JOURNALISME D'INVESTIGATION

             MEDIAPART a mis en évidence depuis plusieurs années l'intérêt du journalisme d'investigation, au point même que l'on pourrait se demander si un tel attribut ne serait pas superfétatoire, lorsqu'on lit la définition communément admise du métier de journaliste (Un journaliste est une personne dont la profession est de rassembler des informations, de rédiger un article ou mettre en forme un reportage afin de présenter des faits qui contribuent à l'actualité et l'information du public.).

             Sans vouloir polémiquer à nouveau sur une émission récente de la chaîne M6, ( CAPITAL du dimanche  9 novembre 2014 " les notaires sont-ils trop gourmands") on peut trouver dans un tel reportage l'illustration parfaite d'une accumulation de faits qui savamment cuisinés par un chef  talentueux - le journaliste- tendraient à prouver qu'une mise au régime de professionnels repus, et trop gourmands - les notaires- serait œuvre de salut public.

             Le problème en tout cela, au regard de la société, n'est pas le sort des notaires concernés par un tel régime car une sérieuse investigation sur leur état de santé devrait permettre de guérir le patient, mais celui de la profession de journaliste.

             Cette émission avait pour ambition de justifier la  fin ( sans jeu de mots) escomptée par le journaliste, de faire apparaître un ministre redresseur de torts et avide de croissance, et pour cela d'associer des faits qui n'ont aucun intérêt collectif autre que celui de nourrir des moyens, fussent-ils fallacieux:

            - images sublimables d'un gigantesque panonceau de notaire.

            - enquête orientée vers l'unique rémunération du notaire en utilisant un seul élément comparatif, le coût d'un acte, au surplus erroné, l'honoraire étant de 1700 €, et non 3.200  €

            - appel d'un témoin sans aucune vérification de ses qualités, ni d'éventuelles oppositions  d'intérêt.

            - et pour couronner le tout interview d'un notaire portugais - femme - pour comparer son activité, et sa rémunération, à celle d'un notaire français ( homme ?);

            Le problème, Mr le journaliste, est que si le titre est le même - notaire- les tâches et les conditions d'accès ne sont pas identiques, et que si ce notaire portugais gagne, en moyenne 5.000 € par mois, cela représente (5.000/ 564 €) 8,87 SMIG portugais, de sorte que, à comparer des situations comparables, ce notaire portugais à une rémunération égale à celle d'un notaire français (9 fois le SMIG), mais par contre des tâches  et  des investissements non comparables.

             On doit donc pouvoir estimer qu'il existe un journalisme d'orientation, et un journalisme d'investigation.

             A ce second aspect des choses, nous lecteurs, abonnés ou non de MEDIAPART sommes tous attachés, et le concept de "lecteur  lanceur d'alerte" en est l'illustration.

             Pour ce faire, tous désormais ont en mains de nouvelles sources d'information, qui sont les bases de données de divers organismes accessibles sur le WEB.

             Prenons un exemple, le rapport sur la situation des notaires rédigé par l'IGF.

             Nous découvrons que celui-ci a été supervisé sinon rédigé par Michael FRIBOURG, inspecteur général des finances.

            http://www.challenges.fr/economie/20140912.CHA7679/comment-les-professions-reglementees-veulent-faire-plier-le-gouvernement.html

             Or ce haut fonctionnaire est depuis lors " passé dans le privé" selon la même source.

             Une investigation permet de savoir ce qu'il est devenu.

            Le commentaire publié sur le blog MEDIAPART de François Xavier Berger :

 http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-xavier-berger/100814/professions-reglementees-que-la-chasse-soit-enfin-ouverte

             Nous apprend entre autres que ce fonctionnaire occupe des fonctions dans la société Financière Herschel et de Fortea Finance.

            Un consultation enfin des données du REGISTRE DU COMMERCE ET DES SOCIETES  nous apprend que depuis lors  Michael FRIBOURG à créé "Médicis participations", sous forme de SAS,

            L'objet social dela société Médicisparticipations, dont il est le Président, est " la prise de tous intérêts et participations en fonds propres et quasi fonds propres notamment dans toutes sociétés quel que soit leur objet ou leur forme"

             Date de création 01/08/2014

             Montage: :
            -La société MEDICIS PARTICIPATION (RCS 803 859 321) est une SAS à associé unique quila société FORTEA FINANCES

             La société FORTEA FINANCE(RCS 802 834 481) est une SAS avec comme associéla société FINANCIERE HERSCHEL(99,90 %) et Monsieur Michaël FRIBOURG (0,10 %)

            -La société FINANCIERE HERSCHEL(RCS 795 206 192) est une SARL à associé unique qui se trouve être Mr Michaël FRIBOURG"

             On constate enfin que  l'IGF prévoit dans le rapport de MR FRIBOURG, remis au ministre MACRON l'ouverture sans restriction du capital des sociétés d'exercice des professions du droit ( sauf avocats) aux non professionnels, avec pouvoirs accrus des ordres.

             Cette disposition semble être abandonnée depuis lors dans la mesure où elle ne figure plus dans le rapport remis par le député FERRAND à MR MACRON, le 3 octobre 2014,

             http://www.economie.gouv.fr/remise-rapport-sur-professions-reglementees

             Par contre, les préconisations  ( N° 16)  du député sont étendues à la possibilité pour une société d'experts comptables de détenir une participation financière dans une société de notaires.

             Or depuis le 3 mai 2014, des participations financières, sous réserve que les droits de vote soient contrôlés par les personnes exerçant la profession d'experts comptables, sont ouvertes  à quiconque dans les sociétés d'experts comptables :

               http://www.actuel-expert-comptable.fr/comptabilite-fiscal-social-entreprise/vie-du-cabinet/a-305127/liberalisation-majeure-des-societes-d-expertise-comptable.html

             Il suffit enfin de constater que les plus  importantes de ces sociétés d'expertise comptable ont une rayonnement international pour s'apercevoir alors qu'une porte sera  ouverte, permettant leur entrée dans les professions de notaire, mais également celle d'autres entités telles MEDICIS PARTICIPATIONS.

        

            Toutes ces coïncidences ne sont-elles pas le terrain de prédilection du journaliste d'investigation ou du lecteur "lanceur d'alerte ". 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.