Causes partielles et partiales de mon abstention, jeune parmis les "80%"

Thierry Ternisien, je n'ai pas suivi le fil des commentaires, mais lors des précédents débats sur la question de l'abstention j'ai pu constater que ma position est légèrement minoritaire.

Thierry Ternisien, je n'ai pas suivi le fil des commentaires, mais lors des précédents débats sur la question de l'abstention j'ai pu constater que ma position est légèrement minoritaire.
***
A 20 ans, ces élections sont mon baptême abstentionniste, car depuis que je suis "majeur", j'ai toujours voté et appelé à voter. Sans doute est-ce parce que j'ai quitté le parti politique dans lequel j'ai milité et débattu (tant bien que mal) depuis mes 18 ans.

***
Sans doute me suis-je abstenu parce j'ai aperçu l'absurdité du bulletin et son corollaire : les mensonges électoraux faits y compris aux militants (mensonges plus ou moins visibles selon les partis, mais le double discours est nécessaire à ceux ci).
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que l'élection (la "seule voie" de la démocratie), convient aux "instances" dirigeantes, à l'économie néo-libérale.
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que la politique est une lutte, pas un ascenseur émotionnel qui, ici ou là, selon votre "QG" de campagne, vous amène à rire ou pleurer une fois le dépouillement terminé.
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que après une année de lutte pour sauver mon université, et ma conception de l'université (qui s'inscrit dans une réflexion politique plus large), après une année de solitude, après une année d'action et de réflexion théorique, l'avant goût du combat politique dont j'ai eu la chance de sentir les premières effluves m'éloigne de l'espoir factice de l'isoloir (les "vrais" combats ne se gagnent pas dans les urnes, a contrario les défaites, souvent petites, invisibles, portent en elles le sceau du vote "citoyen").
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que mes deux sœurs (18 et 24 ans) ont voté comme leurs père, parce que ma grand mère à toujours voté, depuis l'après guerre pour le même parti, pour la même couleur.
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que tous les élus m'ont appelé à voter, alors qu'ils ont la "capabilité" de plaider dans les actes pour mon bien être et celui de mes proches, mais qu'il en n'ont pas l'envie (je ne veux pas spéculer sur leur envie probable, je me protège du désespoir).
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que cela m'éloignerait de la rudesse de ma quête philosophique, de ma quête de moi (Sartre définissait cela avec un truk du genre : la quête de l'être pour-sois) et de la dureté du pavé.
***
Et de manière "raisonnable" et "pragmatique", je ne pense pas que mon cas puisse expliquer l'abstention "record" chez les jeunes. C'est pourquoi, en tant que abstentionniste (plus d'un électeurs sur deux n'est pas allé voter) je me garde de tout triomphalisme. Cependant je me réjouis d'une telle abstention, provoquée par le système politico-médiatico-économique qui à pour seule but d'éloigner l'homme DU politique et donc du contrôle de sa destinée, menant irrémédiablement celui ci à être exploité pour le "bonheur" d'une minorité.
***
Je me réjouis d'une telle abstention qui montre de manière "formelle" l'affirmation préalablement énoncée, je souris quand j'entends les politologues qui s'offusquent du taux d'abstention, ceux ci même qui s'accommodent d'analyses d'apparats et qui ne voient dans l'exercice de la politique de chacun que la formalité "légitime" du vote. Et qui dénoncent, du haut de leur morale, les "casseurs", les "encagoulés", les "émeutiers", les "jeunes", les "anarchistes", qui n'ont pas de projets "viables".
***
Ce qui m'horripile le plus, c'est que nous nous prenons tous de plus en plus pour des politologues avisés parce que nous votons, parce que nous avons de l'intérêt pour la politique, celle qui occupe l'espace médiatique, celle qui occupe nos cerveaux (T.I.N.A).
***
J'adore l'abstention au tant que je la hais, car elle me confronte à moi même, dans l'espoir de me confronter aux autres.
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que le copain de ma sœur de 18 ans, m'a dit, au détour d'une phrase, sur un air léger, rigoleur, qu'il votait pour se donner bonne conscience.
***
Sans doute me suis-je abstenu parce que j'ai la plus idiote des passions qu'il met donné d'avoir en ce bas monde, celle du politique.
***
P.S : dsl je suis prolixe quand je suis bourré, j'ai bien peur d'être beaucoup moins accessible, et je sors, à mon grand désespoir, de la question politique.
N.B : je fais l'économie des exemples qui corroborent mes propos car je ne peux vous offrir mes yeux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.