Climat: tribune sur l'accord entre la République Congo Brazzaville et la France

La mobilisation pour le climat reprend vigueur grâce à l’accord entre la République Congo Brazzaville et la France sur la préservation de la Forêt tropicale africaine

Les forêts brûlent partout dans le monde. Il est urgent d’agir. Les chiffres le montrent: la situation en Amazonie est catastrophique. Le nombre d’incendies enregistrés cette année dans l’Amazonie brésilienne a augmenté de 145% comparé à 2018. Le Président du Brésil, J. Bolsonaro, aggrave le problème car il semble avoir entrepris un démantèlement systématique de la politique environnementale du pays, cela favorisant l’augmentation des feux de forêts.

La situation est très préoccupante car les forêts jouent un rôle essentiel pour notre planète: elles sont nos défenses les plus précieuses contre le changement climatique, notamment, en réduisant considérablement la quantité de CO2 présente dans l’atmosphère. Et à l’inverse, leur destruction contribue grandement à dérégler le climat.

L’Amazonie n’est pas le seul écosystème victime de déforestation, la situation est aussi alarmante dans les forêts d’Afrique, second poumon du monde.

Mais, inversement à la position radicale d’un Bolsonaro, et à la suite à sa rencontre avec Emmanuel Macron, à Paris le 3 septembre dernier, le Président Congolais Denis Sassou Nguesso, soucieux de préserver la planète et en particulier la biodiversité et les forêts du bassin du Congo, a réitéré son soutien à l’initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI). Rappelons que le Président Sassou Nguesso est durablement investi dans la préservation de l’environnement. Il est à la tête de la commission Climat de l’Afrique centrale (organisation dédiée au changement climatique et à la sauvegarde de l’écosystème du bassin du fleuve Congo) et membre du Fonds Bleu (ce fond lancé en 2017 par une douzaine de pays de la région a pour objectif d’impulser l’économie circulaire et de rendre les pays moins dépendants des ressources forestières), le Président met l’écologie et la protection des forêts au coeur de ses projets.

Dans la lutte climatique, le Congo Brazzaville et sa biodiversité font partie des solutions

Le Congo-Brazzaville s’est engagé à mettre en place un plan de protection de la forêt, de la biodiversité et des tourbières, en échange d’une aide financière de la communauté internationale. Couvrant 23,9 millions d’hectares, soit 69,8% du territoire national – les forêts du Congo-Brazzaville constituent une source inestimable de biodiversité et de stocks de carbone. L’accord prévoit la mise en œuvre de plans d’utilisation des sols favorisant la protection et la gestion durable des tourbières de la République du Congo, en interdisant tout drainage et assèchement. Découvertes en 2017 dans le bassin du Congo, ces tourbières revêtent une importance vitale dans la lutte contre le changement climatique, car elles contiendraient près de trois années d’émissions mondiales de gaz à effet de serre. En effet, ces tourbières n’emprisonnent pas moins de 30 milliards de tonnes de carbone. C’est dire leur importance pour la planète et le réchauffement climatique.

La récente visite du Président du Congo à Paris fait renaître un véritable espoir chez les défenseurs de la planète et notamment avec  la préservation de la forêt tropicale  africaine  grâce au nouvel accord signé entre les présidents Emmanuel Macron et Denis Sassou Nguesso.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.