Ma sélection du 23 juin 2012 livrée à votre réflexion

Ardennes-éducation-culture : http://www.ardennes-culture.net/ - Toute l'actualité de l'éducation en France et dans le monde


23/06 - "Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs" En français, je suis nul : moi, c'est en maths que je suis bon !

"Qui n'a jamais entendu ce genre d'affirmations, surtout ces jours-ci avec l'arrivée de l'épreuve de français — le "petit" bac — ? A vrai dire ces propos n'étonnent personne, tant est profondément ancrée en nous l'idée que les disciplines scolaires sont choses différentes, qui ne correspondent pas forcément aux goûts, ni aux possibilités de chaque élève.
Et pourtant, cela devrait étonner et même scandaliser, car cette déclaration est absurde et si elle paraît "normale", cela prouve à quel point on se trompe sur ce qui se passe réellement dans les classes. ..."

22/06 - "L'instit' humeur" L’anglais à l’école : good joke !

"Cette semaine vient de paraître une étude sur le niveau de langue étrangère dans 14 pays européens. La France s’y classe 13ème et avant-dernière, avec 14 % d’élèves de bon niveau (moyenne européenne : 42 %). Cette étude fait suite à une étude nationale publiée par la DEPP il y a quelques semaines et qui indiquait que le niveau en langue à la fin du collège avait chuté entre 2004 et 2010, surtout à l’oral (40,4 % de maîtrise contre 51,3 %).
Ces chiffres m’ont interpellé,...
Résumons-nous : une minorité d’élèves a la chance d’avoir un instit qui, pour des raisons personnelles (...), a un bon niveau d’anglais ; les autres élèves, moins chanceux, ont un instit comme moi, qui a suivi une « formation » de piètre qualité et obtenu une habilitation fantoche mais essaie de se débrouiller avec son niveau d’anglais qui est somme toute celui du français moyen.
De toute façon, à quoi bon ? Un prof d’anglais de collège sur deux vous le dira : vu l’hétérogénéité du niveau des élèves arrivant en 6ème, le plus simple est de reprendre depuis le début. Mais tout cela n’est pas bien grave, le plus important est de pouvoir dire que les enfants français apprennent l’anglais depuis l’âge de 6 ans, sir."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.