Mustapha Ait larbi
retraité
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2022

Qui sera le prochain premier ministre ? Les arcanes du pouvoir...

La mer : une telle quantité d'eau frise le ridicule.Henri Monnier

Mustapha Ait larbi
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La presse toujours à l'affût du scoop du siècle nous rebat les oreilles de cette lancinante question. " Ki con aura comme 1er ministre ?Après l'histoire du petit Grégory Macron nous tient par la barbichette pour rester poli.Il distille sadique cette question dans nos veines charriant ce sang si précieux.

Le suspens est épouvantable , notre agonie à son comble .J'en suis à me détruire la santé en buvant verre sur verre et en me droguant d'anxiolytiques et d'antidépresseurs tant la chose me tracasse. 

Et si c'était une femme ? Et si c'était un écolo, et si c'était un communiste ? Manque plus qu'un arabe tiens !Et si ma tante en avait ? C'est vrai que de cette nomination notre avenir en dépend sachant que ce récipiendaire aux plus hautes questions de la nation aura sans doute le droit de vie et de mort sur nos personnes. 

Vite Becarria sort de ta tombe. Instruit nous de la question du trépas pour crime contre l'ignorance. Nous n'avons eu ni le beurre , ni l'argent du beurre, aurons-nous la crémière dans notre lit sans bigoudis ? J'enrage de ne pas le savoir....

A défaut de nous concocter une société vivable et si possible instruite et partageuse , on nous invite à cogiter sur le sexe des anges en boite de nuit échangistes. Ou y'à de l'échange , en principe y'à du profit.

Tous des naturistes ces débauché.es aux trompettes limites Jérico. C'est comme le christ de le Gréco ça .Cette superbe sculpture qui laisse apparaître la souffrance du supplicié les doigts de pieds écartés sous l'horrible douleur.Bref ! Inutile de vous abreuver de l'art et de cochon , vous êtes incultes et musulmans.....Hihihi !

Je regarde par ma fenêtre et je vois un merle qui vient picorer les vers que j'ai laissé derrière moi en labourant un coin de jardin ce matin.Il ne sait pas non plus le pauvre qui sera 1er ministre. Il ne sait pas non plus que dieu est mort et que des femmes dans un pays sont obligées maintenant de porter des " manteaux bleus" . Il ne sais rien cet imbécile à part bouffer des vers. 

Bon d'accord, je repose la bouteille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux