Ce que représente cette fameuse circulaire

Donc ils ont osé ! "Le Président de la République a fixé des objectifs précis le 28 juillet dernier, pour l'évacuation des campements illicites : 300 campements ou implantations illicites devront avoir été évacués d'ici 3 mois, en priorité ceux des Rroms." Et la fameuse circulaire se poursuit.

Signée par Michel Bart, Directeur de Cabinet du Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales, elle donne des objectifs clairs à chaque préfet : "la réalisation minimale d'une opération importante par semaine concernant prioritairement les Rroms". Et, au cas où les -pauvres- préfets hésiteraient sur le sens à donner à "opération importante", il est précisé : "évacuation / démantèlement / reconduite". Mieux encore ! Nous sommes dans l'administration, n'est-ce pas, et il faut s'assurer que la plus petite préfecture (Mende ?) aura les outils pour mener à bien ce travail. Donc la fin de ce document se termine par une série de tableaux vierges, à remplir, avec des colonnes "Suite évacuation, nombre d'OQTF (obligation de quitter le territoire), nombre personnes mineures, etc." C'est... parfait ! Il n'y a plus qu'à ...

C'est à dire remplir les tableaux, organiser les ... rafles (hein, c'est bien de cela qu'il s'agit ?), faire entrer les gens dans des bus, des avions et ... le "travail" sera fait, les objectifs remplis.

Cela ne nous rappelle-t-il pas quelque chose ?

Si bien sûr. Mille fois bien sûr, avec toute l'horreur qui nous prend et la honte qui retombe sur chacun d'entre nous.

Faisant partie des générations d'après guerre, j'avais cru, naïvement, que le "plus jamais çà" était un principe intangible, au minimum sur notre sol européen martyrisé entre 1939 et 1945. J'avais cru que la plupart d'entre les responsables politiques français étaient suffisamment cultivés, éduqués, pour avoir vu "Nuit et brouillard" et avoir frémi devant l'atrocité tranquille (pardon de cet apparent oxymore) de ces fonctionnaires allemands satisfaits d'avoir réussi à gérer de multiples convois de trains à l'heure, sans faute d'aiguillage.

Nous n'en sommes pas là, bien évidemment. Point de solution finale à l'œuvre. Pour autant, nous sommes face à un Président de la République et à son gouvernement qui - pour d'apparentes raisons électoralistes - tiennent d'abord des discours xénophobes, puis organisent de façon méthodique leur mise en œuvre. Nous sommes face à un haut commis de l'Etat qui trouve très naturel d'organiser les rafles de familles, le saccage de leurs maigres biens, puis leur déplacement, sous le seul prétexte qu'elles appartiennent à une ethnie. Le tout avec des objectifs chiffrés ! Tellement naturel qu'il en fait un circulaire envoyée dans tous les départements !

Ce qui me paraît terrible, au-delà de l'abjection de cette affaire, c'est tout simplement qu'elle soit possible. Que des hommes au plus haut niveau de l'État ne voient pas où puisse se trouver le problème, cela veut dire que le tabou absolu, issu de la seconde guerre mondiale, du déplacement de populations en raison de leur origine, a sauté.

Heureusement, l'Europe a enfin fortement réagi aujourd'hui par la voix de Viviane Reding. Mais pour l'instant, les expulsions / démantèlement / reconduite se poursuivent. Et à la fin de ce mois de septembre, Eric Besson s'apprête à faire passer un nouveau texte sur l'immigration qui rendra notre pays encore plus terriblement inhospitalier. N'en doutons pas : nous ne sommes pas au bout de nos peines, nos batailles sont loin d'être achevées. Qu'on le veuille ou non, ils ont bien réussi à réveiller la "bête immonde" !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.