Humour. Des petits œufs de Pâques mais !

# « Si les Journalistes étaient capables d’évoluer, n’eussent-ils/elles pas profité du « dégagisme » actuel pour, le jour de Pâques, offrir un œuf de Pâques original, lancer l’idée de noter le mot « Dieu » comme « Dieu(e) » de manière à commencer à intégrer le principe d’incertitude quantique ? !

(Peut-être que n’étant pas vraiment fractal(e)s, sont-ils/elles en train de publier cette nouveauté religieuse et néocorticale ? !)

# # Si les Turcs votaient pour  le renforcement des pouvoirs d’Erdogan, M. Fillon ne serait-il pas aux anges ? !

Ne se persuaderait-il pas, lui qui n’est pas raciste, que si les Turcs/ques, en touts connaissance de cause, ont voté pour le « Plus d’autorité », il n’y a aucune raison que les Français(e)s ne l’élisent pas ? !

~~~ Patapouf, désespérément, n’est-il pas prêt à jouer les cloches ou les œufs de Pâques pour prouver qu’il existe ? ! Mieux : qu’il est le premier président à commémorer officiellement la bataille du Chemin des Dames ? ! N’est-ce pas PATHÉTIQUE ? !

# # # # N. B. le Christ déclara : « Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. »

L’offre des deux costumes de M. Bourgi à notre futur Dieu de la France (Il est loué par tous les chrétien(ne)s de France ! Il vient de s’allier avec sens Commun -V. la fin-) n’est que la conséquence malheureuse d’un pari perdu(Tel celui du PSG-Barcelone ...)

Voir : http://www.francetvinfo.fr/

Affaires des costumes : "J'ai menti à la demande de François Fillon", confirme Robert Bourgi

L'avocat Robert Bourgi sort de son silence et affirme que François Fillon et son entourage ont fait pression contre lui dans l'affaire des costumes.  

L'avocat franco-libanais Robert Bourgi a confirmé dans un enregistrement à franceinfo les propos tenus dans une interview accordée vendredi 14 avril à Médiapart. Selon lui, François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle l'a appelé pour lui "demander de mentir" dans l'affaire des costumes, désormais "à Nanterre, dans les locaux de la police". 

franceinfo : Avez-vous parlé à François Fillon avant les révélations du Journal du Dimanche sur l'affaire des costumes ?

Robert Bourgi : J'ai subi quelques petites pressions politiques qui m'insupportaient. François Fillon et Anne Méaux, sa grande papesse de la communication, m'ont appelé chacun à leur tour en début d'après-midi samedi [la veille des révélations dans le JDD] pour dire : "Il va sortir demain dans le JDD un article où on dit que tu as offert des costumes à François Fillon". Et moi j'ai répondu : "Quel est le problème ? Est-ce qu'il y a un règlement, une loi, qui puisse interdire d'offrir quelque chose à un ami de manière totalement désintéressée ?" Les deux m'ont dit : "Tu comprends, il ne faut pas que tu dises que c'est toi, parce que c'est la Françafrique, et tout, et tout..." Je leur ai dit : "Vous croyez que je vais traîner toute ma vie, la Françafrique ? J'ai acheté les costumes avec mes deniers, j'ai payé par chèque, où est le problème ?" Toujours est-il que François Fillon a insisté et a fait appel à ma solidarité de gaulliste. Il m'a dit "Je ne voudrais pas que l'on puisse savoir que c'est toi"

J'ai menti pendant une semaine à la demande de M. Fillon, sur les conseils d'Anne Méaux. C'est ridicule d'avoir menti, tôt ou tard ça devait se savoir.

Il m'a amené à mentir à des dizaines de journalistes que je connais depuis longtemps, jusqu'à la parution du journal Le Monde qui a dévoilé mon nom. Là dessus, j'ai quitté Paris pour prendre le large [Robert Bourgi se trouve actuellement au Liban]. 

Comment avez-vous acheté ces costumes et pourquoi ?

