Insolite: Fête des Mères, Saint-Valentin : veilles de jours adultérins?

La Fête des Mères, c'est ce dimanche ! Et contrairement aux apparences, la pression ne repose pas que sur les enfants. Les maris sont aussi attendus au tournoi par ces dames. Et gare à eux s'ils ne sont pas à la hauteur : certes, ce n'est pas la Saint-Valentin, mais les conséquences peuvent être les mêmes.

Le plus grand site de rencontre destiné aux personnes mariées, AshleyMadison, a révélé que 17.0000 mamans ont créé un compte sur ce site lundi dernier. Or, c'était quatre fois plus qu'un lundi classique.

La raison avancée par le site ? Il s'agissait de femmes déçues de la fête des mères, qui a eu lieu dimanche dernier outre-Atlantique.

"Bien que la Fête des mères n'a pas l'implicite facteur romantique de la Saint-Valentin ou d'un anniversaire (de mariage ou de rencontre, ndlr), c'est un jour qui incite les femmes à s'interroger sur leurs relations", a expliqué Noel Biderman, fondateur du site, dans un communiqué.

Le site compte normalement 65% d'hommes parmi ses membres actifs. Le lendemain de la fête des mères, ce chiffre est tombé à 35%, les femmes arrivant en masse.

Un phénomène similaire à celui des lendemains de Saint-Valentin, où le trafic du site augmente de 60%. Peut-être peut-on se rassurer en se disant que ce nombre revient rapidement à la normale, une fois les femmes calmées…

L'experte en therapies de couple Rachel Sussman, interogée par le DailyMail, n'est pas surprise par ces statistiques. "Quand on s'attend à de grandes choses, on ne peut qu'être déçu", explique-t-elle. Or, la déception peut inciter à aller voir ailleurs…

"Avant l'arrivée de ces sites, on se serait posé la question ou on aurait fantasmé. Mais maintenant, n'importe qui peut se connecter, créer un profil et faire de ce fantasme une réalité", dit-elle. "C'est très dangereux."

Un passage à l'acte d'autant plus simple pour les femmes que l'inscription à (...)

lire la suite sur Atlantico

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.