Milton F
Relative.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 déc. 2018

Climat de merde, merde au climat.

On n’a pas tous les jours le plaisir d’écrire "merde" en titre et de réitérer aussitôt en chapô. Mais comme "effondrement", "merde" est un fusil à un coup. Même quand on est dedans, à l’usage, ça lasse. Sinon c’est quoi le sujet ? J’y pense et puis j’oublie… Ah si, le traitement médiatique de la marche pour le climat du 8 décembre dernier. Alors que l’actu est à la terreur, ça commence à dater.

Milton F
Relative.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Disons qu'avant le tueur de Strasbourg, on pouvait observer sereinement que pour une manifestation regroupant environ 140000 personnes partout en France malgré les annulations et le jeu sécuritaire du gouvernement, l'AFP se fendait du communiqué twitaire suivant :

« Quelques dizaines de milliers de personnes participent ce samedi à des marches pour le climat dans plusieurs villes de France, dont une partie portant des gilets jaunes, avec des slogans appelant notamment à lutter contre "l'urgence climatique" ».

On aurait fait une carte avec des ronds dessus, comme ça :

Les ronds c'est bien. © Milton

Et puis on se serait faussement étonné, comme un intervieweur professionnel titillant un politicien langue-de-boiseux (donc tout aussi professionnel) : « Quelques dizaines de milliers, sérieusement ? ».

On aurait insisté sur le fait qu’il est heureux que le mouvement citoyen pour le climat ait fait des pas vers les celui des gilets jaunes, et inversement, sinon l’axe le plus exploité de couverture médiatique de la manif (de quelle couleur est votre gilet à vous ?) n’aurait pas fonctionné, et on aurait eu que des images de vilains casseurs incendiaires. 

Mais finalement, non. Depuis tout a changé, le président a lancé une nouvelle loterie sobrement intitulée Qui-veut-des-millions-des-miettes-pour-enfin-la-fermer ?

On va pouvoir passer à autre chose nous disaient déjà les éditorialistes, le jaune, ça fatigue les yeux. Ils ne croyaient pas si bien dire.

Juste après, transition rouge sang, le retour de la terreur. Trépidante, avec chasse à l’homme. Enfin, « le retour » c’est pour l’effet de style, parce que l’attentat d’avant c’était en mai. Celui d’avant, en mars. Ce qui fait moins que l’année d’avant. Bref, une fois qu'elle s'est incrustée, elle n'est plus vraiment partie, la terreur.

Mais pour ironiser sur un sujet pareil, il faut vraiment avoir un problème d’empathie. C’est le problème avec les passionnés de l’effondrement, quand on est persuadé qu’on va assister à la mort prématurée et violente d'à-la-louche sept milliards d’humains, à moins d’y passer soi-même avant 2050, ça peut donner un sens de l’humour... merdique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes