Mohamed LOUIZI
Ingénieur - Bureau d'études
Abonné·e de Mediapart

61 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2015

Mohamed LOUIZI
Ingénieur - Bureau d'études
Abonné·e de Mediapart

Mon 11 septembre : une plainte pour diffamation publique contre moi par un islamiste de l'UOIF.

En citoyen libre, je vais me présenter à mon procès pour défendre mes idées, avec un avocat expérimenté certes, mais surtout « armé » de mes « six » articles incriminés, et de bien d’autres, ainsi que des preuves matérielles, déjà divulguées en partie, ou en attente. J’encours une amende maximale de 12.000 €.

Mohamed LOUIZI
Ingénieur - Bureau d'études
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Je viens d’être informé aujourd'hui, par courriel, par les instances judiciaires de Nanterre (92) - j’habite dans le 59 - que les "Frères Musulmans" ont porté plainte contre moi pour, je cite : « Diffamation publique contre un particulier ». Le courriel, très officiel, précise que « six articles » que j'ai publiés entre le 11 février et le 5 avril, ici sur mon blog Mediapart et aussi sur mon autre blog « Écrire sans censures ! » (voir ici) sont visés par cette plainte.

J’ai pris contact avec la PJ de Nanterre, par téléphone, pour en savoir plus. Il s’avère qu’une plainte contre « X » a été déposée le 7 mai 2015 auprès du TGI  de Nanterre. Ce « X » n'est autre que ce blogueur insouciant qui semble avoir commis « six » graves articles, supposés diffamatoires, et, en plus, a osé les publier sur le net, au sujet du « Collège-Lycée Averroès », dans le cadre de son soutien au professeur de philosophie Soufiane Zitouni.

La plainte a été déposée par le Président de « l'Association Averroès », qui est aussi le Président national de l’UOIF, Monsieur Amar Lasfar de son nom, ou par son avocat. Fin, peu importe ! La plainte, selon les informations fournies par la PJ, a été enregistrée le 11 mai 2015. Une commission rogatoire a été délivrée par une juge d’instruction du TGI de Nanterre, très récemment, à savoir le 26 août 2015.

Par conséquent, en citoyen libre, je vais me présenter à mon procès pour défendre mes idées, avec un avocat expérimenté certes, mais surtout « armé » de mes « six » articles incriminés, et de bien d’autres, ainsi que des preuves matérielles, déjà divulguées en partie, ou en attente. J’encours une amende maximale de 12.000 €

Rappel :

Les six articles incriminés sont (du plus ancien au plus récent) :

1- Amar LASFAR répond à Soufiane ZITOUNI : le déni ! - du 11 février 2015 (ici)

2- Collège-Lycée Averroès de l'UOIF : L'arbre qui cache le désert ! - du 19 mars 2015 (ici)

3- Collège-Lycée Averroès de l’UOIF : des intimidations ? - du 30 mars 2015 (ici)

4- Averroès : un lycée « demi-écrémé » ? - du 01 avril 2015 (ici)

5- Affaire du "Lycée Averroès" : quelques nouvelles et précisions ... - du 03 avril 2015 (ici)

6- L'UOIF d'Amar Lasfar : Au cœur du déni ! - du 05 avril 2015 (ici)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES