 

Signataires :

Sabine Lambert, Enseignante et militante féministe ; Marion Carminho, Enseignante, militante syndicale et féministe ; Cécile Carlos, Professeure des écoles, militante syndicale ; Sophie Le Mô, Enseignante, militante syndicale et féministe ; Emma Crews, Artiviste et militante féministe ; Valérie Soumaille, Enseignante, militante syndicale et politique ; Stéphanie Tabois, Sociologue et militante féministe ; Héloïse Morel, Militante féministe radicale ; Cyrielle Prault, Militante syndicale et féministe ; Nicette Bougnet ; Annick Cousin, Militante dans une association féministe ; Anaëlle Faure ; Jenny Buord, Féministe ; Amélie Loudin, Comédienne, metteuse en scène ; Caroline Loudin, RH ; Anna Berthomé, Artiste auteure ; Maud Le Roch ; Sandrine Petit, Artiste du spectacle vivant, militante du quotidien ; Alice Coïc Armenio, Étudiante ; Marie Vallade ; Ayma Chataignat, Étudiante ; Isabelle Koenig, Sage-femme ; Lou Pinaud, Divers collectifs ; Maria Piegay, Militante dans un collectif féministe ; Anne-Claire Gallais ; Laura Pereira Diogo, Étudiante-militante ; Charlotte Leroy-Rose, Étudiante ; Genevieve Humeau, Militante associations et collectifs, écologiste, féministe ; Amélie Mansiamina, Étudiante ; Sandrine Berthomier, Enseignante ; Christine Mauget, Retraitée et militante féministe ; Mad Joubert, Militante associative écologiste et féministe ; Anne-Sophie Souchaud, Éducatrice spécialisée, féministe ; Hélène Nusbaum, Co-gérante de bar culturel ; Louise Fromard, Déléguée syndicale et féministe, militante associative de l'éducation populaire ; Ludivine Schmitt, Militante féministe ; Adèle Ragot-Richard, Féministe ; Martine Thébaut, Éducatrice, militante syndicale et associative ; Lou-Ann Dérine ; Lisa Gauvin Drillaud, Étudiante ; Catherine Meyer, Artiste chorégraphique retraitée ; Emmanuelle De fremond, Psychomot ; Aude Clochard, Hôtesse d'accueil et caissière, militante syndicale et féministe ; Hélène Heint-Shemwell, Militante associative ; Dylane Robin, Artiste ; Ane Baz ; Laurence Réau, Militante politique écologiste ; Mélanie Segons, Enseignante, militante ; Alexandra Duval, Élue et militante féministe ; Manon Héchard, Étudiante ; Emma Irastorza, Étudiant·e ; Annick Mathé, Retraitée soignante et toujours militante ; Virginie Cherfallot, Étudiante ; Victoire Poignet, Militante féministe intersectionnelle ; Natacha Nottin, Étudiante et militante féministe ; Louise Hamon, Étudiante et militante ; Noémie Marquis, Enseignante ; Faustine Himene, Étudiante ; Maëva Nier ; Camille Fougère, Féministe ; Claude Laurioux ; Silvia Asins, Enseignante et militante syndicale ; Sinda Ben Chehida, Accompagnatrice sociale ; Juliette Bories ; Charlotte Gutierrez, Comédienne syndiquée et militante féministe ; Cécile Obermosser ; Nadine Ahmed, Enseignante, militante ; Marie-Pierre Laurentin, Enseignante ; Hélène Stevens, Sociologue ; Anne Van hyfte, Artiste ; HF nouvelle Aquitaine, Activité militante ; Juliette Troubat, Étudiante et militante féministe ; Émilie Bordes, Enseignante et militante syndicale ; Maryse Ferreira, Professeure des écoles , militante contre toute forme d’oppression et de discrimination ; Julie Vinot, Enseignante, militante féministe ; Émilie Chabrely, Esthéticienne et plus encore / membre de trois assos dont deux LGBT ; Maud Thibault, Féministe ; Françoise Petit, Retraitée militante féministe ; Fanny Alexandre, Étudiante et militante féministe ; Lucie Hulin, Professeure de mathématiques, militante syndicale ; Laurène Berger, Étudiante concernée ; Olivia H, Femme ; Julie Millot, Enseignante, syndiquée ; Marine Scié, Enseignante en sciences économiques et sociales ; Arlette Leperrun, Retraitée ; Sophia Evezard, Étudiante et colleuse ; Lola Brondy, Militante ; Frédérique Delage, Professeure des écoles, militante syndicale ; Emmanuelle Lillo, Monitrice-éducatrice ; Pauline Boissel ; Marina Esnault, Chômeuse créative ; Émilie Margaix, Étudiante ; Aurélie André, Militante féministe ; Elsa Benoit-Gonin, Éducatrice ; Florence Paillat, Enseignante et solidaire des luttes féministes ; Maryse Delaunay ; Lucie Geay-Fromard, Militante, associative ; Marie Quesney, Enseignante ; Aline Leroy, Musicienne ; Iris, Militante Gilet jaune ; Margot Verdier-Davioud, Militante ; Myriam Rossignol, Militante politique et syndicale ; Isabelle Taveneau, Intervenante éducation à l'image ; Catherine Lopes, Enseignante ; Fatma Rabouzi ; Emmanuelle Sammut, Féministe ; Solène Clochard ; Clarisse Costa, Créatrice de vêtements / Féministe ; Leslie L., Spa Praticienne ; Julie Moraine, Enseignante, féministe ; Annick Germanaud, Retraitée ; Odile Méndez-Bonito, Fanziniste ; Valentine Dalançon, Amatrice ; Céline Agniel, Metteuse en scène engagée dans le combat féministe ; Fanny Guérineau, Artiste plasticienne ; Marjorie Delle-Case, Artiste ; Véronique Usé, Bénévole au Planning familial ; Isabelle Henrion, Commissaire d'exposition, militante féministe, artistique, sociale et écologique ; Anne Jollet, Universitaire, militante politique ; May-Li Renard, Danseureuse, féministe, anticapitaliste, intersectionnel·le ; Lydie Salvayre, Écrivaine ; Estelle Dupuy, Enseignant chercheur ; Camille Parant, Illustratrice ; Ludivine Thouverez, MCF Université de Poitiers ; Pélagie Coly ; Audrey S. ; Manon Simoni, Étudiante - salariée à la Maison Des Étudiant·e·s de l'UP ; Sarah Dauga ; Clara Pineau ; Patricia Blandel, Enseignante ; Maria D’Epines, Sœur de la Perpetuelle Indulgence.

Pour signer, c'est ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik