M.R

M.R

Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2014

EDREAMS, GO VOYAGES, OPODO OU L'IMPUNITE DU GROUPE ODIGEO

M.R

M.R

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ils vous promettent du rêve, vous aurez droit au cauchemar!

https://www.facebook.com/eDreams.FR?fref=ts

https://www.facebook.com/govoyages?fref=ts

https://www.facebook.com/opodo.fr?fref=ts

C'est ainsi que fonctionnent en toute impunité les agences de voyage en ligne du groupe Odigéo : Edreams, Go Voyages, Opodo .

Sur le site Facebook de ces agences, affluent chaque jour des dizaines de témoignages de clients en détresse.

Pour environ 60% d'entre eux, il s'agit d'une pratique trompeuse récurrente .

Après avoir entré les coordonnées du voyageur et les références de sa carte bancaire, le prix total de l'achat affiché est accepté et validé par l'acheteur. Une fois le montant validé, un mail de confirmation de la réservation lui est adressé par l'agence.

Et là, le cauchemar commence !

Le client est mis devant le fait accompli : le prix mentionné dans le mail est de 1 à 5 fois supérieur au montant précédemment validé et sera débité de son compte bancaire.

Il arrive même que des clients soient prélevés 2 ou 3 fois.

C'est alors que la grande course au remboursement du « trop prélevé » s'engage.

Joindre la plate-forme téléphonique des agences de voyage du groupe Odigéo est quasiment impossible : attente de quinze à vingt minutes en moyenne et, si par bonheur, vous avez un interlocuteur au bout de tout ce temps, il ne lui faudra pas plus de deux minutes pour vous raccrocher au nez. C'est une de leurs méthodes impitoyables et mises au point par le groupe Odigéo .Un des responsables du groupe Odigéo France expliquait dans un débat que le traitement en e-mails n'est pas le même s'il s'agit de clients « apporteurs » ou de clients « détracteurs » (sic) !

Pas de statut intermédiaire pour les clients spoliés.

Nous comprenons aisément que les réclamations des clients « détracteurs » ne seront pas réglées dans les meilleurs délais.

Les appels téléphoniques n'aboutissant pas, ne restera plus que l'envoi de mails ou de courriers. Les agences Edreams, Go Voyages ou Opodo vous répondront, histoire de vous faire patienter, puis vous les relancerez et elles vous répondront encore, vous demandant de plus en plus de justificatifs que vous n'avez pas bien entendu ! L'agence Edreams en est arrivée tout dernièrement à demander à une de ses clientes lésée de justifier sa bonne foi par l'envoi d'une copie capture d'écran du montant affiché et validé le jour de l'achat en ligne . Un comble au regard des centaines de réclamations identiques !

Si par hasard, les médias audio-visuels viennent en aide à quelques personnes, vous entendrez les dirigeants des agences incriminées répondre qu'il s'agit d'un bug informatique ou d'un incident technique.

Quel nom donner à un « bug informatique » qui se multiplie chaque jour de l 'année pour de nombreux clients dans toute l'Europe ?

Il faudra beaucoup de patience à ces clients victimes pour espérer un remboursement: des semaines, des mois, plus d'une année ! ...jusqu'à l'abandon complet de ceux qui se seront lassés.

Le temps (où l'argent spolié fructifie) et l'abandon semblent être les deux visées du groupe Odigéo.

Parmi les clients lésés par ces agence, peu d'entre-eux connaissent et feront appel à l'article L133-24 du Code Monétaire et Financier qui fait obligation à la banque de procéder au remboursement, dans le cadre d'un achat internet, de la somme contestée.

Si cet article de loi a le mérite de protéger le consommateur victime d'une fraude internet à la carte bancaire lorsque le fraudeur est inconnu et non localisable, que penser de cette protection bancaire lorsqu'il s'agit de pratiques trompeuses d'un groupe d'agences qui a pignon sur rue à Paris ? Dans ce cas précis, l'article de loi se retourne comme un véritable encouragement donné aux agences du groupe Odigéo à poursuivre leurs pratiques peu scrupuleuses .

Pour les 40% d'autres cas litigieux concernant le groupe Odigéo il s'agit pour la plupart de billets payés mais non reçus, d'allers-retours payés dont les clients ne disposent que du billet retour mais pas du billet aller, de mails de réservation non reçus qui empêchent un départ, et le pire, des billets retour vendus sur des vols n'existant plus depuis de nombreux mois, ou des billets vendus mais non réservés auprès de la compagnie aérienne. (A noter que tous ces faits sont communs aux trois agences du groupe)

L'impunité dont bénéficient les agences du groupe Odigéo pose problème et questionnement.

Cette impunité interpelle les citoyens que nous sommes.

Des reportages télévisés ont cherché à sensibiliser le public à travers des témoignages de clients sur les agissements de ces agences .

Malheureusement les questions de fond n'ont pas été traitées ce qui aurait peut-être permis de mettre un frein aux méthodes condamnables de Go Voyages, Edreams et Opodo.

Séparer ces agences dans les reportages, alors qu'elles sont les principales composantes du groupe Odigéo, c'est occulter l'étrange similitude des réclamations : Logiciel de réservation commun ? Logiciel programmé pour augmenter le prix d'achat validé par le client « derrière son dos » ?

C'est occulter aussi la question : « qui est le groupe Odigéo ? »

http://www.odigeo.com/

http://www.agefi.fr/articles/le-voyagiste-odigeo-se-refinance-en-attendant-son-introduction-en-bourse-1256305.html

C'est occulter enfin le montant exact que représente la masse d'argent spoliée aux clients.

Quelle part représente cette somme dans les bénéfices d'Odigéo qui se présente comme le leader européen des agences de voyage en ligne, quand ce n'est pas mondial ?

Même si ces reportages ont vocation à dénoncer des faits, rien ne bouge du côté des agences d'Odigéo qui persistent dans leurs pratiques.

ODIGEO IMPOSE SES REGLES ET BAFOUE NOS LOIS!

Côté pouvoirs publics ce n'est guère mieux.

Le Ministère de l'intérieur est parfaitement au courant des très nombreuses réclamations mais n'intervient pas au prétexte que cela n'est pas de son ressort, même si de nombreux cas relèvent du Code Pénal. Si vous insistez et faites part de votre étonnement quant à l'impunité dont semble jouir le groupe Odigéo, le service du Ministère de l'Intérieur en charge des arnaques cartes bancaires mettra fin à la communication en vous répondant : « Madame, c'est politique ! » Il vous renverra vers le Ministère de l'Economie et des Finances service DGCCRF.

La Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes, parfaitement au courant des faits, se borne à enregistrer en ligne les plaintes et ne fait rien pour mettre fin à ces pratiques. Aucune sanction ne tombera .

Tout est en ordre pour que le groupe Odigéo, à travers ses agences Go Voyages, eDreams et Opodo, continue de sévir dans l'impunité la plus totale .

Nous, Citoyens Francais et Européens, soucieux du respect des lois, des droits et des devoirs de chacun, ne supportons plus cette impunité !

P/Le Collectif

M. R.

Rejoignez-nous sur facebook:   https://www.facebook.com/odigeoarnaquesbilletsavion

 Un petit exemple parmi les grosses arnaques de ce groupe: https://www.youtube.com/watch?v=bALKnZyQTJc ou ici https://www.youtube.com/watch?v=4bXAq9LQqvQ

Reportage Wall Street Journal : https://www.facebook.com/odigeoarnaquesbilletsavion/posts/1631273343767315

http://www.lepoint.fr/economie/billets-d-avion-sur-internet-une-fraude-quasi-generalisee-plusieurs-operateurs-poursuivis-11-02-2015-1904212_28.php

Suppression de la totalité du service SAV en France depuis le 31 mars 2015 (silence total!) http://www.tourmag.com/eDreams-Odigeo-va-supprimer-112-postes-en-France_a70886.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai