Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

2670 Billets

0 Édition

Lien 24 nov. 2015

Lambersart: la sœur de François-Xavier Prévost, tué au Bataclan, appelle au boycott de l’hommage national

EN PLUS, NOTRE « EINSTEIN » DE TULLE COMPTE BIEN SE REMPLUMER ! REMONTER DANS LES SONDAGES ! (Il n’y a plus que les catastrophes qui lui permettent de jouer au président de la République !) Pierre Payen (Dunkerque)

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://blogs.mediaprt.fr/blog/monkeyman

 Publié le 24/11/2015 LA VOIX DU NORD   PAR JULIEN LÉCUYER

La sœur de François-Xavier Prévost, Lambersartois tué dans la fusillade au Bataclan, a lancé sur sa page Facebook un appel au boycott de l’hommage national qui sera rendu aux victimes des attentats, vendredi 27 novembre.

  • Une photo de François-Xavier Prévost tué au Bataclan le 13/11/15 © Photo du journal la Voix du Nord

Repéré par France 3, l’appel a été déjà partagé près de 3 000 fois. Emma Prévost s’y fait la porte-parole de sa famille : « Nous refusons cette main tendue par les représentants politiques de la France… »

La sœur de François-Xavier Prévost, Lambersartois âgé de 29 ans tué dans la salle du Bataclan alors qu’il assistait avec deux amis au concert des Eagles of Death Metal, explique son appel par plusieurs raisons :

« Parce qu’en France, les attentats perpétrés du 7 au 9 janvier de cette année ont fait 17 victimes, que depuis, rien n’a été fait (…).

Parce qu’en France, il est possible d’être en lien avec un réseau terroriste, de voyager en Syrie, et de revenir, librement (…).

Parce qu’en France, des personnes fichées S (pour « atteinte à la sûreté de l’État » ou visées terroristes) circulent librement (…).

Parce qu’en France, 89 mosquées sont recensées comme étant radicales, c’est-à-dire qu’elles appellent ou profèrent la haine. Qu’il a fallu attendre les événements tragiques du 13 novembre pour que se pose enfin la question de leur dissolution.

Parce qu’en France, un homme ayant perpétré un homicide en 2006, condamné en 2008, est libre en 2013. Parce que ce même homme n’a pas peur de dire à la France entière après avoir hébergé plusieurs jours des terroristes « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service ». Ben oui…

Parce que les représentants de l’État français ont décidé de mener des raids aériens contre l’État Islamiste en Irak puis en Syrie sans se soucier de préserver, avant d’agir, la sécurité de leurs concitoyens. »

« C’est plus tôt qu’il fallait agir »

Emma Prévost conclut en s’adressant directement au président de la République ainsi qu’aux « politiciens » : « Votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsable de ce qui nous arrive ! C’est plus tôt qu’il fallait agir. Les attentats du mois de janvier auraient dû suffire ! »

Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart, s’est associé au message, sans préciser s’il boycotterait lui-même l’hommage. « Onze mois de perdus, écrit-il dans les commentaires, je suis en colère : on ne peut s'empêcher de se demander combien de vies auraient pu être sauvées si les pouvoirs publics avaient agi plus tôt. »

*** EN PLUS, NOTRE « EINSTEIN » DE TULLE COMPTE BIEN SE REMPLUMER ! REMONTER DANS LES SONDAGES ! (Il n’y a plus que les catastrophes qui lui permettent de jouer au président de la République !)

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B.. Cette position est soutenue par le maire de Lambersart

Le député-maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse (LR), s’est d’ailleurs associé au message d’Emmanuelle Prévost via un commentaire laissé sur la page Facebook de cette dernière : « On ne peut s’empêcher de se demander combien de vies auraient pu être sauvées si les pouvoirs publics avaient agi plus tôt ». (V. 20minutes.fr 24/11/15)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran