Pour Sauver la VIE de Mohamed Cheikh Ould Mkheitir : Ma lettre au Président de la République

Ould Mkheïtir © Internet Ould Mkheïtir © Internet

Monsieur Le Président de La République, François Hollande,

Je m'appelle Mohamed LOUIZI (36 ans). Je me permets, au nom de ma citoyenneté française, de vous adresser ce courriel pour vous alerter d'une "affaire" qui concerne les "Droits Humains" en Mauritanie, et pour Vous solliciter d'intervenir auprès des autorités mauritanienne, pour libérer un jeune écrivain condamné à mort le 24/12/2014, pour avoir publié, sur Facebook, il y a un an, un papier (à lire ici en arabe) et (ici sa traduction française) mettant en cause l'autoritarisme religieux et la ségrégation se nourrissant des textes dits "sacrés" !

Ce jeune s'appelle Mohamed Ould Mkheitir (29 ans). Il a été emprisonné durant 12 mois, et ensuite jugé pour « apostasie » pour avoir exprimé, en quelques paragraphes, et en toute conscience, ses divergences et aussi, ses questionnements légitimes concernant la justification religieuse d’une ségrégation, qui ne dit pas son nom, et ses utilisations aberrantes au sein de  la société mauritanienne par un clergé inquisiteur puissant.

L'autorité religieuse du pays n'étant pas habituée à ce genre d'expression libre de la pensée, et soucieuse de vouloir donner l'exemple à d'autres - à toute une jeunesse ambitieuse - à travers ce jugement indécent, barbare et inhumain, cette autorité refuse tout débat et condamne ce libre penseur à la peine capitale !

Monsieur Le Président de La République,

Je me retourne vers Vous, au vu de votre engagement dans la région, pour combattre, entre autres, l’obscurantisme militaire et le jihadisme barbare - tout en me réservant le droit de ne pas soutenir votre action militaire car, dans mon esprit, l’idéologie salafiste ne peut être combattue qu’à travers les idées et non pas les armes, et c’est aussi le sens de mon engagement constant depuis 2007 à travers mon blog « Ecrire sans censures ! » -  pour vous demander d’intervenir, par les seuls moyens de la diplomatie, afin de libérer ce jeune écrivain du couloir de la mort !

La France se doit, de part ses engagements passés et présents, de défendre les droits à la VIE ainsi que les Libertés de conscience et d’expression,  de tous ces persécutés de « l'inquisition » salafiste violente. La France a son mot à dire et j'ai l'intime conviction que sa parole sera écoutée.

Monsieur Le Président de La République,

Cet homme n'a fait qu'exprimer pacifiquement son opinion.

Les mots sont-ils (re)devenus mortels ?

Peut-on tolérer, sans rien faire, le retour de « l’inquisition » aux frontières de l’Europe ?

Cet homme a été jugé « apostat » ; jeté en pâture à la vindicte populaire ; séparé de sa femme par la force d'une idéologie obscurantiste et meurtrière ... etc. Doit-on assister, les bras croisés à sa mise à mort sans dire mot ni exprimer une quelconque contestation ?

J’ai l’intime conviction que La France peut faire pression à travers son action diplomatique. Raison pour laquelle, je me retourne vers Vous, pour Vous solliciter, de Votre bienveillance, de bien vouloir apporter secours à cet homme. Votre effort, j’en suis convaincu, ne sera pas vain !

Merci d'avance de votre aide et de votre intervention !

Bien à vous !

Mohamed LOUIZI

Roubaix, le : 06-01-2015

 

PS: Ici, vous pouvez signer une pétition pour sa liberation

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.