Mediapart et Valls, le procès d'intention...

Sous-titre: Comment être populaire sur mediapart en un billet

Il m'est arrivé de critiquer certains aspects de Mediapart... Etant du genre "un peu" persévérant, j'ai insisté et insiste encore en espérant voir prises en compte certaines de mes remarques. Cependant je me suis vu repris par des personnes à qui je ne peux attribuer le manque d'intelligence ni d'honnêteté, qui me firent remarquer qu'à force cela pourrait avoir comme effet (si d'autres personnes finissaient par partager mon opinion) de saper la crédibilité de ce site que j'aime bien...

Ce n'est pas faux. Alors les critiques, je tente autant que faire se peut de les argumenter en les nuançant quand cela est nécessaire. Et aussi faire des propositions dans le domaine de l'amélioration de la qualité de service... (sic). Crtitiquer pour critiquer, c'est usant... Si,si :o)

Quel rapport avec Valls?

Ben à force de "taper" sur lui, donc sur les Socialistes qui malgré tout, représentent la gauche (de la droite... :o) ), les femmes et hommes (à majorité de gauche sur Mediapart) qui le font ne sont ils pas en train de scier la branche?

Saper la gauche ... dans son ensemble?

Les récriminations sont fondées.Certes.

Mais est-ce la bonne "stratégie" pour amener le pouvoir à pratiquer une vraie politique de gauche?

Tout le monde connaît bien ce principe de psychologie élémentaire qui veut qu'à force de dire à quelqu'un qu'il ou elle est nul, mauvais voire néfaste, il finit par le devenir même s'il n'était pas... s'il l'était un peu... ça n'arrangera pas non plus... ;-)

Valls peut-il faire un bon premier ministre? L'avenir (proche) nous le dira... La rue aussi...

Toujours est'il que ne pas lui laisser le temps de s'installer pour voir ce qu'il a dans le ventre, cela pourrait être contre-productif à moyen terme...

La sensibilité de gauche s'accompagne souvent d'une exigence (légitime...) de principes et de valeurs... ce qui à titre personnel m'a rendu politiquement "hémiplégique" ... :o)

Mais après la débâcle à laquelle on a assisté, il faut trouver le moyen de rassembler la gauche plutôt que la diviser... Réfléchir à proposer des alternatives et ce n'est pas ce qui manque sur les fils de discussions... Ne pas laisser seuls les "thinks tanks" donner la mesure des politiques attendues et espérées... Le marché transatlantique, la (trop) libérale politique européenne et toutes les saletés dans les tuyaux des "technos" bruxellisés ne peuvent pas faire l'objet de propositions "concrètes" venant de la société civile? Il n'y aurait-il donc que le bulletin de vote comme réponse?

Bien sûr que ma position peut paraître naïve, mais bon...

J'aurais essayé... ;-)

PS (<<hi,hi!) ayant noté la propension de certains à l'invective voire pire (... à l'humour), il serait bien que ceux-ci veuillent bien ne pas trop s'attarder sur ce fil... :o)

ADDENDUM:

Comment Hollande a choisi Valls

01 AVRIL 2014 |  PAR LÉNAÏG BREDOUX

Selon la même source, Valls est aussi « assez intelligent pour ne pas abîmer son image » : « Sa popularité aujourd’hui est à droite. Elle va s’effondrer quand il sera premier ministre. Donc il va vouloir gagner à gauche sur la question économique. » Une prédiction partagée par les amis de Montebourg, qui parient aussi sur une plus grande association des parlementaires et un affranchissement plus net des injonctions élyséennes.

Pour résumer...

Dans les deux cas ses adversaires sont "gagnants": il risque sa popularité (qui les gêne...) et pourrait chercher à "gauchiser" sa ligne... ce qu'ils espèrent... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.