ESPAGNE: L'extrême droite menace de mort Iglesias et sa famille.

Une campagne de harcèlement et des menaces de mort obligent Pablo Iglesias, Irene Montero et leurs enfants à interrompre leur semaine de vacances chez un camarade dans un petit village des Asturies. Indignation et inquiétude en Espagne.

Traduction de la déclaration de IU-Podemos:

 "Le fascisme et l'extrême-droite continuent leur escalade de harcèlement et de violence. Ils n'assument pas leur défaite électorale parce qu'ils ne respectent pas la démocratie."

 

Traduction de la déclaration de Pablo Iglesias:

 "Ce que l'extrême - droite et certains médias font à ma famille est ‌grave mais il y a des gens qui ont payé de leur liberté, de leur vie, de la torture, le fait de défendre leurs idées et de faire de la politique. Ce n' est pas notre cas."

 Tout le gouvernement espagnol a bien sûr assuré la famille Iglesias de son affection et de son soutien ainsi que de nombreuses personnalités au-delà de la majorité parlementaire. Ceci dit, ce qui est frappant c'est la volonté de "ne pas trop en faire" ( cf. La déclaration d'Iglesias lui-même) et ne pas tomber dans le piège du climat hystérique que l'extrême -droite essaye de créer artificiellement (bien aidée par les médias avides de sensationnel,en particulier les chaînes de télé). Être vigilant mais ne pas en rajouter, telle semble la ligne de conduite dans une Espagne par ailleurs psychologiquement écorchée par la crise sanitaire.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.