Quand, bruyant, le rêve s’entend trop

Faim de l'amé, déjà se meurt le rêveur

Aux  mouches : vive les petits rois !

L’autre rêve, butine toujours le monde

Donne encore le goût du fiel au miel !

Et, au temps  des fleurs achetant l’eau,

Nous pleurerons le vol de l’abeille. Ciel 

Soleil vert, prairie de nos indigences

A la clôture, fer de ta propre misère.

Entre les murs, déjà se brise l’idole or

Fugue : ta vergogne tombe le vigogne.

Nos plaines ne fécondent pas vos haines

Nos moissons partagent. Pas un adage !

Meh.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.