Le Maréchal Sarkozy pourrait bien vouloir « rectifier les erreurs du passé »

En pleine affaire Woerth-Bettencourt, le pouvoir ne sait plus quoi inventer pour nous la faire oublier. Au risque de s'attirer les foudres d'une partie de son propre électorat, Sarkozy fonce toujours plus à l'extrème droite (j'ai lu ici ou la qu'il entamait un virage, mais pas du tout, il a tourné depuis longtemps, et accessoirement plus à droite qu'à droite, il y a un mur!).

Faisons un petit retour dans les année 40, lorsque notre pays était gouverné le Maréchal Pétain, sur les lois qui sont entrées en vigueur à cette époque:

Wikipedia: Vichy met en place un système de dénaturalisation afin de « rectifier les erreurs du passé ».

Le gouvernement de cette époque a d'abord dénaturalisé les juifs, de manière à pouvoir leur interdire tout travail, toute légalité en France et permettre à ses services de les traiter comme des criminels. Pour cela ils ont d'abord défini ce qu'ils apellaient juif, et ont dénaturalisé toutes ces personnes devenues Françaises après une certaine année: 1927.

La loi que Sarkozy propose de faire voter met en place une catégorisation des Français entre "Français d'origine étrangère" et "Français de souche". Cela nous rappelle l'esprit de la première loi du régime de Vichy:

Article l". - Est regardé comme juif, pour l'application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif.

On peut donc imaginer la définition fondamentale de son article de loi:

Article l". - Est regardé comme "Français d'origine étrangère", pour l'application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents "Français d'origine étrangère ou étranger" ou de deux grands-parents de même catégorie, si son conjoint lui-même est "Français d'origine étrangère ou étranger".

Cette catégorie, une fois crée, pourra faire l'objet d'un recencement, et une fois ce listing en main, qui sait ce qu'un gouvernement corrompu pourrait faire pour noyer ses poissons et assouvir ses envies. C'est un bien mince rempart que la constitution qui nous protègerais d'une telle loi.

Avec cette annonce, nous avons pouvons penser que notre gouvernement pourrait bien vouloir aussi: « rectifier les erreurs du passé ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.