Minga Faire ensemble
Association
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2021

Le centre Bretagne, Kreiz Breizh, est-il devenu une zone de non-droit ?

Minga Faire ensemble
Association
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En centre Bretagne comme ailleurs dans le monde, il y a des êtres humains qui vivent en milieu rural, qui travaillent et qui aiment leur pays.

Morgan Large fait partie de cette humanité. Elle est journaliste à la radio RKB (Radio Kreiz Breizh), elle aime les habitant·e·s, leurs histoires, leurs passions, leurs souvenirs, leurs projets.

Mais le centre Bretagne est aussi un territoire en souffrance ; un territoire de plus en plus délaissé par les services publics et les politiques de développement ; un territoire où l’agro industrie prive tous les agriculteurs de perspectives pour leurs familles et leurs métiers.

L’agriculture est aujourd’hui devenue un sujet journalistique tabou s’il n’est pas abordé de manière conforme à la ligne éditoriale fixée par l’agro-industrie.

Parce que Morgan aime son métier autant que son pays et y donne la parole à tout le monde, elle est aujourd’hui menacée.

Depuis la diffusion du documentaire «Bretagne, une terre sacrifiée» qui a eu une forte audience, Morgan subit des actes de malveillance (coups de téléphone anonymes au milieu de la nuit, intrusion à son domicile, tentative d’empoisonnement de sa chienne, ouverture de ses pâtures pour mettre ses chevaux en divagation sur la chaussée…). En décembre les portes de la radio où elle travaille ont été forcées.

Cette semaine, deux boulons de son véhicule ont été retirés : des faits qui dépassent l’acte d’intimidation et relèvent d’une tentative d’homicide volontaire.

Minga témoigne de sa solidarité auprès de Morgan Large et demande aux autorités de veiller à ce que le droit soit appliqué, à Glomel comme partout ailleurs, afin que la sécurité des personnes soit garantie. Face au délitement de l’État de droit dont les entraves à la liberté d’information et d’expression sont des symptômes très inquiétant, mettre des mots sur le désarroi qui nous saisi toutes et tous et qui pousse certains d’entre nous jusqu’au désespoir est une responsabilité qui nous engagent : Pour être sans complaisance avec la violence et la haine, pour l’avenir des ruralités : il faut que l’on se parle maintenant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes