Mjs Music History
Chroniqueur- Critique Musicale
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2022

Mjs Music History
Chroniqueur- Critique Musicale
Abonné·e de Mediapart

4 saisons d’Amour Noir - Still Fresh en quête d’une union véritable ?

Still Fresh, avec sa mimique comme signature, le « oooouuuuiiii » reconnaissable parmi tous les artistes. Il nous a offert 4Eps se déclinant en 4 saisons, aujourd'hui rassembler dans un seul album avec 3 titres en + dont 1 inédit. Sous le signe de « l’Amour Noir », il nous fait passer par ses déceptions, ses doutes qui s’éclaircissent au fur et à mesure jusqu’à retrouver la confiance en l’amour.

Mjs Music History
Chroniqueur- Critique Musicale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
Still Fresh - Amour Noir - 4 Saisons - © Fasmer

(En cliquant sur le nom des artistes ou organisation en bleu gras, vous serez redirigez directement sur leur profil instagram)

La pierre se fissure. Son cœur se libère par la sincérité qu’il a avec lui-même, ses expériences et sa connaissance de l’humain laissant entrevoir la lumière. La patience est réclamée pour réellement connaître la personne aimée et de préférence sans " Make Up " (nom du titre inédit). A l’ère du digital, les artistes s’adaptent aux nouveaux codes de l’industrie musicale pour partager leur art avec leur public, tout en étant à la hauteur de leurs fidélités. Pari gagné pour ce chanteur du label « Nouvelle Ecole » qui chante avec des notes si singulières sur des rythmes très variés, souvent dansant. Il a apporté une fraîcheur à la musique urbaine d’aujourd’hui. Par cet entretien, Still Fresh se dévoile en nous donnant sa représentation personnelle et professionnelle de son art. 

Qu’évoquez-vous derrière le concept « d’Amour Noir » ?

Ces 4 Eps sont ma manière de donner ma vision de nos relations humaines telles que je les vois, de façon réaliste, ni trop nihilistes, ni trop idéalistes. Il y a des morceaux plus positifs et d’autres plus sombres.


"Je ne suis pas meilleur ou pire qu’un autre. Je suis le fruit de cette époque. Pour aller au-delà de l’apparence, la seule clé reste la communication."


Êtes-vous plutôt relation éphémère ou plus focus sur une relation sérieuse ?

Je suis plus relation sérieuse, ça reste la base. Tout le monde a envie de finir avec quelqu’un qui lui correspond. Faut trouver la bonne personne. L’amour, c’est beau, mais il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte.

Au niveau de l'humanité, Vous êtes davantage de nature optimiste ou pessimiste ?

Plutôt réaliste, ni positif, ni négatif. Accepter le bon et le mauvais de l’humain. D’une personne, je peux attendre du bien de lui comme je peux m’attendre à quelques erreurs. C’est humain, c’est comme ça. Le truc, c’est de s’adapter en fonction de l’individu et de côtoyer des gens qui peuvent vous apporter quelque chose de positif dans nos vies. A l’échelle de l’humanité, je dirais que ça part en couilles. Je me dis que c’est cyclique. Il y a déjà eu des moments plus prospère et plus paisible que d’autres. Avec internet, il y a des possibilités de faire de belles choses, de créer de nouvelles alternatives solidaires et humanitaires.

Quel est le point essentiel qui, pour vous, permet la réussite d’une relation amoureuse ?

Quand un mec n’est pas assez présent ou qu’il a son jardin secret, cela crée des incompréhensions. On n’a pas la même manière d’exprimer notre amour. En plus, on va être définit par ce qu’on va montrer, ce qu’on va représenter dans cette société et éclipser ce qu’on est vraiment. Alors qu’en fait, ça reste que du matériel. Je ne suis pas meilleur ou pire qu’un autre. Je suis le fruit de cette époque. Pour aller au-delà de l’apparence, la seule clé reste la communication.


"Il y a toujours une teinte de rap dans la façon dont je vais habiller les morceaux."


Illustration 2
Still Fresh - Amour Noir - 4 Saisons - © Fasmer

Vous vous sentez seul même entouré ? Ou peut-être avez-vous développé une solitude par le temps qui passe reliant ou déliant les relations ?

Je suis souvent dans ma bulle. Quand j’étais petit, je restais souvent chez moi pour me retrouver. A l’époque, j’écoutais, j’écrivais des sons et même je dessinais des mangas. Aujourd’hui, j’ai toujours cette habitude. Cela me permet de réfléchir sur la musique. Quand je suis entouré, je ne vais pas parler pendant un long moment. Je suis totalement dans ma bulle car je cogite énormément. Je suis un mec assez introverti. Je ne suis pas la personne qui va essayer de se mettre en avant dans l’attraction de la pièce. Je suis devenu artiste par amour de la musique. Il y a quand même des choses agréables où on joue le jeu tout en étant soi-même.

