Sorj CHALANDON et Adriana LANGER

 

Sorj CHALANDON ? Je n’avais jamais entendu parler de ce monsieur (on n’est pas tous obligés d’avoir lu Libé autrefois, et le Canard enchaîné, aujourd’hui, n’est-ce pas Claude C. ? Sourire )

Et Pof ! Coup de foudre dès que j’ai entendu sa voix à la radio. Et ses mots. Et ses choix musicaux avec Elsa Bouglil (musique vocale uniquement. Ce n’est pas fait pour vous déplaire, n’est-ce pas, Eugénio ? Sourire)

Je n’ai eu qu’une envie : acheter son dernier livre, Profession du père. Je l’ai lu d’une traite.

« Nous n’étions que nous, ma mère et moi. Lorsque le cercueil de mon père est entré dans la pièce, posé sur un chariot, j’ai pensé à une desserte de restaurant. » (Que penses-tu de cette attaque, Grain de Sel ? Tu vas encore dire que je rapporte tout à la bouffe ! Sourire 

C’est l’histoire d’un petit garçon avec plein de candeur, et d’innocence et d’espoir et de gentillesse et d’élégance (Merienne ? Il me semble que vous deviez lui ressembler Sourire)

Son père le tabasse, le torture, l’appelle Frenchie (j’ai besoin de vous, Danyvès, pour la traduction Sourire)

Il a le malheur d’être né d’un père qui s’est mis en tête de tuer le général de Gaulle. Le rôle de son fils : écrire sur les murs du collège, les toilettes, la cour de récré, la cantine, OAS partout. Anne ?Sourire Cette histoire est pour toi. Tu pourrais la mettre en images ?

Olala, Sourire c’est là que tu interviens. Ce gamin est malade, asthmatique. Il a besoin d’un bon médecin. Le sien ? Je ne te dévoile rien, mais…

Je ne vous en dirai pas plus. Lisez-le. Son  écriture est d’une simplicité qui confine à la perfection. Il a d’ailleurs obtenu le Prix du Style 2015. Quant à l’agencement de son histoire, c’est du haute-contre jusqu’au final  La forza dell’amore .

                                                           ********

Je vais profiter de ce billet pour vous faire connaître Adriana LANGER, radiologue à l’institut Curie de Paris, qui vient d’écrire un recueil de nouvelles : Ne respirez pas. Je l’ai connue au Salon du livre féminin d’Hagondange. Le hasard nous a placées côte-à-côte à table. Nous avons évoqué nos avatars de petits auteurs. Si vous avez envie de connaître ce qu’il y a derrière le négatoscope, lisez-la. Elle écrit avec délicatesse.

Profession du père – Sorj CHALANDON – Grasset – 316 pages – 19 euros

Ne respirez pas – Adriana LANGER – La Providence – 179 pages – 15,9 euros.

 **********

 

C'est le grand nettoyage de printemps. Ne m'en veuillez pas trop, s'il vous plaît.

                                                                             Merci

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.