Ce sommet à Bamako, un non événement

Ce sont toujours les mêmes qui sont invités à Paris. Comme cette fois, c'est à Bamako que ça se passe, des personnalités de la société civile malienne profitent de l'intérêt suscité et surtout de la couverture médiatique internationale pour dire leurs quatre vérités. Nous avons choisi de répercuter ces opinions bien tranchées.

 Pour M. Issaga Traoré : «ce sommet est un non événement »

 Par maliweb

 Issaga-Traore-300x225.jpg

 Issaga Traoré, Enseignant à la retraite, syndicaliste

 A quelques heures de l’ouverture des travaux du 27ème sommet Afrique France, M. Issaga Traoré, président du CNID Association, ancien secrétaire général adjoint du Syndicat national de l’éducation et de la culture donne ses impressions sur le sommet  Afrique–France.

 

Aube D’Afrique : Le sommet Afrique-France, c’est ce vendredi. Quels sont les sentiments qui vous animent ?

 

Issaga Traoré : Un sentiment de frustration. Un sentiment de honte. Un sentiment de regret pour mon pays et pour l’Afrique. Un pays qui se respecte, qui veut son développement, ne peut avoir comme partenaire la France. La France elle même est un pays sous développé. La France n’a jamais pensé à construire ses colonies. Dans les années 50 avant que les pays accèdent à l’indépendance, peut-être un peu le Sénégal, capitale de l’Afrique Occidentale Française (AOF), sinon Brazzaville, la capitale de l’Afrique Équatoriale Française (AEF) était presque comme un village. La France n’a jamais cherché à faire évoluer ces pays, mais elle a toujours cherché à créé la zizanie au sein de ces États. La France est à 90% responsable du problème du Nord (Mali). Et cela malheureusement avec la bénédiction d’un pays frère, le Burkina Faso sous Blaise Compaoré. Je ne peux pas comprendre malgré les incompréhensions qui peuvent exister entre  ces deux pays, qu’un Burkinabé accepte d’héberger chez lui et armer des groupes rebelles maliens pour venir attaquer le Mali.  Ça, je ne  peux pas me l’expliquer.  Mais Dieu a lui-même réglé le compte de Blaise. Ensuite quand le journaliste  français parle de rebelles  pro-Bamako, je le dis par honnêteté, qu’il doit aussi avoir le courage de dire que la CMA est également pro-France.  C’est la France qui soutient tout ce que ces gens font. Il n’y a pas de pays qui a accepté la France comme premier partenaire économique et qui a réussi à se développer. Seul le Sénégal commence un peu à se tirer d’affaires. C’est parce que tout simplement la France n’a rien.  La France ne vit que sur l’Afrique, sur tous ceux malheureusement, qui ont ce complexe de se taper avec cette pauvre monnaie de FCFA qui ne nous fait pas nous développer.  Le FCFA sert plus la France que nous mêmes. Le partenariat avec la France, c’est la régression politique, économique, sociale, culturelle, morale et  spirituelle. La France elle-même a perdu toutes ses valeurs sociétales. Ils veulent nous imposer leur mode de vie. Ceux qui calquent leur vie et leur manière de faire sur la France, sont appelés à disparaître comme la France est appelée à disparaître aussi.  On ne peut plus considérer la France comme repère ».

 Aube d’Afrique : Vivez-vous le sommet ?

 Issaga Traoré : Je le sens seulement lorsque je me rends en ville. On casse par-ci, par là. On construit le goudron à des endroits. Ça veut dire que si ces gens ne venaient pas au Mali, on n’allait rien faire ici. On casse tout pour faire croire à (François) Hollande que tout va bien. Si un malade fait croire au docteur qu’il est bien portant, il va tout simplement lui dire de rentrer chez lui à la maison. Les gens n’ont pas la même conception. Je pense que les Chefs d’Etats africains doivent chercher le partenariat avec d’autres pays. Avec la France, on n’ira nulle part. Ce sommet est un non événement. J’encourage ceux qui organisent des actions contre ce sommet. Il faudrait que ces hôtes sachent qu’il y a des gens bien que minoritaires qui ne sont pas du tout contents de la coopération de la France avec le Mali .

 Rassemblés par Jean Goïta

 Ajouter un commentaire

Commentaire

 alsace<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 356</span>

 

Walahi, j’ai la même lecture que vous mon père! J’ai fortement pris la honte quand j’ai vu le Président hier à la TV, implorer la prière des religieux pour ce sommet d’Emmerdement. J’avais jamais imaginé qu’il était aussi irrationnel! Haï! Haï! Quel Président!

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.