monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

4 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2015

PRINTEMPS ...

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’eau du temps des fleurs.

La Grosse-Boule-Là-Haut le chauffait. Elle dardait impitoyablement ses rayons sur son dos, sur son ventre, elle versait sur lui, du feu. Elle le crucifiait sur la pierre plate, enserrée comme un trésor, dans les racines de la yeuse. Elle ne s’était pas beaucoup déplacée depuis qu’il avait choisi ce trône. Il surveillait  son parcours et il savait qu’il avait encore du temps : elle n’avait pas atteint le sommet du grand pin. Sa gorge palpitait. Une ombre ! Il la sentit plus qu’il ne la vit. Immédiatement, la température changea. En un éclair, il fut à l’abri dans une anfractuosité de la  pierre. Ce n’était pas pour rien qu’il s’appelait Lasco-le-vif. Ses petits yeux ronds ne perdaient pas une miette de ce qui se passait. Des gouttes énormes, lourdes comme des crachats tombaient. Elles assombrissaient peu à peu, le gris terne du calcaire. Bientôt, ce fut un déluge. Il avait déjà assisté plusieurs fois à cette métamorphose incompréhensible : le chaud faisant place au froid et le sec au mouillé. C’était son deuxième temps des fleurs.

Quand il sortit, la Grosse-Boule-Là-Haut était à mi-chemin. Il retourna sur la pierre plate qui fumait et contempla le monde du Patus. Une odeur de terre mouillée chatouilla ses narines, des senteurs multiples montaient depuis le grand champ qui ondoyait devant lui. Il n’y était jamais allé. C’était un territoire étrange, changeant, trop grand , trop vaste pour lui. Il aimait les lieux dégagés, secs, pierreux : Les chemins blancs, de thym rose, d’asphodèles, et de myriades d’aphyllantes. Seul Bouis-Le-Gris s’y sentait à l’aise. Il y avait son terrier et déjà deux fois, il en avait été chassé par les deux-jambes et leur drôle de monstre en fer qui éventrait la terre. Lui, personne ne venait le déranger. Il en concevait une grande supériorité et vu son expérience, il regardait avec un certain mépris tout ce qui n’était pas lézard. Il se rappellerait  le jour où Bouis-Le-Gris, mourant de soif, s’était ridiculisé. De son pas sautillant, il s’était approché de la grande fontaine que les deux-jambes avaient disposée au bord du champ et qu’ils étaient les seuls à savoir faire fonctionner, il en avait fait le tour, plusieurs fois mais rien ! Lasco-Le-Vif observait le temps de l’eau avant que tout ne disparaisse. Il savait que les grands miroirs, sur les chemins, dans lesquels, les arbres, tout le monde d’en haut, se reflétaient à l’envers allaient bientôt disparaître. Il savait ! Les abeilles, les guêpes dansaient une ronde effrénée et désordonnée au dessus de leur masse liquide. Lasco-Le-Vif regarda la Grosse-Boule-Là-Haut. Elle avait dépassé le grand pin et elle s’était presque posée sur l’immense fleur en fer que les deux-jambes avaient construite. Le monde était compliqué et Lasco-Le-Vif ne comprenait pas tout. Cette grande fleur, bien plus grande qu’une fleur de pissenlit l’effrayait. Elle tournait quand le vent soufflait de derrière la grande montagne. Elle criait avec une voix terrible, monstrueuse. Tous les habitants de l’herbe se cachaient alors. Seule Babara, la buse, semblait ne pas la craindre. Elle tournoyait autour, de son vol lent et méticuleux. Elle brassait l’air comme un soufflet et elle se posait sur  l’immense corolle. De la haut, elle guettait de son œil cruel, le monde d’en bas. Quand elle s’élançait dans le vide, déployant ses ailes, faisant planer des ombres de mort, le Patus retenait son souffle. Lasco-Le-Vif voulut profiter des derniers rayons de la Grosse-Boule-La-Haut. Non ce n’était pas le cri de la grande fleur, c’était autre chose. Lasco-Le-Vif n’eut pas le temps de se mettre à l’abri ; Deux griffes le plaquèrent sur la pierre et un bec crochu se planta dans son ventre et le déchiqueta. Tout à jamais prit fin.

Monique Arcaix

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain