Maroc-Sahara occidental : reprise des négociations à New York

Des négociations informelles entre le Sahara Occidental et le Maroc vont reprendre, ce mercredi près de New York sous l'égide de l'Onu, afin de trouver une solution au processus d'autodétermination gelé depuis des années. Ces nouvelles négociations sont l'œuvre de la médiation de Christopher Ross, l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a multiplié les contacts entre le Polisario et le royaume chérifien ainsi que dans la région méditerranéenne, pour débloquer la situation.

Des négociations informelles entre le Sahara Occidental et le Maroc vont reprendre, ce mercredi près de New York sous l'égide de l'Onu, afin de trouver une solution au processus d'autodétermination gelé depuis des années. Ces nouvelles négociations sont l'œuvre de la médiation de Christopher Ross, l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a multiplié les contacts entre le Polisario et le royaume chérifien ainsi que dans la région méditerranéenne, pour débloquer la situation.

Ces réunions durant deux jours sont la suite de celles tenues, en Autriche l'été dernier, entre les diplomates saharaouis et marocains. Même si la grève de la faim de la militante sarahouite Aminatou Haider, expulsée par les autorités marocaines vers l'Espagne, a été un moment de tension en décembre dernier, cette série de négociation pourrait relancer le processus de négociations officielles.

 

Occupés depuis 1975 sous le régime de Hassan II, après le départ des espagnols, les saharaouis ont entamé une longue lutte pour leur indépendance. Le Front Polisario, ayant le soutien de plusieurs pays, notamment le voisin algérien, a accepté d'échanger le fusil contre de sérieuses négociations avec le Maroc sur son indépendance.

 

Le Secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a déclaré que le règlement de cette question « serait bénéfique à la paix et à la sécurité dans la région ». Des échanges virulents sont souvent lancés entre le régime algérien et marocain sur la situation au Sahara Occidental. L'Algérie a toujours apporté son total soutien à la lutte du peuple saharaoui et insiste sur le respect des résolutions de l'Onu sur l'autodétermination, alors que le Maroc considère que cette question relève de sa souveraineté.

 

Le porte-parole du ministère français des affaires étrangères a déclaré qu'en « tant que président du Conseil de sécurité au mois de février 2010, la France soutient l'envoyé personnel dans cette démarche ». L'Espagne, de son côté, qui assure la présidence actuelle de l'Union européenne, encourage ces pourparlers informels. L'Onu, qui a réitéré son invitation pour des négociations « sans conditions préalables », tente de désamorcer la situation entre un Maroc qui ne voit d'autre solution que celle d' « une autonomie sous sa souveraineté » et le Sahara Occidental qui insiste sur le respect du processus d'autodétermination approuvé par les résolutions de l'Onu.

Mohammed Yefsah

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.