Chère Michele Alliot-Marie

Nous sommes au vu et au su de la politique du ministère de l'intérieur depuis que vous êtes en poste. Le triplement des caméras de « vidéo protections », l'autorisation du port du taser par la Police municipale, le fichage de la population, l'envoi de gendarmes en Guadeloupe, ainsi que la police dans les collèges vont, à l'évidence, dans le bon sens. 

Nous sommes au vu et au su de la politique du ministère de l'intérieur depuis que vous êtes en poste. Le triplement des caméras de « vidéo protections », l'autorisation du port du taser par la Police municipale, le fichage de la population, l'envoi de gendarmes en Guadeloupe, ainsi que la police dans les collèges vont, à l'évidence, dans le bon sens.

 

Face à la brusque détérioration du climat économique et son cortège d'ex-travailleurs qui ne croient plus aux urnes, vous avez, avec le soutien du gouvernement, particulièrement bien géré, jusqu'à présent, les syndicats et les travailleurs mécontents. Tout ça dans le but de préserver notre démocratie si chèrement acquise au fil des siècles. Et en condamnant "de principe" les travailleurs qui séquestrent leur patron, avant de les condamner "de droit", vous montrez que vous gardez toujours la main ferme, avec un si joli sourire.

Il est vrai que quelque voix clament une critique radicale, une remise en cause de notre démocratie, pis, de notre modèle économique.

Il est d'autant plus vraie que le gouvernement maintient le cap sur des réformes qui ne peuvent pas ne pas être, des réformes nécessaires donc. Veuillez croire, madame la ministre de l'intérieur, qu'ici nous avons particulièrement apprécié la manœuvre comico-Keynésienne, destinée à occulter le fait que le système à foiré, que c'est la crise du système, une crise systémique donc. Nous savons à présent qu'il faut libéraliser encore plus le marché mondiale et que la crise est due au manque de marché libre, comme l'enseignement ou la santé. En effet la crise économique est , il serait suicidaire d'attendre une seconde sur les politiques publiques, fiscales, juridiques et sociales, démarrées avant la crise, dont le pays à besoin pour l'à traverser.

 

 

Nous entrons dans une période obscure de notre histoire, souvenons-nous que la crise de 1929 fut réglée par la seconde guerre mondiale. Cette dernière résultait de la monté des extrêmes politiques, et donc du fascisme et des régimes non démocratique, dans de nombreux pays. En conséquence le devoir patriotique veut que le gouvernement reste fort face au populisme, à la démagogie et autre discours malveillants, qui mettraient notre pays à terre, à la merci de tous les autres. La politique d'occupation du terrain par la police, d'occupation de l'espace médiatique par le parti ne laisse aucun espace au doute, le gouvernement est pragmatique et il a des convictions.

 

A votre poste de ministre de l'intérieur, à l'instar de votre prédécesseur, vous avez parfaitement prévu cette période de stress national.

Jusqu'ici tout va bien, juste quelque mécontents à peine visible, ici et .

 

 

Cependant, une rumeur absurde est tombée dans notre oreille il y a quelque jours. Celle ci vous prête l'intention de promulguer un décret anti-cagoule en manifestation. La dernière rumeur de ce type dont nous avons eu vent était à propos du gouvernement grec, qui, dépassé par la conjoncture, a affirmé vouloir abolir le porte de la cagoule lors des rassemblements. L'aveu même d'une telle intention fut le signe pour beaucoup de concitoyens que le gouvernement, faute de répondre positivement aux revendications populaires, sortait l'artillerie lourde. L'instauration d'une terreur, non sur le geste, qui est anodin, mais sur l'esprit, oppressant rêve et imagination. Le garde fou que représente l'Utopie chez nos jeunes français verra son efficacité amoindrie, laissant la sécurité publique soumise à une volatilité extrême, un peu à la manières marchés boursier depuis quelque années.

 

Ledit décret présuppose que les manifestants dissimulant leur visage, donc leur identité, sont en mesure de jeter des pavés, dans le seul but de distiller haine, négation et destruction. Une telle conjecture n'est pas digne de vous. Si, de principe, un tel décret est bon, d'expérience, il est contre-productif.

 

 

Premièrement, les casseurs, les black blocs, les voyous, l'ultra-gauche, vous en conviendrez, ainsi que les services de renseignement généraux, sont très "politisés". Un décret de plus ou de moins ne les arrêtera en rien dans leur démarche nihiliste. Deuxièmement, la logique du gouvernement qui veut que, à chaque fait divers une loi soit promulguée, n'est pas dans ce cas efficace. Car le fait en question n'est pas "divers" mais diffus.

 

Alors, pour le bien commun, laissez leurs le droit de porter une cagoule (et, si affinité, jeter un pavé ou deux), c'est pour beaucoup d'entre eux, un des rares actes politiques sincère en vigueur de nos jours. Ne forcez pas l'Histoire, madame la ministre, ou ce seront eux, les ennemis de la démocratie, qui s'en chargeront. Laisser les médias relayer l'information, et les gens comprendront d'eux même que la politique du gouvernement, et celle de l'Europe, est la seule qui puisse être, car c'est la seule qui est.

 

Cordialement.

Liberté, Égalité, Fraternité

 

N.B: L'intérêt du billet réside tout entier dans les hyperliens.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.