monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

4 Éditions

Billet de blog 4 nov. 2011

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

OBAMA au plus haut des cieux ! Sarkozy....

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que ce soit de l'avion de Air Force One ou de la limousine blindée, quand Obama apparaît , il semble que ce n’est pas le président des Etats-Unis mais Dieu le père qui descend de son piédestal. Immédiatement c'est la folie: mitraillage des paparazzi et ballet des caméras. Ce n’est pas le festival de Cannes mais pas loin. Obama, très class, se prête au jeu. Aucun tapis rouge, aucune musique patriotique, aucun protocole ne semblent pouvoir le déstabiliser et c'est avec la plus grande simplicité qu'il répond aux vivas de la foule triée sur le volet et aux désirs des photographes. Pourtant depuis quatre ans, rien n'a changé. L’Amérique reste le symbole du capitalisme le plus sauvage ; Rien qui ne justifie cette obamania . A quoi pense-t-il sous le crépitement des flashes, le chuintement des zooms qui l'alignent comme des snipers ? A sa prochaine réélection ? et non plus à l’attente qu’avait suscitée la précédente. Quel calme, quelle décontraction ! A côté de lui, l'image agitée du petit Nicolas essayant de grappiller quelques miettes de sa célébrité, se mettant au plus près du grand homme pour être lui aussi, sur la photo, boudant visiblement et jalousant cet adversaire que la démocratie a mis devant lui et qui lui vole la vedette. Cette image, dis-je me ferait presque dire du bien de Sarkozy. La cour de récréation n'était déjà plus assez grande pour eux deux. Les médias accentuent sauvagement cette différence. Sarkozy, sur les tapis rouges, qui lui sont déroulés a toujours un air absent. On le prend pour le majordome qui conduit Obama par le bras ,vers la foule. On se demande ce qu'il fait là avec ses talonnettes et sa croupe callipyge. Le même ridicule que les courtisans de Louis XIV avec leur perruque et leurs mouches. Sarkozy est en disgrâce. Le show n'a pas tourné en sa faveur. Je vais l'épauler un peu, j’aime pas me moquer. Il y a matière aussi à écorner l’image de Obama. Il ne l'a pas volé.Je ne sais si vous l'avez remarqué mais quand Obama parle en public, il ne regarde jamais en face : Un coup à droite, un coup à gauche : Timidité ou indécision ? ou…. J'aurai envie de prendre sa tête entre mes mains et de lui dire: cool baby, cool ! Il me fait penser à ces jouets publicitaires de mon enfance, cadeaux de ELF ou de TOTAL, je ne sais plus, qui représentaient un tigre dont la tête était dissociée du reste du corps et qui opinait du chef sans arrêt. Mon père en avait placé un sur l'arrière de sa vieille Panard et je le regardais, fascinée, jusqu'au vomissement. Est- ce- que Obama , lors des derniers G je ne sais combien, à Londres, à Strasbourg a entendu la voix de la rue, la vraie, celles des mécontents ? A l’Elysée, pas de souci, le protocole étant bien verrouillé, la « claque »de L’UMP, bien en place, il était impossible que le moindre murmure ne remonte jusqu'à lui. Mais à Strasbourg et à Baden-Baden, il y avaient plusieurs milliers de manifestants dans les rues : Des pacifistes et des moins pacifiques. Les premiers, en général sont assez créatifs. Ils ont toujours des idées pas possibles pour faire passer leur message d'amour. On les avait peu vus. J’exagère, je me rappelle avoir vu une petite jeune fille qui emprisonnait de cercles de craie les randgers d'un CRS, halluciné par l'incongruité du geste. Pourtant des gestes de la sorte ont eu par, le passé, un impact très important: Cette femme qui opposait une simple fleur, face aux soldats américains pendant la guerre du Vietnam !. Je ne sais si Gandhi se retrouverait dans l'Inde actuelle et j'ai l'impression que le Dalaï- Lama est bien content d’avoir jeté l'éponge. D'autres par contre n'acceptaient pas de n'avoir pas la parole. Ils étaient venus de toute l’Europe pour crier ce qu'ils ne voulaient pas. Il aurait fallu les interviewer, Peut-être ont –ils des solutions qu’ils sont les seuls à connaître. On les a parqués, kettelisés disaient-ils. Ils étaient venus pour être entendus. Ces jeunes encapuchonnés refusaient de croire encore une fois aux discours tant de fois prononcés. Ils refusaient de tendre la joue et crachaient dans la soupe froide qu'on voulait leur servir encore une fois. Ils avaient le pavé facile et la jambe légère. Je m’étais d'ailleurs demandée comment à notre époque d'asphalte et de bitume, il était encore possible de trouver des pavés. Peut-être font-ils comme le petit Poucet? On avait parlé de « Black- blocks ». Le Rhin a longtemps servi de frontière infranchissable aux hordes qui voulaient entrer chez nous . Les Wisigoths, les Vandales, les Ostrogoths, je connaissais mais pas les Black- Blocks. Le Rhin n’est plus une frontière. Il est allègrement passé à pied par divers hommes et femmes politiques : Angéla Merkel, Obama, Sarkozy, Lula.... Quand j'étais petite, je chantais avec mes camarades:"Pour passer le Rhône, il faut être deux, pour bien le passer, il faut savoir danser. Allons passe, passe, passe. Allons passe donc." ; Aujourd’hui, un G20 après l’autre, Cannes fait son cinéma : le peplum met en présence les puissants de la terre. Je n’ai pas vu d’opposants mais peut-être étaient-ils tenus à l’écart loin des caméras de la croisette. Sarko et Merkel exercent un chantage immonde auprès des Grecs, insensibles à leur malheur. La Grèce est à genoux. Le plan d’austérité est devenu les fourches caudines sous lesquelles les Grecs doivent fléchir la tête. Les Grecs ne décident rien. On leur propose puis on leur enlève l’idée d’un référendum. There is no alternative ! disent cruellement les puissants. Times no are changing !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85