Le désert de la nuit est l’air balayant le sable de mes pensées incandescentes.

Nomade incertain, je suis la polaire d’un monde sacrant l’extinction de l’ourse.

J’erre dans la douleur de ma lâcheté.

- Héroïque !

Aveuglante, la lumière du salon flatte.

Au balcon, les fidèles applaudissent l’horreur.

Au soir du confinement, les pâtes remplacent le pop-corn ; le spectacle est notre fin.

Souverain virtuel des ciels et des terres, l’aigle porte son nid dans les ailes déployées de son cynisme. 

Mengele œuvre à l’échelle du monde.

Meh

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.