Ma sélection du 5 mai

Ardennes-éducation-culture : http://www.ardennes-culture.net/ - Toute l'actualité de l'éducation en France et dans le monde

05/05 - "L'instit' humeur" Blog - L'Express.fr" Sarkozy : « Jadis nos instituteurs, qui aimaient la République… »

"Les quelques instants consacrés à l’école, lors du dernier discours de campagne prononcé par Nicolas Sarkozy à Toulon, permettent de comprendre pourquoi le Président et le monde de l’enseignement se sont ratés dans les grandes largeurs durant ce quinquennat. ...
Permettez-moi de vous dire, monsieur le Président, que si (à lire ...) n’en serions là où nous en sommes aujourd’hui."

04/05 - "Le + Nouvel Observateur" Les fautes d'orthographe : une triple peine pour les enfants en difficulté

"Orthophoniste depuis une vingtaine d'années, j’ai souvent affaire à ce qu’on appelle la "dysorthographie". Ce terme un peu barbare et très général recouvre un trouble d’acquisition de l’orthographe, quelle que soit la nature des erreurs. ...
À l’heure où l’on parle d’efforts à fournir sur l’enseignement des bases (lire, écrire, compter), d’orthopédagogues travaillant en milieu scolaire comme cela se pratique dans de nombreux pays, il serait bon de ne pas sombrer dans le rabâchage à outrance. Les difficultés sont révélées lors des apprentissages scolaires mais préexistent.
Alors nous pourrons démarrer une réflexion traitant le langage, le cerveau et l’individu dans sa globalité et engager un "vrai" travail."

05/05 - Philippe Zarifian , professeur des universités dans "Le Monde.fr L'état d'exception et la guerre menée par Nicolas Sarkozy

"... est-ce que Nicolas Sarkozy n'a aucun projet, aucune conviction, ne défend aucun intérêt ? Non, bien sûr. Il défend un projet tout à fait cohérent avec la politique de la terre brulée, de la dramatisation et de la guerre. Son projet est simple : faire table rase de tout ce qui empêche les riches et les puissants de s'imposer par le pur rapport de force, en utilisant, comme simple masse de manœuvre, la plèbe, la foule des exclus et des souffrants. La force avant tout. Et une force qui, spontanément, profite aux plus puissants, à une caste minoritaire, qui sont ses " vrais amis ". Et au passage, soutenir le système économique dominant, le capitalisme sous sa forme actuelle, qui s'impose de lui-même malgré et dans sa crise."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.