Miroir 2017
La contre-campagne présidentielle
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2017

Miroir 2017
La contre-campagne présidentielle
Abonné·e de Mediapart

La nuit se lève sur le féminisme

Le mercredi 8 mars aura lieu la Journée Internationale des droits des femmes. A cette occasion, Miroir 2017 s’intéresse au collectif Nuit Féministe, issu de Nuit Debout, qui participera à cette journée de mobilisation.

Miroir 2017
La contre-campagne présidentielle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Les femmes sont moins payées que les hommes. Une évidence qu’il faut sans cesse marteler pour espérer, un jour, réduire à néant cette inégalité. Ainsi, pour la Journée Internationale des droits des femmes le mercredi 8 mars (souvent abusivement raccourcie en « Journée de la femme ») des dizaines d’associations féministes ont appelé à ce que toutes les femmes arrêtent de travailler à 15h40. Puisqu’elles sont payées 26 % de moins que les hommes, elles ne devraient ainsi pas travailler au-delà de cet horaire. Cette initiative s’inspire de l’Islande et avait déjà été reprise le 7 novembre dernier sur la place de la République. Pour mercredi, l’appel est national et des actions sont envisagées dans toute la France. 

A Paris, le collectif Nuit Féministe, issu de Nuit Debout, va participer à cette campagne, avec l’animation d’ateliers place de la République à partir de 15 heures pour échanger sur 20 propositions afin de faire avancer la cause féministe. Les débats seront retransmis en live sur le Facebook de Nuit Debout Paris et à suivre avec les hashtags #8marsattack et #8mars15h40. 

Une manifestation à l’appel de plusieurs syndicats et collectifs partira ensuite de la Place de la République jusqu’à Opéra. Le soir, une seconde manifestation est prévue à Belleville. Nuit Féministe a également conçu des affiches à coller partout pour inciter les gens à se mobiliser et à réfléchir sur les inégalités hommes femmes. Si vous vouliez participer, imprimez les affiches disponibles ici et postez vos photos sur twitter et interpellez le compte Twitter de Nuit Féministe.

Comme son nom l’indique, les membres du collectif se sont rencontrés à Nuit Debout. Faute de se retrouver dans l’organisation plus « verticale et hiérarchique » des associations féministes déjà existantes, ils et elles préfèrent travailler sur de nouvelles formes de mobilisation. Leur idée : s’émanciper grâce à des actions simples, facilement reproductibles par tous. « Il existe déjà de nombreuses associations expertes et très investies sur différents sujets. Nous ne voulons pas empiéter sur leurs platebandes », explique Emmanuelle, l’une des membres. Et pour inciter les gens à s’investir, il faut leur donner un mode d’emploi. « Beaucoup de personnes se disent féministes mais ne savent pas comment agir. Nous voulons lutter contre cette passivité, proposer une manière de s’engager hors du cadre habituel « , explique Marie, également membre.

Une affiche de Nuit Féministe pour le 8 mars

Leur première action remonte à décembre 2016. En pleine période de Noël, ils et elles ont investi plusieurs magasins parisiens afin de bousculer la classification « genrée » des rayons des jouets, en mélangeant les voitures avec les poupées Barbie. Une opération documentée pour être reproduite par d’autres qui se sentiraient également mal à l’aise avec cette vision très sexiste des cadeaux pour enfants. Ils ont aussi participé à la mobilisation du 7 novembre dernier sur le thème des inégalités salariales. Plus de 300 personnes étaient présentes sur la place de la République à Paris et 62 000 ont suivi le Facebook live. Grâce à l’expérience acquise à Nuit Debout, les membres de Nuit Féministe ont appris à mener une campagne efficace sur les réseaux sociaux, compétence indispensable pour toucher le plus large public possible.

Cette journée du 8 mars sera donc l’occasion d’appeler une fois de plus à la mobilisation et, au-delà des inégalités salariales, de mettre en lumière les nombreuses oppressions et violences faites aux femmes. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.