Tunisie: Débat, Cheikh Quaradhaoui face à DSK, ou Dette odieuse.

Errance de l’esprit, machinationmédiatique, vagabondage virtuel et coups bas politique s’inscrivant sur unespirale enfiévrant la scène tunisienne (voir même égyptienne et similaires) à l’approched’une échéance électorale post-révolution, qu’on veut démocratique et librepour la première fois dans l’histoire de la Tunisie. Par contre, certains par désespoir,nourri par une carence d’argument et par une faiblesse de ligne politique enfaillite, tentent d’embrouiller davantage le paysage politique, déjà confus parla prolifération du nombre de partis (environ 70).

L’annonce calomnieuse faite, à l’approched’une visite à Tunis du Cheikh Quaradhaoui, où une comparaison est faite entrece dernier et DSK, manque de fondement et de sérieux. En effet, la pageWikipedia modifiable par n’importe qui, elle peut, donc, contenir des allégationset des présomptions dont l’authenticité n’est pas vérifiée. Et j’ajouterais quela différence entre Quaradhaoui et DSK,c’est tout l’écart entre un mensonge et un procès dûment établi, ou encore,toute la différence entre un savant militant de renommé et un mafieux perversréputé comme tel.

Les liens ci-après indiqués,émanant d’un journalisme professionnel et non d’un vagabondage virtuel, éclaire le lecteur sur l’horreur et lamédiocrité du crime odieux commis par DSK contre une personne, déjà, vulnérablepar son statu social :

www.facebook.com/notes/moncef-ben-salem/dsk-nouvelles-révélations-horribles/125271664218905

www.facebook.com/notes/moncef-ben-salem/affaire-dsk-les-derniers-rebondissements-dun-crime-horrible-commis-par-un-cochon/125477484198323

www.20minutes.fr/article/729238/affaire-dsk-nouveaux-details-reveles-affaire

Les tunisiens gagneraient en s’éloignantde ces manipulations avilissantes et stériles, tout en focalisant leur l’attention sur les vraies et profondes questions, telleque la dette extérieure source d’appauvrissement et de chômage, processus qu’ungouvernement intérimaire et illégitime –non élu- s’efforce de faire prolonger etimposer, en contractant de nouvelles dette odieuse, exactement à l’instardu régime de Ben Ali. Ci-après un lien étayant ce fait :

www.michelcollon.info/Un-moratoire-sur-la-dette-odieuse.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.