monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

4 Éditions

Billet de blog 29 janv. 2015

MAVRIKAKIS

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mavrikakis

« Les derniers jours de Smokey Nelson ». C’est un livre que j’ai reçu en cadeau pour Noël. Après les premières pages, un peu rudes et difficiles à suivre, j’ai adhéré totalement à cette lecture. Ce n’est pas une description morbide des derniers jours, d’un condamné à mort en Georgie ,qui doit être , comment dire, exécuté, tué supprimé, électrocuté  après dix neuf années dans les couloirs de la mort. Smokey  Nelson  n’apparaîtra que très peu dans le livre , ne s’exprimera que très peu, on ne saura rien d’essentiel de sa bouche. Les dernières pages du livre lui sont réservées pour qu’il ne nous dise rien, qu’il n’avoue rien, qu’il ne se justifie ni ne s’excuse de rien. Ce n’est pas très important car Mavrikakis lui avait auparavant donné une « humanité » qu’il n’aurait pas réussi  à se forger. En effet on apprend d’une façon très rapide qu’il a commis un quadruple meurtres : deux enfants et leurs parents dans un motel de Atlanta et que ce meurtre était particulièrement atroce. Ces derniers jours ,Smokey n’est pas le seul à les vivre . D’abord, Sydney blanchard un Louisianais qui se croit la réincarnation de Jimi Hendrix, qui ne peut aligner deux pensées à la suite, qui discute sans cesse avec son seul amour : sa chienne Betsy. Lui il ne connaît pas directement Smokey mais leur destinée ont été mêlée puisque Sydney parce que noir et c’était bien suffisant aux yeux de la police de Georgie, a été accusé au début  à la place de Smokey et n’a été disculpé que par la témoignage de Pearl Watanabe, la femme de chambre du motel qui a découvert les cadavres et qui avait  tenu avant sa macabre découverte une conversation très agréable avec l’assassin, rencontre qui l’a troublée pour toute sa vie. Smokey , reconnaît la chance qu’il a eu que Pearl le disculpe . Il retourne chez ses parents pour réfléchir à ce qu’il va faire de sa vie . Ces dix neuf années il ne les a pas passées en prison comme Smokey mais il n’ en a rien fait. Pearl, elle, a été troublée par Smokey, sa beauté …Elle ne s’explique pas qu’il ne l’est pas tuée pour s’échapper, il en avait l’opportunité. Depuis 19 ans plus que les souvenirs sanglants, c’est cette interrogation qui la hante. Elle est convaincue que Smokey n’était  pas le monstre que les journaux décrivent . Si elle était arrivée plus tôt à son boulot, tout aurait pu être différent.       Ray, la troisième personne-témoin du roman, est le père de Sam qui a été assassinée de façon tellement bestiale dans ce motel avec toute sa famille. Lui est très présent dans le livre mais pourtant il ne parle pas car c’est Dieu dans sa tête qui parle, tire les ficelles. C’est la voix de Dieu qui occupe ses pensées. Un Dieu terrible, raciste comme l’est ce sud, violent, soutenant les organisations kukluklanesques, appelant à la vengeance , à la mort des noirs. Ray et sa famille sont sous sa coupe totalement. Ray va assister avec jubilation, espoir à l’exécution de Smokey. Mavrikakis montre très bien cette violence, la place des armes dans cette société : Ray et son fils ont un arsenal quasi guerrier à la maison et la fille de Ray était une passionnée d’armes et de chasse. La mort de Betsy, seul amour de Sydney, tuée au fusil sur le parking d’un restaurant par un client qui ne supportait pas les aboiements est suivi par celle de Sydney. Ce qui m’a troublée dans ce livre c’est que Nelson ne meurt pas tout seul. Ray après avoir cru que la mort de Smokey le libèrerait meurt d’un infarctus dans son lit , Pearl se suicide et Sydney est victime de la violence ordinaire. Smokey n’avait rien à dire. Tout avait été dit.

 Monique Arcaix

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat