Réforme des institutions: la démocratie liquide

De la liberté de décider de sa manière de voter.

La démocratie liquide permet au votant de choisir entre voter directement ou déléguer son droit de vote à une personne de confiance. La possibilité de déléguer son droit de vote est véritablement une singularité de ce modèle de prise de décision; en plus de sa surprenante appellation. La démocratie liquide est un concept contemporain dans la mesure où il a émergé grâce à l'informatique et à Internet.

POURQUOI "DÉMOCRATIE LIQUIDE" ? DU CHOIX DE L'ADJECTIF LIQUIDE

Il peut être surprenant d'associer le concept de démocratie à un état physique de la matière. L'épithète "liquide" est lié à une notion développée par Zygmunt Bauman1 (notamment dans son ouvrage Liquid Modernity paru en 2000, aux éditions Polity Press) pour parler des sociétés post-modernes. Selon lui la "liquidité" est une bonne métaphore de la société actuelle2. Comme le souligne Arthur Renault " le concept de « liquéfaction sociale » s’appuie sur une critique de la « société » moderne qui se caractérise par l’évolution du corps social solide structuré autour d’institutions stables et durables dans le temps en un corps social liquide caractérisé par le règne de l’éphémère et de l’instabilité. La « société liquide » incarne donc, pour Bauman, la consécration de l’individualisme au détriment de la cohésion sociale".

 Or la « démocratie liquide » promeut une « liquéfaction » de la démocratie au profit du « citoyen ordinaire » afin de le positionner au centre du jeu politique. La liquidité démocratique est perçue ici comme un atout majeur dans le processus de réinvention de la démocratie. Cette « liquidité » fait également référence aux qualités physiques d’un liquide c’est-à-dire l’horizontalité permettant au plus grand nombre de prendre part à la décision et à l’action politique et publique."3

QU'EST-CE QUE LA DEMOCRATIE LIQUIDE?

Le concept de démocratie liquide a été créé par le mouvement pirate, à l'initiative du parti pirate allemand (Piratenpartei Deutschland) en 2008. Il a été inspiré du projet Delphi Mediation Online System (DEMOS) mis en place en 1999 et financé par la Commission Européenne. Il s'agissait "d'expérimenter la démocratie électronique par l'intermédiaire d'une plateforme informatisée permettant de rassembler les propositions et de les classer selon leur pertinence par un vote hiérarchique"4. Ce projet a été éprouvé à Bologne et à Hambourg en 2001 et 2002.

La démocratie liquide est un modèle hybride de prise de décision dont l'une des singularités est la possibilité de déléguer son droit de vote. Elle emprunte des caractéristiques à la démocratie représentative et à la démocratie directe. Dans la démocratie représentative, les électeurs désignent par leur vote des représentants qui débattront et prendront des décisions à leur place pour une certaine durée. Il en est ainsi, par exemple, des élections des députés en France où ces derniers sont les représentants de la souveraineté nationale pour un mandat de 5 ans.5 Ils votent la loi selon leurs opinions; leur droit de vote est personnel, ils ne sont pas tenus de respecter les engagements pris devant leurs électeurs. La Constitution française précise même que "le mandat impératif est nul"6.

Dans la démocratie directe, les citoyens eux votent directement, sans intermédiaire. Ce sont eux qui exercent le pouvoir, principalement par les mécanismes du référendum et des initiatives populaires. Ainsi par exemple, en Suisse, tout ceux de plus de 18 ans "peuvent prendre part[...] aux votations fédérales et lancer et signer des initiatives populaires et des demandes de référendum en matière fédérale" 7.

La démocratie liquide emprunte d'un côté à la démocratie représentative, la délégation du droit de vote à un tiers; et d'un autre côté, à la démocratie directe, le vote sans intermédiaire. La démocratie liquide promeut ainsi un mélange des deux, empreint de liberté de choix.

Lors de la prise de décision un votant a donc la liberté de choisir s'il va voter directement ou s'il va déléguer son vote à un pair en qui il a confiance. Sa décision repose sur son niveau de connaissances, de compétences sur le sujet ou sur son temps disponible pour s'informer. La délégation est une des particularités de la démocratie liquide. Elle " peut-être spécifique à un domaine" (environnement, économie, santé,...) "ce qui signifie que les électeurs peuvent déléguer leur vote à différents experts de différents domaines ".8

Celui qui a délégué son droit de vote a également la liberté, à tout moment, de le récupérer. Il pourra soit voter lui-même soit le transférer à un autre délégué.

La délégation repose sur un rapport de confiance. Le délégant "estimant que la personne qu'il choisit pour voter à sa place à une meilleure maîtrise du sujet que lui"9. Si cette confiance est rompue il peut retirer au délégué son vote. Cependant la délégation n'est pas une procuration où le délégué est mandaté pour voter au nom et selon le choix du délégant.

Une des propriétés de cette délégation est quelle est transitive. Les délégués peuvent, en effet, transférer à d'autres délégués, qu'ils jugent plus experts qu'eux, leurs droits de vote accumulés pour qu'ils votent à leur place (et à celle des délégants précédents dans la chaîne). Ainsi B peut déléguer, sur un sujet, son droit de vote à D car il l'estime mieux informé. Sur ce même sujet, D peut déléguer son droit de vote propre et celui qui lui a été délégué (celui donc de B) à E qui, selon lui, est plus à même de prendre la meilleure décision. E peut faire pareil avec M. M se retrouve ainsi avoir son propre droit de vote plus ceux de E, de D et de B.

LA DÉMOCRATIE LIQUIDE NÉCESSITE L’UTILISATION D’UN OUTIL INFORMATIQUE

La démocratie liquide se pratique grâce à l'informatique et internet. Plusieurs partis pirates utilisent le logiciel open source LiquidFeedback développé par le Piratenpartei. LiquidFeedback est une plateforme qui regroupe par « domaines des sujets de débats, chacun appelant à un vote »10. Un membre peut déléguer son droit de vote sur un domaine ou sur un sujet. "Un sujet contient une ou plusieurs idées qui s'affrontent l'une à l'autre, et ce jusqu'à ce qu'un vote les départage"11. Lors de la discussion un participant peut soutenir une idée plus qu'une autre, peut en proposer une nouvelle ou a la possibilité d'apporter des modifications à une idée déjà présente. Après cette phase d'échange, l'idée est "gelée" c'est-à-dire qu'elle ne peut-être ni retirée ni modifiée pendant un certain temps. Le sujet sera ensuite soumis au vote. Les participants ( donc soit les "votants directs", soit les délégués) peuvent voter Pour, Contre ou s'abstenir12.

Il faut ici préciser que le vote est visible, il n'est donc pas secret.

Selon Carlo Brancati, pirate suisse, pour que la démocratie liquide puisse fonctionner convenablement plusieurs postulats sont nécessaires. “Premièrement, le nombre de votants doit être suffisamment important pour éviter un ‘coup d’État’. Deuxièmement, il faut surveiller de très près l’Admin (l’administrateur de la plateforme) pour qu’il n’ait pas trop de pouvoir et qu’il n’influence pas le vote si celui-ci est ouvert. Troisièmement, il faut un règlement très strict concernant la gestion pratique de la plateforme et la certification des mandats”13.

Concrètement ça donne quoi? Des députés du parti pirate allemand au Parlement berlinois ont, par exemple, pris une proposition du Die Linke ("La Gauche"), et l'ont proposé au vote sur LiquidFeedback. Puis ils ont communiqué à leurs homologues du Die Linke le résultat du vote (approuvée par 86% des votants) en leur disant qu’ils voteraient pour cette proposition car ils ont eu l'approbation des membres du parti. "Ce qui compte" pour Alexander Morlang, député du Parti pirate allemand, "c'est que les membres des autres partis, de Die Linke par exemple, commencent à comprendre que les membres du parti pirate sont autorisés à voter sur une proposition de Die Linke sur laquelle les membres de Die Linke, eux, ne peuvent pas voter. Du coup, ils commencent à demander plus de démocratie au sein de leur parti"14.

