La fin du cycle de domination du cerveau des émotions

Cet article est le second d’une série de 3 qui se suivent … du même registre

(Le masculin neutre sera de rigueur)

Des commentaires d'un "bonobo boosté" ... 21.02.11

 

Notre morphologie

 

Tout organisme vivant est structuré pour essayer de survivre un certain temps.

La moindre cellule suit le « principe d’homéostasie.

Le cerveau des reptiles est muni d’un « instinct de survie »

Chez les mammifères, s’adjoint une seconde composante (nommée « cerveau des émotions » ou mammalien ou limbique) qui, ente autre, est chargée de la quête du plaisir.

Elle procède par analogie, par comparaison avec la banque des enregistrements des événements ressentis plus ou moins positifs ou négatifs… au fil des années.

L’homo sapiens (h. s.), seul, bénéficie d’un « néocortex » qui offre l’accès à l’anticipation, l’imagination, l’analyse, l’abstraction, la symbolisation, etc.

 

Toutefois, notre Civilisation s’est construite en se basant sur la prééminence du « cerveau reptilien » ou sur la peur de la mort !

 

D’où l’esclavage puis, moins violemment, l’institution du système d’exploitation de l’h. s. par lui-même.

Les coutumes animales, les rapports de force, se sont prolongés !

 

Les progrès scientifiques aidant, depuis quelques décennies, on connaît les rôles des trois parties principales du cerveau,

 

étant évident qu’il est préférable d’avoir assimilé le mode d’emploi d’un appareil sophistiqué (tel le cerveau) si on désire l’utiliser efficacement, pourquoi les renseignements décrits précédemment ne sont-ils pas livrés (sous forme pédagogique, accessible, rudimentaire) aux enfants à l’école primaire ? ! Ni ensuite ou si succinctement que personne n’en parle dans les discussions où les articles ou textes écrits ? !

 

N’est-il pas simple de deviner les raisons pour lesquelles les déclencheurs fondamentaux de nos comportements n’émaillent pas les commentaires les plus divers ? !

 

Le cerveau des émotions n’est-il pas devenu le ressort de l’épanouissement de la « Société de consommation » !

 

Les décideurs et gestionnaires du système dit libéral ou capitaliste ont parfaitement saisi que l’exploitation toujours plus (t. p.) subtile des manques, frustrations, stress, via la proposition de plaisirs compensatoires s’estompant rapidement et incitant au renouvellement jusqu’à, parfois, la tombée en dépendance (des « accros », était le « sésame » de la réussite commerciale !

(V. a. les surendettements et la crise des « subprimes » !)

 

[[[En 2004 (V. LExpansion.com), M. Patrick Le Lay, PDG de TF1, livre sa conception de la télévision dans un ouvrage intitulé « Les dirigeants face au changement » (Éditions du Huitième jour). Il y déclare : « Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans un perspectif business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit ». Avant de poursuivre son explication : « Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible »...]]]

 

La devise romaine Du pain et des jeux » (Panem et circenses) est toujours la formule qui fait florès ! Les capitalistes et les actionnaires sont t. p. des drogués du « t. p. de profits » !

 

Pour le cerveau des émotions (faute d’analyses, de prises de recul), comme dans l’enfer mythique ou religieux, il n’y a pas de possibilité de s’échapper de « l’enfer du Jeu de la vie terrestre » ! !

 

Concrètement, pourquoi, en France, en 2011, une femme meurt-elle environ tous les deux ou trois jours suite à des violences conjugales ? !

 

Combien de crimes sexuels ne seraient-ils pas évités si les protagonistes se connaissaient un peu plus, arrivaient à désamorcer leurs pulsions de colère et d’agressivité, à éviter le passage à l’acte, à ne plus être victimes des réactions des deux cerveaux propres aux animaux ? !

Plus largement, tant que chacun se contentera d’écouter ses émotions ou/et d’argumenter en se bornant à « midi à sa porte » et à la défense de ses intérêts, les résultats risquent-ils d’être convergents ? ! Et les synthèses, d’être évolutives ? !

Les recherches scientifiques et technologiques sont constamment « boostées » selon une politique de fuite t. p. en avant (animée par des capitalistes et des rationalistes complices).

Elles avancent à un rythme exponentiel en contournant le principe de précaution (comment attendre pendant 10 ou 20 ans l’apparition éventuelle d’effets nocifs d’autant plus nocifs que différés ? !) et en défiant t. p. les lois de la Nature, la biodiversité, l’environnement !

 

Dans ces conditions, le cerveau des émotions n’outrepassera-t-il pas prochainement sa fonctionnalité essentielle et ne provoquera-t-il pas un moment de rupture (V. le phénomène de la discontinuité quantique), n’engendrera-t-il pas une nouvelle Ère d’une dimension supérieure ? !

 

PIERRE PAYEN N. B. Notre ego est plus que « hypertrophié » … alors que comme des fourmis (mais plus intelligentes !) nous déambulons quotidiennement (ou presque) en procession dans les rues et sur les routes pour « louer » notre corps et cerveau à un patron en échange d’une rémunération ! Où se placent la « liberté », la « création intellectuelle » ? ! Et chez les cadres, par ex. ceux fabriquant et diffusant le « Mediator » ? !

 

Quelles illusions, nous entretenons ! Quelle auto-intoxication !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.