Achevons le pouvoir des chiens de garde de l'impérialisme, tous les pouvoirs au peuple souverain!

La relance du processus révolutionnaire ne peut que nous réjouir et nous pousser à espérer la continuation de la révolution vers son aboutissement révolutionnaire.

La relance du processus révolutionnaire ne peut que nous réjouir et nous pousser à espérer la continuation de la révolution vers son aboutissement révolutionnaire. Mais il ne faut pas perdre de vue que les revendications présentées sont loin d'être révolutionnaires; car elles ne font que désigner négativement le mal dont nous voulons nous débarrasser: le régime en place, le gouvernement provisoire, la présidence par intérim et les instances de récupération de la révolution mises en place depuis mars dernier. Mais que faire à leur place? Quel/quels pouvoir(s) alternatif(s) instaurer? comment l'instaurer? quelle démocratie nous voulons? quelles gardes-fou installer pour bloquer les dangers de dérives réactionnaires et dictatoriales? Tout ça n'est pas du tout clair au sein du mouvement révolutionnaire actuel.

Le toit de ces revendications avancées aujourd'hui ne répondent pas aux questions les plus brulantes. Certains parlent d'un gouvernement provisoire révolutionnaire? Mais concrètement ça ne veut rien dire, du moment où il veut dire mille choses à la fois. Quel gouvernement provisoire voulons nous? quelles forces sociales et politiques sont appelées à la former? comment la former? est ce que à travers un processus de consensus entre partis, syndicat et ONG auto-proclamés (le modèle est déjà devant nous), ou à travers les structures d'auto-organisation populaires du bas en haut, du local au national? un pouvoir centraliste, ou un une fédération de pouvoirs décentralisés? tout ça n'est pas encore défini. En attendant l'émergence de forces politiques révolutionnaires qui lancent un tel programme stratégique la révolution tourne à rond et reste vulnérable à la récupération soit par les valets des pilleurs locaux et impérialistes, soit par la régression réactionnaire des despotes obscurantistes et moyenâgeux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.