Milo Sera
Activiste climat
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2019

Europacity : happy birthday, Mister Mulliez!

À l’occasion de la journée internationale pour le climat, des activistes climatiques ont occupé un centre commercial près de Lille et dénoncé l’acharnement de Vianney Mulliez, qui vient de fêter ses 56 ans, à promouvoir Europacity. Après l’annulation du PLU de Gonesses, la famille Mulliez va-t-elle persister dans un projet qui doublerait l’impact climat d’Auchan en France ?

Milo Sera
Activiste climat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Happy birthday, Mr Mulliez ! © inCOPruptibles

Des militants du Collectif du Triangle de Gonesse et des inCOPruptibles sont allés à Lille participer à la fête organisée par ANV-COP21, Alternatiba et les Amis de la Terre pour l’anniversaire de Vianney Mulliez. Les activistes ont occupé le centre commercial V2 à Villeneuve d’Asq. L’événement, festif et non-violent, visait à dénoncer la responsabilité de Vianney Mulliez dans la poursuite d’un projet manifestement contraire à l’accord de Paris.

Le livre blanc publié par les inCOPruptibles montre en effet que le projet Europacity conduirait à doubler les émissions CO2 du groupe Auchan en France :

Emissions cumulées de CO2 d'Europacity vs Auchan Retail France © inCOPruptibles

Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a participé à sa manière à cet événement, en annulant le plan local d’urbanisme de Gonesse. Dans Le Monde du 14 mars 2019, Thierry Lajoie, président de Grand Paris Aménagement, minimise la portée de cet événement, en indiquant que ces recours « permettent d’améliorer le projet urbain ». De fait, le projet Europacity se présente comme ayant des « objectifs environnementaux ambitieux ».

Un projet « intrinsèquement pervers »

Quelque soient les efforts de ses promoteurs pour le repeindre en vert, ce projet est intrinsèquement contraire à l’accord de Paris. En effet, 90 % des émissions de CO2 du projet résultent du transport aérien des touristes attendus par Europacity. Le livre blanc démontre que cette composante est déterminante pour la rentabilité du projet.

Cette dépendance au transport aérien fait l’objet d’un écran de fumée de la part des promoteurs du projet. M. David Lebon, affirmait ainsi, au cours d’une interview menée par Jade Lindgaard que « la moitié des personnes viendront en transport en commun » et que donc « l’impact carbone n’est pas celui que vous décrivez ». C’est mensonger : ce qui compte en termes d’impact carbone, donc de consommation d’énergie fossile, c’est la répartition entre mode de transport du trafic et non pas des visites, c’est-à-dire la répartition des kilomètres parcourus pour venir jusqu’à Europacity. Et de ce point de vue, le métro mis en avant par Europacity apporte une contribution marginale, tandis que l’avion devient le mode dominant, ce qui est bien évidemment dans la vocation d’une infrastructure située à moins de 15 minutes d’un aéroport international.

Répartition modale du trafic généré par Europacity © inCOPruptibles

Au cours de cette interview, M. Lebon prétend que le carbone émis par les touristes venant par avion ne peut être imputé à EuropaCity, car cette infrastructure ne saurait être leur principale raison de visite. Cet argument est là encore mensonger, car contraire à la présentation du projet par le maître d’ouvrage, qui affirme en page 57 de son dossier que « pour les touristes français et européens, EuropaCity représenterait une destination complète de loisirs pour un court séjour ». M. Lebon se contredit d’ailleurs lui-même au cours de cette interview, lorsqu’il présente EuropaCity comme contribuant à l’objectif gouvernemental de faire passer le tourisme de 6 % du PIB à 10 % du PIB. Si Europacity contribue à accroître la part du tourisme dans le PIB, à qui donc faut-il imputer les émissions de CO2 qui en résultent ?

Ces contorsions des promoteurs d’EuropaCity seraient risibles si on ne parlait pas du changement climatique, un sujet qui met en jeu l’avenir même de notre civilisation, et qui mobilise aujourd’hui des millions d’écoliers et d’étudiants dans le monde. Elles s’inscrivent de manière plus générale dans l’hypocrisie des dirigeants qui, tel Vianney Mulliez, signent d'une main le manifeste pour le climat, tandis que l’autre main s’acharne à promouvoir des projets qui renforcent l’addiction de nos sociétés au carbone.

Au-delà des manifestations pour le climat, il y a désormais urgence à démasquer et à combattre les tartuffes qui mettent en péril le bien commun.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie