Football Leaks

Tôt ou tard, il fallait que ça arrive. S'imaginer que les sportifs professionnels en général et le monde du football en particulier échappe à la gangrène de l'argent facile et du business pourri (par la fraude) relève encore de la naïveté propre à un gamin de rue.

Désolé pour ceux d'entre vous qui croyaient encore au Père Noël (c'est de saison, notez!), mais le sport professionnel n'échappe pas à la règle qui veut que toute corporation où gravite les businessmen et les budgets faramineux fonctionne suivant des principes interlopes, frauduleux et pour tout dire, mafieux. Le mot est lâché. Comment appelez-vous ce genre de fraude organisée en bandes et qui consiste à "planquer" des sommes qui se comptent en milliards d'Euros dans des paradis fiscaux dérégulés et qui échappent au fisc, donc à l'Etat? Hein? Bon, il me semblait bien.

 

En tant qu'ancien journaliste sportif, ce sujet m'intéresse à plusieurs titres. 

 

D'abord, je n'ai pas la prétention de dire: "C'était évident! Je le savais, je vous l'avais bien dit..." Cela faisait plusieurs années que je n'étais plus dupe, soit, mais je confie aisément qu'à l'époque où j'étais journaliste, je ne connaissais pas l'ampleur du mal. Je me rappelle même qu'à l'époque où j'étais étudiant à l'IHECS, j'avais confié à un condisciple qu'au moins dans le sport, on pouvait évoquer des choses amusantes, comme le jeu, la technique,... alors qu'en politique et en économie, il n'y a jamais que de mauvaise nouvelles et c'est le règne de la malhonnêteté. Voilà, plus je vieillis, plus j'attrape du plomb dans la cervelle. C'est pas encore les trente glorieuses, mais c'est déjà ça...

 

Le sport: ceux qui n'en veulent pas ont tort, ceux qui lui donnent trop de place aussi. Je m'explique: d'un côté, ne pas faire du sport, c'est désormais prouvé, raccourcit la vie. L'exercice physique est nécessaire pour entretenir votre corps: marcher, courir, rouler à vélo, nager. L'inertie du corps rouille. Bouger, quoi! Ne restez pas assis des heures devant un écran, que ce soit Playstation, TV ou écran de PC. Aérez-vous, faites de l'exercice. Marchez 20 minutes par jour au grand air est déjà un bon début. Pas la peine de passer des heures en salle de fitness, l'air intérieur est vicié et des engins de musculation ne remplaceront jamais du bon jardinage. C'est votre cœur qui a besoin de ça aussi.

 

D'un autre côté, trop de sport entraîne des conséquences néfastes. Votre corps a ses limites: élongation, contracture, douleurs musculaires, tendinite, entorse,... A long terme: arthrose, déchirures, usure du squelette, atrophie de tendons trop sollicités. Attention: je dis bien au moins 2-3 heures de sport intense par jour. Surtout sans entretien (étirements, massages, relaxation, repos important). Des efforts répétés, forcés, astreignants, ça n'est pas nécessaire. Et la compétition professionnelle, sachez-le bien, s'avère une très mauvaise idée pour vos vieux jours (ou vos vieux os). Que n'a-t-on pas dit sur l'état physique de Justine Henin en fin de carrière! Regardez Vincent Kompany. Il y a de multiples exemples de sportifs qui ont dû écourter leur carrière suite à des pépins physiques répétés et handicapants. Le sport professionnel est nocif, et je ne parle même pas du dopage, très répandu et dont on pourrait parler pendant des heures.

 

Ce qui me gêne, c'est la compétition sportive professionnelle: elle entraîne et incarne à l'heure actuelle toute une série de comportements détestables: le dopage pour commencer (si le meilleur gagne, autant se donner les moyens!), l'absence de fair-play (pas que des sportifs, regardez le Charleroi-Standard de ce week-end!), des salaires indécents (un mélange entre droits d'images, sponsorings, prize-money et blanchiment d'argent sale), paris sportifs (un passe-temps indigent et débile où la fraude règne), et corruption (compétitions arrangées, sportifs "achetés"). Le sport professionnel devient un monde très sale. Qui ne me passionne, du coup, plus du tout ou presque. Les "Football leaks" ne font que le confirmer.

 

Ensuite, je suis devenu un ardent défenseur de l'éthique, un principe que j'ai bien du mal à appliquer à moi-même certes, mais que je m'efforce de respecter, et croyez-moi, je m'en porte beaucoup mieux. Rien de tel pour aimer sa propre personne et flatter son ego. Oui, c'est bien utile parfois! Rassurez-vous cependant, l'éthique n'incarne pas une idée fixe et obsessionnelle, mais elle induit - et garantit même! - une ligne de conduite. Ce principe, toutefois, et je le constate chaque jour, beaucoup l'ignorent, consciemment ou pas, mais surtout consciemment quand même. Ce qu'on oublie pourtant, c'est qu'il est inscrit profondément dans la Loi. Au détour de pages de nombreux textes, de réglementations, de législations, on le retrouve en filigrane. L'éthique et la Loi sont intimement liés, l'un ne peut aller sans l'autre. Sans éthique, pas de morale, et sans morale, pas de respect de la Loi. L'éthique est le garde-fou de la Loi, un peu comme un casse-vitesse pour les fous du volant. Une conscience pour les esprits purs. Un cadenas pour l'antichambre de la honte. Quoi qu'il en soit, s'il est verrouillé dans les Textes, c'est qu'il a son importance, non? 

 

Pour moi, l'éthique incarne une des bases de nos sociétés. C'est un pilier qui, absent, fait vaciller l'édifice. Plus même: sans elle, la société n'a plus de sens. Tout ceci s'avère très théorique au bout du compte, j'en suis conscient, mais faites l'exercice (si vous ne l'avez déjà fait): qu'est-ce qui changerait si l'éthique était respectée? Ne tombez pas dans le piège de la réflexion facile: "On s'emmerderait bien dans un monde où on ne pourrait plus faire un pas de travers." La question n'est pas là: il n'y a rien de mal moralement à organiser la société dans un but ludique et à s'assurer que chacun mange à sa faim, dispose d'un emploi qu'il aime, fonde une famille comme il l'entende et participe à la richesse des autres. Relisez cette dernière phrase! C'est l'absence d'éthique qui fait que tout ça manque dans le monde d'aujourd'hui. On s'emmerde bien dans un monde où plus rien ne fonctionne parce que la majorité, à commencer par les puissants, ne respecte plus rien, où des millions de gens sont en demande de travail, de soins, d'un abri, de respect parce que des fraudeurs et des violeurs d'éthique le leur ont pris. 

 

Malheureusement, l'éthique est devenue une vieille dame que les hommes ont aujourd'hui délaissé après l'avoir, pendant des siècles, violé. Avec des rires haineux et stridents, des insultes misogynes et ordurières. Si Dieu existe, l'éthique, pour tout ce qu'elle représente, mais aussi tout ce qu'elle a enduré, est assise à ses côtés. Une place qu'aucun homme, décidément, n'atteindra jamais. 

 

Un journaliste en a-t-il assez de passer son temps à diffuser de mauvaises nouvelles? Au bout d'un moment, je pense que oui. Qu'on ne vienne pas me dire que la déontologie journalistique empêche d'avoir des états d'âme, il faut choisir et se positionner, à un moment ou à un autre. Un médecin sachant parfaitement en son for intérieur qu'il a tué un patient par incompétence et qui dissimule ce fait n'est pas un homme. C'est un monstre! Mourinho est un monstre: il sait pertinemment qu'il fraude, qu'il vole de l'argent au fisc. Qu'on me comprenne bien, il est un monstre par rapport aux conséquences de son geste, mais aussi par la violence de la nature de ses actes. Frauder des millions d'Euros n'est pas un acte anodin, même si c'est devenu un acte banal qui remonte à la nuit des temps (tiens, qui fut le premier fraudeur financier au fait?).

 

En conséquence, ce qu'il est crucial aujourd'hui de comprendre, c'est que lorsqu'un joueur de football fraude 13 millions d'Euros, il provoque de l'autre côté de la chaîne, tout en fin de celle-ci, la fin du remboursement d'un médicament anti-diabète pour un minimexé, la baisse de salaire d'un fonctionnaire grec, le licenciement d'un ouvrier de Caterpillar et que sais-je encore! Chacun connaît des exemples obscènes de ce genre. Et ça, c'est un viol permanent de l'éthique, de la morale! C'est ce qui provoque la haine de l'autre ainsi que la jalousie et l'égoïsme de chacun. La fin d'une société, notre société. 

 

Nous devons, tous, combattre cela. Essayons chacun de faire de notre mieux, de ne pas porter des actes qui nuisent à autrui. De respecter l'éthique. Dans notre vie quotidienne, comme dans notre vie professionnelle. Mais indignons-nous contre ceux qui foncièrement organisent la fraude, le vol, la corruption et le recel.

 

F*ck the Champions League as we know it!

 

Bonne journée! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.