monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

4 Éditions

Billet de blog 31 juil. 2015

NAGASAKI

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eric Faye Nagasaki

Je suis boulimique de livres. Quand un auteur me plaît, je commence par lire la totalité de son écrit et parfois même, pauvre de moi, je le relis. Certains auteurs me ravissent ou me  désespèrent, selon mon humeur, par leur côté prolifique. En ce moment j’ai de la chance ,car j’ai découvert des auteurs vivants qui n’ont pas encore beaucoup écrit

Maylis de Kérangal n’a plus qu’à se remettre à écrire vite fait si elle  ne veut pas me laisser sur ma faim. Idem pour Sylvain  Tesson dont j’aime le regard qu’il pose sur le monde. Mon plus jeune fils connaissant mes manies  dépose régulièrement des  livres sur ma table en disant laconiquement :  tu devrais lire ça. Je me retrouve transportée des années plus tôt quand c’était  moi qui lui disait la même chose, persuadée que je faisais ainsi mon devoir de mère. Donc il y a quelques jours il passe la porte, dépose sur ma table un petit livre, à peine cent pages cette fois, d’un auteur inconnu de moi. Lis ça ! me dit-il. Tu m’en diras des nouvelles. Je l’ai attaqué le soir même et je l’ai lu deux fois à la suite sans m’arrêter. Non que je n’ai pas compris au premier service de quoi il retournait. Je pense que je vais  le relire encore une autre fois tellement l’histoire  m’a touchée. C’est Nagasaki de Eric Faye. Déjà avec le titre, je m’étais laissée fourvoyer vers le Japon nucléaire. Rien de tout ça ou si peu. Le livre débute par l’inquiétude d’un vieux célibataire japonais qui s’aperçoit que de la nourriture (un yaourt) a disparu dans son frigo . Je me suis dit qu’il fallait  être japonais pour s’apercevoir d’une telle disparition ,avoir une maison ordonnée au cordeau , une vie rangée à l’extrême et sans surprise. Or cette inquiétude va réveiller  Mr Shimura. Il  va  mener l’enquête et s’apercevoir après avoir fabriqué une sorte de jauge que le niveau de son jus de fruit est bien passé hors de sa présence, de 15  à 10 cm. Donc quelqu’un s’introduit chez lui clandestinement. Mais le problème est que Mr Shimura  vit tout seul, ne reçoit personne . Il va donc  fabriquer un piège comme il l’aurait fait  pour attraper une souris ; mais Mr Shimura en bon météorologue qu’il est,  est un homme moderne, adepte de technologie comme beaucoup de japonais : Il achète une webcam qu’il relie à son bureau. Ainsi il va pouvoir espionner son propre intérieur depuis son lieu de travail. J’ai cru d’abord  à un polar. Un assassin, un alien peut-être, qui rentrerait à l’improviste, ou par effraction. Depuis son bureau Shimura  mène l’enquête et finalement, il voit une femme plus très jeune, la cinquantaine,  qui passe devant l’œil de sa webcam , qui se fait tranquillement  un thé, qui jouit tranquillement du soleil, de son absence à lui et occupe les lieux . Et c’est lui le « voyeur », il pénètre chez lui alors qu’il sait qu’il ne doit y avoir personne. Il y a une première inversion des rôles.  Il est estomaqué, en même temps ravi de ne pas s’être trompé et appelle la police . Il  va pouvoir assister en direct à l’intervention des policiers. Mais aussitôt qu’il les a prévenus , devant la sérénité et le bien être éprouvés par la clandestine, il ressent une culpabilité terrible et il téléphone chez lui ou chez  elle pour la prévenir de l’arrivée de la police. Bien sûr celle-ci ne répond pas puisqu’elle est censée ne pas être là..

C’est un fait divers réel rapporté en 2008 par plusieurs journaux japonais  qui a inspiré Eric Faye.

Non seulement la police confirme à Shimura qu’une femme était chez lui, qu’il n’y avait pas de trace d’effraction mais surtout qu’elle  occupait l’ochiiré, c'est-à-dire le placard à futons où il n’allait jamais  et qu’elle cohabitait avec lui dans son appartement depuis plus d’ un an .Deux solitudes côte à côte. Imaginez quelqu’un vivant à votre insu dans  votre habitation. On ne peut pas dire qu’elle squattait l’appartement car elle effaçait tous les signes de sa présence, vivait dans le silence et la discrétion, elle occupait un espace par procuration, s’était coulée dans les habitudes et les manies de Shimura. Au fil des mois cependant, elle s’enhardit, elle s’estime même tolérée par Shimura. Je me disais parfois qu’il m’avait repérée mais me tolérait.ET me tolérait. Et ,ou mais ?….

 Elle s’informe sur Shimura. Elle finit par tout savoir sur lui, plus peut-être qu’une épouse. Elle regarde ses photos, examinent ses factures d’eau et d’électricité, fouille ses tiroirs. Je ne veux pas déflorer cette histoire .Je ne vous dirai rien d’autre  sur cette femme, sur ses motivations, son passé, son enfance. C’est une histoire de légitimité, de « propriété » des lieux. Il y a eu plusieurs milliers de morts à Nagasaki suite à l’explosion de 1945 et ces milliers de morts sont des ombres qui occupent encore l’espace. Peut-être ceci explique-t-il le titre ? Ce qui est intéressant c’est à la fois la dépossession, la souffrance  que subit Mr Shimura et cette ambivalence ressentie à l’égard de la clandestine. Je n’arrive plus à me sentir chez moi dit-il au procès où est jugée son affaire et en même temps, il se love dans le minuscule espace qu’avait occupé la clandestine pour sentir ce qu’elle avait ressenti et il s’estime « plaqué », c’est le mot qu’il emploie lorsqu’elle n’est plus là.  Quand j’étais enfant, j’étais fascinée par les « borrowers », ces minuscules occupants qui squattaient disait-on, les habitations. Nagasaki  est un livre sur la solitude, l’incommunicabilité. On aimerait que ces deux êtres se rencontrent vraiment. Ils n’auront échangé, prononcé aucun mot directement, ils se seront observé en cachette ou par écran interposé. Leurs explications à chacun sont dramatiques. L’ambiance est très japonaise toutefois même si l’histoire peut être transposée : le regard sur la femme et le couple, la robotoïsation de la société, la vision du travail….A lire si ce n’est pas déjà fait.

Monique Arcaix 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel