Miriem MEGHAIZEROU
Professeure agrégée de Lettres modernes et chroniqueuse cinéma et littérature à Culturopoing
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 mai 2016

Théâtre : A plates coutures !

Le combat des ex-ouvrières de Lejaby, en 2010, avant la fermeture de l'usine, a inspiré le texte très engagé de Carole Thibaut. Mise en scène de Claudine Van Beneden. Avec : Claudine Van Beneden, Angeline Bouille, Chantal Penon, Barbara Galtier, Simon Chomel. A la Maison des Métallos, jusqu'au 14 mai.

Miriem MEGHAIZEROU
Professeure agrégée de Lettres modernes et chroniqueuse cinéma et littérature à Culturopoing
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas loin du musical, avec ses scènes aux mouvements stylisés et aux parties chantées, la pièce de Carole Thibaut offre aux cinq comédiens l'opportunité de se livrer à une belle interprétation scénique. On apprécie plutôt la légèreté que ces passages de comédie musicale octroient à une pièce au sujet grave : celui de la destruction de l'usine Lejaby, qui a déposé le bilan en 2011, après un âpre combat de ses ouvrières. 

© Cédric Rouillat

Parfois, on oublie que le combat social fut ardu, tant on entre dans le quotidien et la vie de chacune de ces quatre femmes, représentant les ouvières de Lejaby. Pourtant, les relations sont sans cesse tendues : que ce soit face à la figure du pouvoir (contremaître tyrannique, acteur politique en quête de voix, patron aux promesses fallacieuses) ou aux injonctions domestiques (il faut s'occuper de la maison, des enfants, du mari désespéré). La solidarité et l'attachement que ces femmes manifestent les unes envers les autres soulignent aussi le fait que la classe ouvrière n'a pas disparu, malgré la tentative d'en refouler l'existence dans le passé de la lutte des classes.

© Xavier Cantat

Au-delà du phénomène social, c'est aussi un pan de l'identité de l'industrie française qui est abattu : charme, élégance, savoir-faire et implication dans une fabrication de qualité, voilà ce que représentaient Lejaby et ses petites mains dévolues à leur travail. Le texte et la mise en scène montrent que le travail engage le corps des ouvrières, qu'il les engage dans le corps social et qu'il forme aussi le tissu de leurs vies. Si les luttes pour faire valoir leurs droits placent constamment les ouvrières sur la brèche, usées qu'elles sont sur leurs machines, elles constituent néanmoins un point d'ancrage qui les rattache à la vie. Les plans sociaux et les fermetures les placent sur un autre bord : au-delà du désespoir, dans une littérale désintégration physique et psychique. 

J'ai été surtout sensible au texte et à la scénographie : A plates coutures ! entremêle les fils narratifs et superpose les actions. Les jeux de voix démultiplient la parole d'un même discours d'un protagoniste à l'autre, pour faire entendre une communauté de destins dans la singularité des parcours. Système d'écho et de mise en abyme, sans systématisme ni artifice dans le jeu. La vidéo souligne, par exemple, les enjeux médiatiques des luttes politiques et sociales. C'est aussi un choix esthétique qui sert les effets dramatiques par un resserrement sur les expressions du visage tout en maintenant la distanciation. Et c'est bien fait, on ne voit ni fils ni ficelles - c'est aussi ça le savoir-faire. 

© Xavier Cantat

C'est mon amie Vanessa qui nous a incités à voir cette pièce, ravie par les échos qu'elle en avait eus à Avignon, l'été dernier. Nous sommes quelques professeurs et amis à l'avoir suivie. Certes, le combat des ouvrières de Lejaby ne fut pas le nôtre, et pourtant... quel constat amer que celui de la désintégration du monde du travail, tout comme celui du monde de l'éducation. Si seulement ces quelques frondeurs du PS que nous avons croisés à la Maison des Métallos n'y étaient pas que pour le spectacle, ce serait déjà ça. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart