Rogaton : tronc-de-figuier !

Sang du prépuce, voile des hommes

Gloire à Dieu : la voix de nos mères

Tes jambes te portent là où tu peux

Goût de l’huile : t’assiège l’olivier

 

Te noue la gorge : le comprachicos

Tu vois ! Heureux est le cul-de-jatte

Au ciel : ailes et serres des rapaces

L’écran vend la nudité de ta dignité

 

Le temps est la tombe de la mémoire

Liberté, un  mensonge sans frontières

Blancheur de nos robes ; le sel habille

 

Sacrifices ! Aux silences la récompense

Dévoyée, Sainte étoilée console la larme

Vous aventurerez-vous devant les sceaux ?

Meh

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.