Dé-publication de votre billet: Merci le Club Médiapart!

Ce billet est une auto-confession: j'ai merdé grave! Et je souhaiterais partager ma honte et mes plates excuses à la Direction et au Club Médiapart. Plus jamais on m'y reprendra!

mdp mdp

Il y a 7 ans (que le temps passe vite...), j'avais déjà pêché: 

En écrivant ceci:

"CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART "

https://blogs.mediapart.fr/mohamed-sangare/blog/220913/ce-commentaire-ete-depublie-par-la-redaction-de-mediapart

J'étais allé jusqu'à conclure:

"Aujourd’hui vous « dépublier »  des commentaires, demain vous bifferez des billets tout en défendant la « Liberté de la presse »."

Quelle impudence!

Quel manque de respect!

Après cela et d'autres actes souillant la sainte CHARIATE, je me suis auto-confiné.

Loin de toi Mediapart, j'ai beaucoup réfléchi.

Je me suis entraîné à me ... normaliser.

Je me suis même mis à écrire sur Linkedin!

Comme espace de "rectification intellectuelle", on peut pas trouver mieux, tu en conviens n'est-ce pas?

Chaque post, article se doit d'être conforme aux critères de business (performance d'entreprises, auto-satisfaction professionnelle, personal branding etc...). Des fois qu'un PATRON lise vos posts... Il faut être dans le moule. Gominé, rasé et les cheveux courts, la cravate en plus et les stock options chez Vaseline Mono.

Malgré les précautions prises, j'ai quand même posté quelques articles un peu... pas très pro... 

"Chassez le naturel..."

Alors depuis je suis "Shadow banned": mes posts ne sont plus visibles à leur publication par mes contacts.

Alors ... je suis revenu chez toi Mediapart, le rebelle, l'iconoclaste et défenseur de la liberté de la presse!

J'ai vu qu'il y avait du monde au bar, j'ai poussé la porte...

Tu penses bien, pour avoir passé 7 ans sur Linkedin, je croyais enfin, être prêt à revenir.

Mes posts seraient suffisamment "mainstream" pour ne pas risquer la sortie de piste..

Mais voilà-t'il pas qu'à peine revenu... je suis pris en flagrant délit de viol de la CHARTE!

Oser publier un article aussi dangereux, qui va à l'encontre de " la législation en vigueur, qui proscrit toutes "fausses nouvelles", c'est de la pure folie!

"Plague of corruption : Judy Mikovits, des accusations très troublantes..."

AVERTISSEMENT ce qui suit est un texte qui a été révoqué par le CLUB. Il n'est reproduit que pour servir de cas d'école, à titre didactique pour montrer le type d'article susceptibles de ne pas respecter la CHARTE. Il ne faut en aucun cas adhérer à son contenu.

(Texte traduit automatiquement)

À tous points de vue, la Dre Judy Mikovits était parmi les scientifiques les plus qualifiés de sa génération. Elle est entrée en science professionnelle de l'Université de Virginie avec un bachelor en chimie le 10 juin 1980, en tant que chimiste des protéines pour le National Cancer Institute (NCI) travaillant sur un projet de sauvetage pour purifier l'interféron. La qualité de son travail et ses éclairs de génie fiables l'ont rapidement propulsée au sommet du monde de la recherche scientifique dominé par les hommes. Au NCI, Mikovits a commencé ce qui allait devenir une collaboration de vingt ans avec le Dr Frank Ruscetti, un pionnier dans le domaine de la rétrovirologie humaine. En dirigeant le laboratoire de Robert Gallo en 1977, Ruscetti a marqué l'histoire scientifique en découvrant avec Bernie Poiesz le premier rétrovirus humain, le HTLV-1 (virus de la leucémie à cellules T humaines). Un rétrovirus est un «virus furtif» qui, comme le VIH, pénètre dans l'hôte sans alerter le système immunitaire. Il peut ensuite rester inactif pendant des années sans causer de dommages. Avant de tuer une personne, un rétrovirus détruira généralement son système immunitaire. En conséquence, de nombreux rétrovirus provoquent le cancer. Avec une compréhension croissante du comportement des rétrovirus, la collaboration Ruscetti / Mikovits et la thèse de doctorat primée de Mikovits de l'Université George Washington en 1991 ont changé le paradigme du traitement du VIH-SIDA, transformant la maladie d'une condamnation à mort en un état gérable.

 

etc... avec des accusations de plusieurs acteurs de la santé Américaine...

Suivi par une vidéo controversée "Plandemic" et la référence à son livre "Plague of Corruption: Restoring Faith in the Promise of Science"

Ne cliquez pas les liens suivants. C'est juste pour info.

https://www.amazon.com/Plague-Corruption-Restoring-Promise-Science-ebook/dp/B07S5H6T4Q

https://www.amazon.com/Plague-Corruption-Restoring-Promise-Science-ebook/dp/B07S5H6T4Q https://www.amazon.com/Plague-Corruption-Restoring-Promise-Science-ebook/dp/B07S5H6T4Q

 

 

Depuis la publication de la vidéo, des centaines d'articles ont été écrits sur plusieurs sites renommés pour réfuter les allégations du Pr. Judy Mikovits.

J'ai pensé que ce serait intéressant d'ouvrir le débat là-dessus: l'article est resté assez confidentiel avec un seul commentaire...

Et là! Ce matin le couperet est tombé: "Dé-publication de votre billet : Plague of corruption : Judy Mikovits, des accusations très troublantes...".

Donc voilà.

Mediapart et son Club ont bien fait de le dé-publier pour montrer aux Autorités compétentes comme avec Olivier Thérondel (les jeunes, cherchez bien qui est ce grand monsieur... ;-) ).

Désormais tout lanceur d'alerte qui verra ses allégations estampillées "fake news" par les Autorités Con-pétantes, sera banni à jamais de la communauté.

Julian Assange le veinard, a eu la chance de publier ses documents avant le COVID-19!

Sinon....

Comme disait en 1984, mon copain Winston:

"When the rats come chomping, we are all capable of loving Big Brother."

Merci de tout coeur pour ce réalignement mental, cher Mediapart.

PS je ne veux pas te fâcher, mais qu'est-ce qui ne plaisait pas dans ce p'tit post?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.