Humour. Jupiter dit les yeux dans les yeux : Il ne faut pas prendre quoi ? ! Les enf.

« Les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ! » Vous n'allez tout de même pas paralyser la France parce que vous ne savez pas utiliser une « banane » ! Mais bon Dieu ! Réfléchissez ! Même un « petit pois » bien mis en valeur ferait l'affaire ! LA PREUVE A L'APPUI ! QUI PEUT DIRE MIEUX ? ! ÊTRE PLUS CLAIR ? !

Il sait que tout s’acquiert et se vend selon le principe de la méritocratie ! De l’intelligence : C. à d. du capitalisme !

Il avait lancé en 2015 : « Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires » (V. Internet)

Encore faut-il le vouloir ! Et non pas se contenter d’être un.e rien !

Il a aussi sorti récemment : « Je traverse la rue et je vous trouve un travail » (Sous-entendu : « Feignasse, bouge-toi un peu le cul » (Et non pas faignasse)

Voilà ce que LA « LOCOMOTIVE » BLANQUER et LE CHEF DE BORD PHILIPPE s’apprêtent à exhiber sur toutes les TV et autres médias, mercredi !

JUPITER leur a demander d'insister sur :

- Ce n’est même pas nécessaire de traverser la rue ! ! !

# # # # # # Une banane, une datte, une feuille de salade, CELA SUFFIT mais à condition de savoir l'utiliser intelligemment

ET LA PREUVE PAR L’EXEMPLE est irréfutable

- Une banane scotchée au mur s’est vendue 120.000 dollars, un artiste l’a mangée ET VLAN ! ET PAF ! DONC TOUT EST A LA PORTÉE DE CELUI/CELLE QUI VEUT BIEN SORTIR DE SON LIT !

- ALORS ! SI VOUS ÊTES PAUVRES, VOUS ÊTES FAUTIFS/IVES!

- VOUS ÊTES Des ou du RIEN !

banane-a-128-000-euros

ART CONTEMPORAIN Maurizio Cattelan, 59 ans, a vendu 120.000 euros une banane, scotchée au mur avec un large ruban adhésif gris à la foire d'art contemporain Art Basel de Miami.

A.D. avec AFP

Publié le 08/12/19 à 11h45 — Mis à jour le 08/12/19 à 11h45

Une vente qui va alimenter les conversations sur l’art contemporain ! L’artiste italien Maurizio Cattelan, 59 ans, a vendu 120.000 euros une banane, scotchée au mur avec un large ruban adhésif gris à la foire d’art contemporain Art Basel de Miami. Intitulée « The Comedian », l’œuvre est disponible en trois exemplaires dont deux ont été vendus, selon la galerie Emmanuel Perrotin qui représente l’artiste. Le troisième et dernier exemplaire est en vente pour 150.000 dollars.

La banane artistique exposée à Miami a visiblement attiré les convoitises. Ce samedi, David Datuna, qui se décrit comme un artiste américain d’origine géorgienne installé à New York, s’est ainsi fait un plaisir de décoller le fruit à 120.000 dollars du mur blanc, de la peler et la manger devant une foule de curieux, avant de se faire escorter à l’abri des regards par la sécurité. Il y voit une « performance artistique » qu’il intitule « Hungry Artist » (« Artiste ayant faim »),

Le préjudice n’est que très relatif, selon la galerie Emmanuel Perrotin : « Il n’a pas détruit l’œuvre. La banane, c’est l’idée », a expliqué son directeur des relations avec les musées Lucien Terras, au quotidien Miami Herald.

Toute la valeur réside en effet dans le certificat d’authenticité, le fruit étant censé se faire remplacer régulièrement plutôt que de pourrir. D’ailleurs, au bout d’un quart d’heure une nouvelle banane était scotchée au mur.

« Cela a amené beaucoup de tension et d’attention sur l’installation et nous ne sommes pas fervents du spectacle », a ajouté Lucien Terras. « Mais la réaction a été fantastique. Cela donne le sourire à beaucoup de gens ». Avec de telles œuvres, les visiteurs de la foire d’art contemporain Art Basel sont ressortis avec la banane !

Pierre Payen (Dunkerque)

Rappels

1) « M. Blanquer, sur RMC-BFMTV, le 24 septembre 2019, a lancé : « LA FRANCE EST UNE LOCOMOTIVE CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE » !

Le Canard enchaîné du 25/09/19 lui a décerné LA NOIX D’HONNEUR ! Et lui a signalé qu’elle fonctionnait au charbon et diesel et non pas à voile et à vapeur …

J’avais décidé d’attendre Noël pour évoquer la puissance quantique des femmes et la Bible et anti-Bible Macron … Mais il est difficile de ne pas avoir envie de traverser la rue pour rapporter de tels délitements et conneries de fin d’ère …

2) Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards ... Film sorti en 1968.

De Michel Audiard, avec Françoise Rosay, Bernard Blier, Marlène Jobert, André Pousse.

https://www.imdb.com/title/tt0063395

3) Cette œuvre d'art n'est-elle pas exploitable en classe d'art, de philo, d'économie, de sociologie, etc. !

 Retenu dans les Alertes Google Humour du 09/12/19

Humour. Jupiter dit les yeux dans les yeux : Il ne faut pas prendre quoi ? ! Les enf.

Le Club de Mediapart (Blog)

... « Les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ! » Vous n'allez tout de même pas paralyser la France parce que vous ne savez pas utiliser ...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.