J'ai commandé deux costumes à François Fillon au mois de novembre 2016, juste après son triomphe inespéré à la primaire. Aucun bookmaker ne le donnait vainqueur. J'ai dit que si Fillon, gagnait je lui offrais deux costumes. À charge pour lui de choisir les étoffes. J'ai dit à la maison Arnys, où je me sers souvent et dont M. Fillon est le client depuis longtemps, de commander deux costumes. Et de m'envoyer la facture quand tout serait terminé. Ce fut fait au mois de février 2017. J'ai réglé par chèque, 13 000 euros. Je tiens à dire et à redire que je n'ai jamais offert autre chose que deux costumes en novembre 2016, à M. Fillon [et un troisième, offert en 2014]. La veille de son passage à L'Émission politique sur France 2, François Fillon m'a appelé et m'a dit qu'il me restituait les costumes. Je lui ai demandé pourquoi me rendre des costumes qu'il avait portés. Et effectivement, il m'a dit les avoir portés. Les costumes m'ont ensuite été restitués par M. Fillon à mon cabinet. Il y avait trois costumes, dont un que je lui avais offert en décembre 2014 : un blazer bleu marine et un pantalon gris. 

Je n'ai pas ouvert les housses quand M. Fillon me les a rapportées, elles sont depuis à Nanterre dans les locaux de la police.

Robert Bourgi   à franceinfo

CELA ÉTANT NOTRE DIEU A DE SUITE SAISI L’OCCASION DE FAIRE D’UNE PIERRE DEUX COUPS ! Jouer les excuses et le retour à la légalité ! ! ! (Qu’il les ait portés, qu’ils ne soient plus « vierges », cela a été le cadet de ses soucis ! Quelle est donc sa notion de viol ? !)

Il a fait semblant de rendre les deux costumes (V. l’article de Mediapart) et démontré qu’il est le VRAI CHEF DES GAULOIS et DES INDUSTRIELS, COMMERCIAUX, AFFAIRISTES !

Tout les Français(e)s la savent dorénavant !

 IL EST AUSSI rusé, débrouillard, opportuniste, « ROUBLARD » « GAILLARD » que les GAULOIS ! SensCommun 

[[[Internet : Fillon envisage de nommer des ministres Sens Commun, les juppéistes voient rouge

Le mouvement anti-mariage gay a pris une place croissante dans la campagne du candidat des Républicains.

16/04/2017 10:04 | http://www.huffingtonpost.fr/]]]

****** Fillon envisage de nommer des ministres Sens Commun, les juppéistes voient rouge

Le mouvement anti-mariage gay a pris une place croissante dans la campagne du candidat des Républicains.

16/04/2017 10:04 | http://www.huffingtonpost.fr/

POLITIQUE - On a vu ce mouvement à la manœuvre pour sauver le candidat lors du grand rassemblement du Trocadéro. François Fillon envisage désormais de travailler avec Sens Commun s'il devient président de la République. Le candidat des Républicains n'exclut pas de nommer des membres de ce mouvement conservateur, émanation de La Manif pour tous, dans son gouvernement.

"Sens commun fait partie des hommes et des femmes qui sont fiers de leur pays, attachés à leurs traditions, pour lesquels j'ai beaucoup de respect. Cette façon qu'ont une partie des commentateurs et des élites politiques de classer les Français et de jeter une forme de discrédit sur certains d'entre eux est insupportable", a lancé l'ancien premier ministre dans l'émission Forum Radio J diffusée ce dimanche. Et de répondre "pourquoi pas" à la question de nomination de certains membres dans son équipe ministérielle.

C'est Nicolas Sarkozy qui, le premier, avait donné des responsabilités à certaines personnalités de ce mouvement, notamment Madeleine de Jessey qu'il avait nommée dans l'organigramme des Républicains. Dans le cadre de la primaire, c'est François Fillon qui avait ensuite obtenu les faveurs de ce mouvement anti-mariage gay puisqu'il s'était montré le plus hostile à la loi Taubira.

"Ce serait une faute"

Sens Commun a ensuite pris de plus en plus de place à mesure que les sondages se dégradaient pour François Fillon. Au point d'être les artisans de la réussite du grand rassemblement du Trocadéro qui avait permis au candidat de se maintenir.

Mais déjà, la présence de cadre du mouvement dans l'organisation de ce meeting avait déplu à de nombreux cadres Républicains, plutôt proches d'Alain Juppé. Ce sont les mêmes qui ont réagi de manière très virulente après la dernière annonce de leur candidat.

Sans surprise, Laurent Wauquiez qui incarne lui aussi la ligne droitière des Républicains a dénoncé ces messages à l'égard de Sens Commun, appelant chacun à ne pas diviser son camp.

Bonnes Pâques et fin dère religieuse

Pierre Payen (Dunkerque)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.