Mohamed SANGARE
Time and dimensions traveler #AlternatedWorldNews
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

3 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2013

Côte d’Ivoire: Vite un référendum pour la réconciliation!

Mohamed SANGARE
Time and dimensions traveler #AlternatedWorldNews
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sangaré Pourquoi je propose avec humilité et respect pour tous, le prolongement (sans élections avec l’accord de tous les partis) du mandat présidentiel actuel et la réduction de celui de l’Assemblée Nationale. 

Elles sont discutables mais elles ont pour objectif d’ouvrir un débat.
Mieux travaillées, elles peuvent être proposées dans un REFERENDUM auquel TOUS les ivoiriens participeront.

Cela afin de lever définitivement les blocages au processus de paix que nous citoyens ordinaires appelons de tous nos voeux.

Les politiciens ont pris en otage la parole publique.


Nous sommes tous dans l’attente des conclaves qu’ils organisent et auto-gèrent … entre eux…

« Je te donne ceci, tu me donnes cela…Non je ne suis pas d’accord etc… »

Mais si le citoyen ordinaire réfléchit un tant soit peu…
Qui fait l’Homme politique?
C’est lui, le citoyen, le sans-grade. Lui l’anonyme, celui qui ne « conclave » pas…
On décide pour lui, s’il doit vivre en paix ou non.
S’il doit craindre le pire demain ou pas.

Il faut exiger des politiques de TOUS les camps une feuille de route claire, nette et précise.

J’ai compris une chose depuis que je suis cette histoire: LA solution est entre leurs mains mais ils estiment qu’ils ont tout le temps devant eux.

Je le dis et le répète :

« c’est maintenant sous le pouvoir de Ouattara qu’on peut espérer régler les problèmes. » (*)

L’opposition devrait essayer quoi que cela lui coûte en confort intellectuel de définitivement tourner la page des élections 2010.
IL est président c’est tout.

Maintenant il faut rapidement arriver à faire sortir de la galère les réfugiés et faire sortir de prison ceux qui ne sont pas poursuivis pour des crimes de sang.

Un référendum pour savoir si le Peuple est d’accord serait un acte hautement démocratique qui aurait l’avantage triple de:

1. Faire taire ceux du camp de la majorité qui pensent qu’en libérant les personnes arrêtées ce serait trahir les victimes

2. Faire taire ceux de l’opposition qui refuse à ce jour d’accepter la présidence de M. Dramane Ouattara. (Ne soyez pas choqués, j’écris exprès Dramane… Il y en a qui savent pourquoi)

3. De connaître l’avis du Peuple sur son choix de vie.

Bien à vous.

Propositions

Côté gouvernemental

1. Créer dès maintenant un fonds d’indemnisation pour les familles des victimes en privilégiant la prise en charge des enfants par un système de « pupilles de la nation » et… l’utiliser (à bon escient).
2. Libérer TOUS les prisonniers non poursuivis pour des crimes de sang.
3. Faire du retour des réfugiés non-volontaires qui souffrent dans les camps, une cause nationale. Aidez à leur retour. Et si cela doit prendre du temps, les aider par des envois de nourritures et produits de première nécessité. Faire inscrire les enfants de réfugiés dans des écoles et suivre pendant ce temps leur santé.
4. Publier une liste officielle des prisonniers liés aux événements politiques, accélérer les jugements de ceux qu’on ne peut pas relâcher en leur donnant les moyens de disposer d’une véritable défense.
5. Ouvrir des enquêtes et procéder au jugement rapide des cas « simples » d’expropriation des terres dans l’Ouest. Les plus complexes seront gérés dans un deuxième temps.

Côté Parlementaire

6. Réduire à 4 ans le mandat actuel des députés afin de permettre l’élection d’une assemblée nationale plus inclusive.

7. Allonger à 8 ans le mandat présidentiel avec comme condition une non-représentation de l’actuel président: vu comment se déroulées les dernières élections je crains fortement que nous ne soyons pas prêts pour refaire une présidentielle sereine dans 3 ans…

8. Donner un autre mandat à une CDVR renouvelée avec à sa tête des personnes dépourvues d’ambition politique non technocrates, dont on exigerait des points d’avancement tous les 6 mois… devant l’Assemblée Nationale.

Côté opposition

9. Exiger que TOUS les partis politiques fassent acte de repentance publique au nom des victimes et déclarent renoncer à toute forme de violence.
10. Exiger que tous les partis de l’opposition déclarent officiellement reconnaître comme légitime la présidence de M.Alassane Dramane Ouattara.

(*) Pour rappel, après Ouattara, c’est la « génération FESCI »… Vous comprenez pourquoi il faut se dépécher de faire la paix 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot