Française de papier

Ecœurée par cette France bon teint qui vient t’expliquer, sur une chaine de la TNT, qu’un monde où on forcerait un fraudeur fiscal comme Johnny Hallyday, à payer ses impôts au même titre que le premier clampin venu, et bah, Pascal Praud, ce monde-là l’effraie. Parce que tu comprends, Johnny, il a tellement apporté à la France, de par son rayonnement, qu’il a bien le droit de frauder le fisc, tu comprends ? Et il a même tellement apporté à la France, qu’il mérite bien un hommage national, aux frais de qui ?...Des connards de clampins, qui eux, payent leurs impôts.

Et pour Pascal Praud, un type qui ramène sans cesse sur le devant de la scène, le fait que Johnny était un fraudeur fiscal, et bah ce type, c’est un gaucho ! Oui, un putain de gaucho ! Putain, ils sont partout !!! Gauchos de merde, qui veulent l’égalité (Egalité ?... c’est pas dans la devise d’un pays, ça ? Aaargh, le nom m’échappe !!!), qui en ont marre du deux poids / deux mesures, au bénéfice de toujours les mêmes : ceux qui ont le pognon, ceux qui ont le pouvoir, ceux qui connaissent des gens…qui ont le bras long.

Et bah Pascal Praud, un monde où tout le monde serait logé à la même enseigne, ça lui fait peur !

Et bah moi, ce sont les types comme Pascal Praud qui me font peur, les types qui trouvent des justifications aux inégalités de traitement, les types qui ont peur d’un monde où tout le monde, y compris les puissants, auraient des comptes à rendre, des devoirs de citoyens à assumer.

Effectivement flippant ce gouffre entre ce qui effraie Pascal Praud et ce qui m’effraie moi.

Encore plus flippant, Pascal Praud passe à la télévision, il peut distiller son fiel et faire en sorte qu’il s’écoule langoureusement dans les oreilles de milliers de personnes qui lui prêtent une oreille plus ou moins complaisante (heureusement, ils ne sont pas nombreux à regarder Cnews! Et là vous vous dites : elle est gonflée, mais elle aussi elle a dû regarder Cnews pour nous parler de tout ça! Non, je suis tombée dessus...No comment, passons). Bah ouais, c’est vrai, il a raison Pascal Praud, Johnny, c’était pas Mr Tout-le-Monde quand même !!!

 

Et tous les jours, ce sont des dizaines de messages qui sont plus ou moins subtilement susurrés à l’oreille de nos concitoyens, par tous ces « journalistes » bien-pensants de ces chaînes d’information en continu ou par des animateurs d’émission de grande audience. Tous les jours, on leur dit comment doit penser un bon français (car celui qui ne cessait de répéter que Johnny était un fraudeur fiscal face à Pascal Praud, il n’était manifestement pas 100% français. Faut être français pour comprendre ce que représentait Johnny !)), comment doit chanter un bon français (chanter en arabe par exemple, c’est un choix qu’il faut pouvoir justifier d’après Morini-Bosc, surtout par les temps qui courent…), comment doit s’habiller un bon français (spéciale dédicace aux pas-bonnes françaises qui s’échinent à vouloir couvrir leurs cheveux, alors qu’en Iran ((où est le rapport ???)), certaines femmes encourent des peines de prison pour avoir découvert leurs cheveux en public : c’est un humoriste très drôle qui a dit qu’avec cette intolérance vis-à-vis des coutumes vestimentaires de quelques-unes, on en vient à défendre la liberté de porter des vêtements pas forcément très seyants, alors qu’on est un mordu de mode! On essaie de leur expliquer que le mode de vie à l’européenne, ce n’est pas un idéal de vie pour nous tous, mais ça, c’est tout simplement inconcevable ! Toutes les femmes, de par le vaste monde, veulent vivre comme vivent les européennes. C’est une évidence, il n’y a là rien à discuter, circulez !)

 

Je me doute bien que les récents attentats y sont pour quelque chose dans ce repli sur « le bon français, il ceci, le bon français, il cela », mais ça veut dire que tous ceux qui ne rentrent pas dans cette catégorie, ce ne sont pas des bons français, voire pas des français du tout, alors même qu’ils le sont, AUSSI. C’est juste le meilleur moyen de créer encore plus d’ennemis à cette France voulue monochrome, où les différences doivent être le plus possibles estompées, cachées, gommées. Un peuple de clones qu’ils veulent ! A leur image bien entendu. On leur dit que ça ne va pas être possible ?...

 

En attendant, je vais essayer d’apprendre à mes enfants à être confiants dans la bonté de l’humanité tout en leur apprenant à être méfiants, parce que là dehors, dans cette France qui est leur pays, il y a des gens (de plus en plus nombreux ou de plus en plus décomplexés, je ne saurais dire), qui pensent qu’ils sont trop foncés, trop arabes, trop musulmans pour être de vrais bons français. Je vais leur apprendre à être fiers et dignes, à ne pas baisser la tête, à ne pas s’excuser d’être « différents ».

Je vais leur apprendre qu’ils n’ont aucune dette particulière envers la France : combien de fois m’a-t-on dit que j’avais eu de la chance d’être née en France, parce que dans mon pays, je n’aurais pas eu la chance de faire des études comme j’ai pu le faire en France, parce que mon pays, il est pauvre, et puis les droits des femmes…

Et combien de fois, je n’ai pas répondu à ces bonnes âmes que :

1- j’ai travaillé dur, sans aucun traitement de faveur, pour en arriver là où j’en suis (c’est-à-dire médecin, alors je vous prie de croire que j’ai travaillé dur et longtemps, et je ne vous parle même pas des redoublements !)

2- je ne lui dois rien de plus à la France que de respecter ses lois, car s’ils veulent jouer au petit jeu de qui doit quoi à qui, alors la France est nettement plus redevable envers mon pays, que le contraire, car c’est la France qui a colonisé, accaparé, exploité les ressources et les richesses de mon pays pour son seul profit pendant des dizaines d’années, c’est la France qui a arraché mes ancêtres à leur terre pour en faire de la chair à travaux forcés. La France a bâti une partie de sa richesse actuelle sur le sang et la sueur des miens, alors qu’on ne vienne pas me parler de dette envers la France !

 

C’est compliqué en ce moment pour les « français de papier » de se sentir français : on nous demande de nous effeuiller, de nous dépouiller de nos origines, de celle de nos parents, de nous fondre dans la masse sans faire de vague.

On nous demande de fournir des preuves, de montrer patte blanche (que l’expression est opportune ! N’est-il pas ?) : la citoyenneté française, même quand on respecte les lois de la République, et bah ça se mérite encore quand on s’appelle Mouna, qu’on est noire, arabe et musulmane. Tout ça, doit être estampillé « de France ». Pas « en France », « de France » !

 

Islam de France, quelle sinistre blague ! Et après, on va faire pareil pour le judaïsme ? pour le catholicisme ? pour le protestantisme ? J’aimerais bien voir ça : on va réorganiser la formation des rabbins, des prêtres, des pasteurs ? Finis les prêches en yiddish, en latin ?

Mais non, parce que pour l’Islam, c’est différent ! L’Islam, c’est une religion dangereuse ! Regarde tous ces malades qui se font sauter dans des lieux publics, pour faire un maximum de victimes !

Et bien moi, je vous propose plutôt de regarder les millions de musulmans modérés parfaitement inoffensifs et qui sont d’ailleurs les premières victimes en nombre des attentats commis par des terroristes qui se réclament de l’Islam.

 

Et moi, je vais essayer de me concentrer sur la France qui ne me vomit pas en raison de ma couleur de peau ou de ma religion, sur la France qui ne me veut pas en position subalterne parce que j’ai la chance d’avoir été « adoptée » par elle, sur la France qui ne me regarde que comme Mouna, incidemment noire, arabe et musulmane.

Parce que malheureusement, tristement, l’autre France, elle a un peu gagné quand même, dans le sens où elle a réussi à étouffer en moi le sentiment d’appartenance à la nation française : je ne suis pas française, je suis de nationalité française. Triste nuance…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.