QUELS SONT LES AVANTAGES ET LES INCONVÉNIENTS DE CE CONCEPT ?

Pour Dominik Schiener la démocratie liquide présente plusieurs avantages. Elle fournit aux électeurs « la liberté de décider de leur niveau d’engagement, tout en leur permettant de le moduler à tout moment ». Par ailleurs la délégation du droit de vote reposant sur un rapport de confiance, les délégués se sentent davantage responsables. D'autant plus que cette confiance peut-être retirée à tout instant. Pour lui, la démocratie liquide responsabilise les délégués. « La démocratie liquide finit par évoluer en une méritocratie » menant à de « meilleures décisions »15 dans la mesure où les électeurs ont la possibilité de déléguer leur droit de vote à un pair qui a une meilleure expertise du sujet.

Ce système hybride permet aussi une « représentation directe des minorités ». Grâce à la quasi-absence d’obstacles à la participation, il est plus facile pour les minorités d’être représentées au sein du gouvernement.[...] En effet, la démocratie liquide constitue une représentation directe des différentes couches de la société et permet aux minorités et aux groupes ethniques, quelle que soit leur taille, de participer au processus de prise de décision et à la gouvernance du pays.

Dominik Schiener relève deux obstacles. D’une part la nécessité d’avoir « une infrastructure technique de fond qui [permette] aux participants de constamment pouvoir voter directement ou par délégation ». Auquel peut-être rajouté le fait que ne peuvent participer que ceux qui ont une connaissance suffisante des outils informatiques et d’Internet (et qui ont accès à celui-ci).

D’autre part, la méconnaissance au sein de la population de l’existence de ce concept démocratique.

Fabien Granjon quant à lui constate les limites du logiciel LiquidFeedback. Cet outil est « censé porté une démocratie directe à base de consultations permanentes émanant « du bas », cadrées par des procédures garantissant les conditions de possibilité de l’horizontalité recherchée. Dans les faits, le LiquidFeedback rencontre les problèmes relativement classiques des dispositifs participatifs (participation faible et concentration du pouvoir aux mains des plus experts), auxquels vient s’adjoindre l’émergence de « super délégués » pouvant représentés à eux seuls plusieurs centaines de voix »16.

Critique en effet soulevée par Arthur Renault : « L’accumulation de délégations par plusieurs délégants transformerait alors le délégué en un leader implicite détenant entre ses mains le pouvoir d’influencer le processus décisionnel. En outre, il est possible de voir apparaître des « leaders d’opinion » (Katz et Lazarsfeld, 2008) dotés d’une notoriété acquise grâce à des prises de position. Ce statut tacite pourrait de fait conduire ces derniers à se voir confier de nombreuses délégations et, par conséquent, à concentrer un pouvoir  décisionnel important »17.

Des doutes sur la faisabilité de la mise en place de ce système peuvent émerger. Tout comme des craintes relatives à la notion de confiance (et à son abus) et à la délégation de son droit de vote (craintes qui sont également applicables à la démocratie représentative). Des expérimentations et la pratique de la démocratie liquide à petite et moyenne échelle permettront peut-être de les lever. Cependant la démocratie liquide attire et certains souhaitent l'expérimenter18

 

RESSOURCES UTILISÉES POUR LA RÉDACTION DE CET ARTICLE

Arthur Renault, « Démocratie liquide », in CASILLO I. avec BARBIER R., BLONDIAUX L., CHATEAURAYNAUD F., FOURNIAU J-M., LEFEBVRE R., NEVEU C. et SALLES D. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation, 2013, ISSN : 2268-5863. URL : http://www.dicopart.fr/fr/dico/democratie-liquide.

Liquid Democracy : True Democracy for the 21st Century de Dominik Schiener traduit in Ils liquident la démocratie, si nous la rendions liquide ? sur le site Framablog.

Article de Ianik Marcil, « Démocratie Liquide », Multitudes 2012/3 (n°50), p.210-212. Disponible en ligne ici sur le site Cairn.info.

Article de Albano Cordeiro, « Vous avez dit « Démocratie réelle » ? », Multitudes 2014/1 (n°55), p.203-210. Disponible en ligne ici sur le site Cairn.info.

La démocratie liquide, ça vous dit ?, de Marta Serafini publié le 27/09/2012 par le Courrier International

Article de Fabien Granjon, « Du pragmatisme et des technologies numériques », Hermès, La Revue 2015/3 (n°73), p.219-224. Disponible en ligne ici sur le site Cairn.info.

Article de Maurice Merchier, « Vers la transdémocratie ? », Le Débat 2016/5 (n°192), p.55-66. Disponible en ligne ici sur le site Cairn.info.

Coup d’Etat citoyen : ces initiatives qui réinventent la démocratie, de Elisa Lewis et Romain Slitine publié en 2016 aux éditions La Découverte, p54 et s.

La « démocratie liquide » ou comment repenser la démocratie à l’âge du numérique ?, émission du 17/04/2016 sur France Culture.

Vivre dans la modernité liquide. Entretien avec Zygmunt Bauman. PDF publié par la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Strasbourg.

Le wiki du Parti Pirate

Vidéo interview de Alexander Morlang et de Martin Delius, députés au Parlement berlinois, pirates, sur la démocratie liquide et LiquidFeedback.

Forum Etalab sur les logiciels de la démocratie liquide

 

NOTES

1 Zygmunt Bauman (1925-2017) était un philosophe anglais d'origine polonaise. Il avait enseigné la philosophie et la sociologie aux universités de Varsovie (Pologne) et de Leeds (Grande Bretagne). Source data.bnf

2Vivre dans la "modernité liquide". Entretien avec Zygmunt Bauman (Faculté des Sciences Sociales de l'Université de Strasbourg)

3 Arthur RENAULT, « Démocratie liquide », in CASILLO I. avec BARBIER R., BLONDIAUX L., CHATEAURAYNAUD F., FOURNIAU J-M., LEFEBVRE R., NEVEU C. et SALLES D. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation, 2013, ISSN : 2268-5863. URL : http://www.dicopart.fr/fr/dico/democratie-liquide.

4 id. que 3

5 Article 4 de la Constitution du 4 octobre 1958

6 Article 27 de la Constitution du 4 octobre 1958

7 Article 136 de la Constitution fédérale de la Confédération suisse

8 Liquid Democracy: True Democraty for the 21st Century de Dominik Schiener, traduction proposée parFramablog

9 id. que 4

10 Wiki Pirate LiquidFeedback

11 id. que 10

12 Pour plus de détails voir la FAQ sur LiquidFeedback sur wiki.partipirate.fr

13 La démocratie liquide ça vous dit ? de Marta Serafini, Courrier International du 27/09/2012

14 vidéo youtube avec Alexander Morlang et de Martin Delius, députés au Parlement berlinois, pirates, sur la démocratie liquide et LiquidFeedback.

15 Liquid Democracy: True Democraty for the 21st Century de Dominik Schiener, traduction proposée parFramablog

16 Fabien Granjon, « Du pragmatisme et des technologies numériques », Hermès, La Revue 2015/3 (n°73), p.219-224. Disponible en ligne sur CAIRN

17 Arthur RENAULT, « Démocratie liquide », in CASILLO I. avec BARBIER R., BLONDIAUX L., CHATEAURAYNAUD F., FOURNIAU J-M., LEFEBVRE R., NEVEU C. et SALLES D. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation, 2013, ISSN : 2268-5863. URL : http://www.dicopart.fr/fr/dico/democratie-liquide.

18 voir le forum d'etalab sur les logiciels de la démocratie liquide

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.