Algérie

L'individu et le collectif

 

La situation se durcit sensiblement en Algérie à l’approche des élections du 12 décembre 2019. Le pouvoir militaire tente par tous les moyens de trouver quelques appuis parmi la population tout en accélérant les arrestations arbitraires.

La location de cars pour transporter des gens de ville en ville qu’on invite à scander des slogans en faveur de la tenue d’élection est un échec. Pendant une de ces pseudos manifs, ces gens (à qui on avait dit de répéter ce que dirait leurs « guides ») ont repris les slogans des véritables manifestants ce qui prouve qu’ils ne savaient pas pourquoi ils étaient là.

Pourtant les militaires comptent sur les élections du 12 décembre pour réveiller le vieux réflexe moutonnier qui consistait à obéir aux autorités quelles qu’elles soient. Le pouvoir compte sur des décennies de lavage de cerveau empêchant toute autonomie de pensée pour pousser la partie la moins politisée de la population à se dire qu’il y a un président et à accepter un pouvoir qu’elle pourrait considérer comme légitime.

Ce scénario semble peu probable si l’on considère les millions d’algériens qui continuent leur soulèvement pacifique. Même s’il ne faut pas tirer sur une ambulance (le pouvoir semble en phase terminale), une petite rafale supplémentaire n’est pas superflue. L’initiative d’une manifestation à Bruxelles devant le parlement européen devrait contribuer (si l’Europe est bien ce qu’elle prétend être) à obtenir à minima la cessation de soutiens extérieurs aux généraux.

La peur de certains de nos dirigeants, ne doit pas se transformer en panique, le moindre soutien supplémentaire d’un pays européen à une dictature en débâcle qui se trouve à nos portes aurait des conséquences catastrophiques sur les relations futures entre les peuples.

Si certains ont pu faire preuve de complicité dans le pillage et les détournements de fonds de l’Algérie, la justice sera là pour faire la part des choses. Mais il ne sert à rien d’aggraver son cas en se faisant complice de la violence d’une dictature.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.