Vos sons expriment un mélange relationnel avec les femmes et la rue. Artistiquement vous définissez-vous plus rap, plus RnB ou même Dance-Hall ?

J’ai un style assez large. Les trois peuvent me définir. Je suis plus en mode dance-hall, RnB. Il y a toujours une teinte de rap dans la façon dont je vais habiller les morceaux. Les propos ne sont pas féériques mais très terre à terre. Les trois me définissent assez bien mais à un degré différent selon la track. Dans le sens général, un bon son, ça reste un bon son tant que ça touche là où ça doit faire effet. Tant que c’est bon, qu’importe la forme, c’est la qualité et le ressenti qui priment.


"Ce n’est plus comme en 1998, pour l’attente d’un nouvel album, il fallait s’accrocher. Un Arsenik ou un Lunatic, t’apprenais à vraiment aimer l’album en te butant dessus."


Qui sont les artistes qui vous inspirent ?

 Mon artiste préféré c’est Lil Wayne car il a utilisé tous les outils à porter de main sans se mettre de barrières. J’aime énormément Drake et 2Pac. Ce dernier, par sa personnalité, était sans concession et suivait ses convictions à 100%. En ce moment, je réécoute beaucoup le premier album d’Aaliyah « Age ain’t nothing but a number » et les albums de Mafia K’1 Fry. J’ai été grave à fond sur tous les albums de chaque membre. Ils ont emmené un côté « Caillera » mais décomplexé du rap, en mode tranquille, en toute simplicité. Dans les artistes Afro, les nigérians Omah Lay et Fireboy et les maliens Iba One et Tal B. En dehors des musiques urbaines, j’ai saigné les Beattles, du Jimmy Hendrix, Metallica, Miles Davis, Ray Charles et Nina Simone. Les musiques de Disney m’inspirent beaucoup pour leurs belles mélodies.

Illustration 3
Still Fresh - Amour Noir - 4 Saisons - © Fasmer

Quel est votre bilan après plus de 10 ans de carrière ?

Une belle évolution autant artistiquement que dans la gestion de ma carrière. On a tous pris du galon en apprenant beaucoup de choses. Je suis fier de ce qu’on a pu accomplir avec mon équipe. J’ai pu structurer ma personnalité artistique. Chaque expérience positive ou négative nous a permis de rebondir, aller dans la bonne direction qui nous fasse le plus kiffer. C’est un bilan positif vu qu’on est toujours là.

De quelles manières se sont élargis vos compétences dans votre champ d’activité ?

Tout ce qui est la réflexion, la communication et la stratégie. Comment j’ai envie de me présenter à mon public. Comment je devrais communiquer ou pas par la demande des réseaux sociaux. Le fait qu’on soit indépendant, il faut avoir un avis sur toutes les étapes : L’ordre des morceaux, les clips qu’on va sortir, les délais, etc… Je suis en même temps artiste et chef de projet.  J’ai une vision largement moins renfermée de ma musique. La carrière d’un artiste, c’est de la musique et pleins d’autres choses. On m’a fait réaliser qu’il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte : La musique, la promotion, les passages en radio ou pas et développer une réelle relation avec sa fanbase.

Comment vous êtes-vous adapté au marché de la musique d’aujourd’hui ?

Au niveau rapport avec le digital de la musique, j’agis en fonction de ce qui est le mieux pour moi. Le fait de livrer cinq titres tous les trois mois, c’est le plus bénéfique. Cela permet de sortir autant de sons dans l’année qu’un album sorti ponctuellement. On ne peut pas en vouloir au public de passer rapidement à autre chose vu qu’il y a constamment de la nouveauté. Ce n’est plus comme en 1998, pour l’attente d’un nouvel album, il fallait s’accrocher. Un Arsenik ou un Lunatic, t’apprenais à vraiment aimer l’album en te butant dessus.


"J’utilise un sablier des fois. Au bout d’1h30, faut que le son soit fini."


Illustration 4
Still Fresh - Amour Noir - 4 Saisons - © Fasmer

Avez-vous des projets en France ou au Mali ?

