INFIRMIERES, C'EST PAS FINI ! 50 POMPES ET VITE !

Article 22 : démerde toi comme tu peux ! (l'état a réactivé cette consigne qu'on me donnait à l'armée il y a plus de 40 ans)

Article 22 : demerde toi comme tu peux

 

Petit rappel pour ceux qui n’ont pas fait leur service militaire  (je veux dire le vrai, celui ou un adjudant promu plus pour sa grande gueule que pour sa finesse d’esprit te faisait faire 50 pompes devant tes copains parce que tu n’avais pas crié : Présent ! assez fort ou assez vite au moment de l’appel). A la fin de nos classes on nous fixait des objectifs pour vérifier si on avait bien assimilé leurs conneries (faire 30 bornes de nuit avec une carte et une boussole, défendre une position face à des légionnaires (qui, évidemment nous avaient cassé la gueule au bout de 3 mn si nous avions tenté de résister). Si nous n’avions pas réussi ces épreuves, nous étions privés de permission pendant un mois. Si nous les réussissions : perm exceptionnelle de 5 jours.

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre cette période et ce que vivent les personnels hospitalier, les caissières, les livreurs, bref la troupe, les bidasses, ceux qui ne sont rien et qui coûtent un pognon de dingue.

J’y vois tout de même quelques petites différences (minimes, certes mais quand même) :

- Moi j’avais une boussole et une carte, eux rien !

- Moi je pouvais lever les bras et me rendre aux légionnaires, eux non (l’ennemi est fermé à la discussion !)

- Moi je risquais l’humiliation de faire 50 pompes en public, eux c’est la mort

- Moi j’avais droit à une perm (très important à l’époque), eux une médaille et un bras d’honneur (non j’exagère, il y a tout de même 200 euros pour les merdeuses et les merdeux qui traînent leur cul sur les bancs des facs)

Finalement je fais un mea-culpa, je réalise aujourd’hui que l’adjudant de mes vingt ans était bien plus respectueux, sensible et humain que l’adjudant (bien planqué dans son bunker) qui, maintenant veut nous faire faire des pompes pour le restant de notre vie (cet adjudant s’appelle Geoffroy Roux de Bezieux et dirige une secte qui s’appelle le MEDEF je crois).

Quand au Général et son État Major, ils ont semble t’il très envie d’être attentifs aux remontées de terrain, pour eux le terrain c’est évidemment l’adjudant Geoffroy ROUX de BEZIEUX, (faut respecter la voie hiérarchique). On va la gagner cette putain de guerre croyons les ! (comme pour la guerre de 14/18, il y aura quelques dégâts collatéraux mais c’est normal, ceux qui sont chargés des corvées de chiottes n’ont même pas le statut d’actionnaires, c’est vous dire si on peut s'en passer).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.