Je pourrais contribuer à la production d’un projet de A à Z pour un autre artiste. J’ai acquis toutes les compétences pour mener à bien mon rôle, l’ayant fait un nombre incalculable de fois sur mes projets : L’écriture, le mix, le mastering, vérifier les délais, les dates et les clips. Ça reste un gros engagement de travailler pour un artiste. Si je suis séduit, qu’il y a un feeling naturel avec la personne et que tout nous révèle qu’on doit travailler ensemble, on fera son projet ensemble. Ça serait grave intéressant autant en France qu’au Mali puisqu’il y a beaucoup d’artistes qui méritent d’avoir une bonne mise en lumière. Dès que j’ai les armes pour pouvoir le faire, on foncera, moi et mon équipe. Gérer sa propre carrière, c’est déjà un chemin de croix car tous les jours, il y a des imprévus. C’est comme si, ma vie d’artiste me forme à ma prochaine vie de producteur si je dois en avoir une.


"La bonne musique ne dépend pas des ventes sinon l’échiquier serait différent."


Quel est votre méthode de travail en studio ?

Pour les productions, elles se font sur place avec Biggi Jo avec qui je travaille en majorité. J’ai une vibe sur le moment et je mets une direction avec mon producteur. Je vais écrire en même temps que l’instrumental se crée. Au fur et à mesure, j’adapte mes paroles à l’instru ou, dans le sens inverse, Biggi va ajuster en insérant certains éléments pour me mettre plus en valeur. C’est vraiment un cheminement qui se fait en parallèle. On se défie même sur qui va finir en premier. J’utilise un sablier des fois. Au bout d’1h30, faut que le son soit fini. Quand il y a une adrénaline différente, il y a une autre manière de créer. C’est comme un grand laboratoire. On teste pleins de trucs sans se mettre de limites et permettre de sortir de notre zone de confort.

Comment se mettent en place vos collaborations ?

Ça se fait vraiment au feeling. Qu’importe si tu peux vendre un million de Cds ou que tu n’as même pas sorti un son, si tu fais de la bonne musique, let’s go, c’est parti. Aujourd’hui, la musique, c’est une multitude de paramètres. La bonne musique ne dépend pas des ventes sinon l’échiquier serait différent.

Illustration 5
Still Fresh - Amour Noir - 4 Saisons - © Fasmer

Qui sont les personnes derrière vos clips ?

J’ai l’équipe d’Augure de Lyon, Oliver et Jason, pour la production et la réalisation des clips. Ils ont une vision très esthétique, qui reste simple mais avec de la personnalité. Je bosse avec eux sur la plupart de mes clips pour créer une cohérence visuelle. Sans l’avoir verbalisé, dans les retours qu’on me fait, les personnes sentent une identité de plus en plus affirmée dans mes clips.

Qu’est ce que vous voulez qu’on retienne des 4 saisons « d’Amour Noir » ?

Chaque regard a son importance par nos expériences propres. Tant que l’auditeur/ l’auditrice ressent l’émotion, peu importe l’émotion, et ce qui en résulte quelque chose pour sa personne après écoute, mon objectif est atteint.

 Découvrez ou redécouvrez Still Fresh en vous baladant, en dansant ou tout simplement assis face à l’horizon. Artiste confirmé et en constante recherche de nouvelles sonorités à expérimenter, il est autant à l’aise en solo qu’avec ses invités comme Sneazzy, Lartiste, Jahyanai ou Lefa et n’hésite pas à mettre en avant des artistes émergents comme Bamby, Bolemvn ou encore le crew CG6 (Capitaine Gang 6). Deux nouveaux singles sont disponibles Rouge à lèvres, Confiance et l'inédit Make Up sur toutes les plateformes de streaming. Les 4 saisons « d’Amour Noir » sont parfaites pour vous ambiancer avec les beaux jours à venir. Vous retrouverez ci-dessous les clips des 4 saisons dont le clip Make Up pour clôturer Amour Noir. Bon enjaillement à tous.

Make Up - Still Fresh - Amour Noir 4 Saisons © Still Fresh
Mucho - Still Fresh feat Lartiste - Amour Noir Saison 4 © Still Fresh
Ne m'en veux pas - Still Fresh feat Sneazzy - Amour Noir Saison 3 © Still Fresh
Ennemis - Still Fresh - Amour Noir Saison 3 © Still Fresh
Sans Regrets - Still Fresh - Amour Noir Saison 2 © Still Fresh
Por Favor - Still Fresh - Amour Noir Saison 2 © Still Fresh
Comme toi - Still Fresh - Amour Noir Saison 1 © Still Fresh
Même scénario - Still Fresh - Amour Noir - Saison 1 © Still Fresh
Thanos - Still Fresh - Amour Noir Saison 1 © Still Fresh

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte